allaporte.JPGOsons envisager la nécessaire désislamisation de la France

Couverture reconquista V2En deux articles, Christine Tasin a déchaîné les passions, sur Boulevard Voltaire. Elle a commencé à expliquer pourquoi, selon elle, la France ne pourrait pas faire autrement que d’interdire un jour le Coran sur son territoire.

http://www.bvoltaire.fr/christinetasin/il-va-falloir-interdire-le-coran-en-france,12768

Sommée amicalement d’expliquer, dans ce cas, ce qu’elle ferait des musulmans, la présidente de Résistance républicaine n’a pas fui la question, et a proposé un deuxième texte, complétant le premier. Résumé : ils doivent choisir entre la République et l’Islam, et, s’ils préfèrent le second, aller vivre dans un des 57 pays musulmans où la charia s’applique au quotidien. L’article a fait un véritable malheur, et figure aujourd’hui dans les trois premiers papiers les plus lus de l’histoire de Boulevard Voltaire.

http://www.bvoltaire.fr/christinetasin/que-faire-des-musulmans-une-fois-le-coran-interdit,13185

René Marchand, dans la conclusion de son dernier livre édité parRiposte LaïqueReconquista ou Mort de l’Europe, pose les véritables enjeux : « Aux Européens de prendre les dispositions au plus tôt pour éviter que la tragédie ne se déclenche ou, si elle survenait, qu’elle ne se conclue pas à leur détriment ». C’est ni plus ni moins ce qu’il explique dans cette deuxième partie d’interview accordée à Christine Tasin.

http://www.youtube.com/watch?v=Wve6WFf2ymg

Les derniers sondages publiés montrent que, majoritairement, notre peuple a compris la nature du péril qui nous guette… même si cela n’empêche pas nombre de Français de voter pour ceux qui favorisent l’implantation de l’islam sur notre territoire. C’est pourquoi le pleutre Valls n’a qu’une réponse : montrer que l’islam est compatible avec la République, la preuve, Chalghoumi ! Quant au servile Pujadas, il a décidé qu’il fallait montrer les égorgeurs sous un angle plus sympathique, à la télévision, et que finalement ses confrères étaient responsables du rejet massif de l’islam par nos compatriotes.

Pourtant, les choses sont de plus en plus évidentes : il ne peut y avoir de cohabitation harmonieuse entre un islam expansionniste et notre République laïque. L’un devra vaincre l’autre. C’est ce qu’explique Christine Tasin, sur Boulevard Voltaire, et René Marchand, dans son dernier livre de 390 pages. C’est ce que développaient les authentiques marxistes, quand ils affirmaient que le pouvoir révolutionnaire et le pouvoir bourgeois, qui se faisaient face lors d’affrontements sociaux, ne pouvaient cohabiter durablement, et que l’un devrait vaincre l’autre.

Bref, quand c’est Besancenot qui le dit, c’est la lutte des classes, quand c’est Riposte Laïque, c’est de l’incitation à la haine ! Pourtant, osons faire l’effort d’imaginer ce que serait une France sans la présence menaçante de l’islam.

- Nous ne serions plus agressés par la vue des voiles, parfois intégraux malgré la loi, qui sont un uniforme de guerre des petites soldates de l’islam contre nos valeurs occidentales, et notamment l’égalité hommes-femmes. Le silence des collabos féministes (à l’exception d’Anne Zelensky et de trop rares résistantes) devant cette tenue sexiste et raciste est accablant.

- Nous ne serions plus agressés par les barbes islamistes, et les kamis, qui sont une autre manière de porter un uniforme de guerre, et de pérorer, souvent d’une manière menaçante, sur notre territoire.

- Nous ne subirions plus la colonisation alimentaire, par le halal, qui a imposé ses rituels barbares dans plus de la moitié des abattoirs français, faisant courir à nos populations un risque sanitaire autrement plus important que l’histoire du cheval roumain, sans minimiser l’ampleur de ce dernier scandale alimentaire. Nous n’aurions plus à faire face, dans les entreprises et les écoles, aux éternelles revendications communautaristes sur le halal, dans nos cantines.

- Nous ne subirions plus l’offensive quotidienne, dans des milliers de villes, d’organisations musulmanes multipliant menaces et intimidations auprès d’élus pour obtenir leur mosquée. Faut-il rappeler aux naïfs qui comparent mosquées et églises les propos du premier ministre turc Erdogan : Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats.

- Nous ne subirions pas, dans nos entreprises et notre quotidien, durant un mois dans l’année, le stupide et obscurantiste ramadan, qui, au-delà des risques médicaux, perturbe gravement la vie de nos entreprises, et de certains quartiers, sans parler des écoles. A la RATP et dans nombre d’entreprises où on pratique la discrimination positive, nous ne verrions plus des fanatiques insulter et menacer leurs collègues femmes.

- Nous ne verrions plus, dans nos hôpitaux, des médecins se faire agresser parce qu’hommes osant examiner une femme. Nous ne verrions plus, comme à La Salpétrière, des menus affichés sans porc.

- Nous ne subirions plus les insultes des rappeurs haineux prônant ouvertement le meurtre de nos policiers, et pas davantage les propos racistes d’Houria Bouteldja et de ses Indigènes, admirateurs d’un Hamas qui ne cache pas sa volonté d’anéantir Israël et d’exterminer les Juifs, ce que justifie le Coran.

- Nous ne verrions plus les remarquables Malika Sorel, Pascal Hilout, Hamdane Ammar, Salem Bennamar, Ahmed Ghlamallah, Leila Syam et des milliers de nés-musulmans, émancipés de l’islam, vivre sous la menace des agents de l’étranger que sont les Ramadan, Moussaoui et autres Boubakeur. Que dire de cette description quotidienne de la vie sous la charia, dans cette nouvelle vidéo exclusive où Guy Sauvage interroge un responsable de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme ?

https://www.youtube.com/watch?v=fxwxS1Pv_3k

Mais surtout, nous ne connaîtrions plus la peur quotidienne d’une agression gratuite, souvent violente, parfois mortelle, de voyous racistes que l’islamophile Alain Soral appelle lui-même les islamo-racailles, que toute la clique politico-médiatique cherche à nier, alors qu’elles constituent quotidiennement des actes de guerre contre la France et nos compatriotes.

Certes, tous les délinquants ne sont pas musulmans, et, fort heureusement, tous les musulmans ne sont pas délinquants. Mais il suffit de passer un après-midi au tribunal, pour vérifier, malgré l’interdiction des statistiques ethniques, que l’islam est majoritaire dans les prisons, et que, alors qu’ils ne représentent que 10 à 15 % de la population française, ses ressortissants sont ceux qui agressent sauvagement et gratuitement, dans la majorité des cas, des ressortissants au profil européen. Cela n’a-t-il vraiment aucun rapport avec le jihad que doit mener tout musulman digne de ce nom sur un territoire qui n’est pas encore terre d’islam (dar el islam) mais terre de guerre (dar el harb) ? Bien sûr que si.

Bien évidemment, tout est bon pour empêcher de proférer ces évidences. Le succès du livre « France Orange Mécanique » est un camouflet pour la clique politico-médiatique. Les commissaires politiques gauchos de Médiapart, déguisés en journalistes, cherchent à faire passer Laurent Obertone pour un racialiste d’extrême droite. On ne juge même pas le contenu de son livre, on cherche à salir l’auteur, par des moyens de basse police qui ont fait la spécificité de Plenel. Caroline Alamachère démontre, avec une plume qui lui vaut nombre d’admirateurs, le lynchage dont fut victime ce jeune journaliste de 28 ans sur le plateau de Ruquier, et le conditionnement du public contre le « méchant ». Cela ne change rien, son livre est de plus en plus lu, car il correspond à une vérité.

De même, les islamo-collabos faussaires de l’anti-racisme ont beau multiplier menaces et procédures juridiques, cela ne change rien, notre site, et d’autres qui osent parler de l’islam avec des mots justes, sont de plus en plus lus. A ce sujet, nous communiquerons dans les prochains jours sur la situation des procès en cours, quand des dernières incertitudes auront été levées.

Nous osons dire que ce double drame que connaît notre pays,ensauvagement et islamisation, n’est possible qu’à cause des traitres, de droite et surtout de gauche, islamo-collabos et immigrationnistes fous qui, en trente ans, ont, par une implantation massive d’une nouvelle population sans intégration, en période de chômage de masse, gravement menacé la vie quotidienne de millions de nos compatriotes, dans un pays où il y avait tout pour être heureux.

Nous osons dire de ces traitres qu’ils sont les héritiers de ceux qui, il y a soixante-dix ans, ont livré la France à un autre type d’occupant, comme le rappellent férocement Eric Zemmour ou Michel Onfray, et ont collaboré avec lui sans vergogne, avant de jouer ensuite les grands résistants.

Dans le dernier chapitre, René propose, concernant ceux-ci : « Les collabos de l’islam pendant la guerre par la taqiyya où à l’occasion d’actions violentes auront à rendre des comptes devant la justice. La suppression des droits civiques, la déchéance de la nationalité, la saisie des biens, figureront au nombre des sanctions prévues par la loi. »

Concernant les nés-musulmans, là aussi, le discours est très clair : « Les biens acquis avec le concours de fonds étrangers pendant la période de guerre seront nationalisés ». Eh oui, il n’y a pas que Montebourg qui parle de nationalisation, un terme que l’islamo-collabo européiste Mélenchon n’ose même plus utiliser !

René et Christine proposent une stratégie qui a le mérite de la clarté. Ils expliquent, sans haine, pourquoi il faudra interdire l’islam sur notre territoire, et imposer aux nés-musulmans un choix clair, entre la France et l’Islam. Et, quitte à faire hurler les bien-pensants, ils affirment qu’on ne peut être musulman et Français. Mais n’est-ce pas Hassan II lui-même qui, devant Anne Sinclair héberluée, affirmait déjà la même chose ? Donc, soyons clair, ceux qui voudront rester musulmans devront rejoindre un des 57 pays de l’OCI. Christine, à la fin de son article, se permettait un petit rappel historique : « Bien sûr enfin, on nous dira qu’il y a trop de citoyens concernés. Et qu’on ne peut expulser des gens présents depuis si longtemps en France, avec la nationalité du pays. À ceux-là, nous répondrons qu’en 1962, on a fait partir d’Algérie plus de 10 % de sa population, dont la plus grande partie n’avait plus aucun contact avec la France depuis plusieurs générations. À notre connaissance, c’est loin d’être le cas de nombreux musulmans qui vont en vacances, tous les ans, « au pays ».

Nous pensons que ces questions, posées par l’ouvrage de René Marchand et les articles de Christine, sont incontournables. Elles doivent être tranchées par le débat démocratique, et par le peuple de France, et certainement devant les tribunaux. Zemmour, Naulleau et Ruquier oseront-ils inviter l’auteur sur leurs plateaux de télévision, eux qui ont fait venir Laurent Obertone ? Les chroniqueurs du Tout-Paris qui se sont déchirés sur l’histoire de cul entre DSK et Iacub oseront-ils parler de ce livre, eux qui ont tu la première marche contre le fascisme islamique du 10 novembre dernier ? Marine Le Pen, qui a fait courageusement la promotion de France Orange Mécanique, et qui a repris les campagnes sur les prières de rue et la halalisation de la France, recommandera-t-elle cet ouvrage aux Français et à ses militants ?…

En tout cas, René Marchand est prêt à répondre à toutes les sollicitations… mais, lucides, nous comptons d’abord sur nos réseaux pour faire en sorte que ce livre, de salubrité publique, ait le succès qu’il mérite. Nous sollicitons avant tout sur nos militants de province pour organiser toutes les conférences, apéros saucisson-pinard, banquets républicains ou autres permettant à nos compatriotes d’écouter l’auteur.

Première étape, le samedi 16 mars, à Paris, à 16 heures…

POUR COMMANDER RECONQUISTA OU MORT DE L’EUROPE

Vous pouvez adresser un chèque de 19 euros, frais de port compris, (promotion de lancement jusqu’au 15 mars) à l’ordre de Riposte Laïque, à l’adresse suivante : Riposte Laïque, BP 10001, 78570 Chanteloup-les-Vignes.

Vous pouvez également le commander par paypal, en cliquant sur le lien suivant :

http://ripostelaique.com/acheter-nos-livres/

AGENDA DE RL

Retour à l'accueil