Valls trahit la République laïque

Lyon : Kabtane est cohérent avec le Coran, alors que Valls trahit la République laïque

Manuel Valls nous avait habitués à un discours intraitable contre ces « groupuscules d’extrême droite » et leur discours d’incitation à la haine. Il prenait son air furibond et menaçant pour condamner toute forme d’incitation à la haine et à la violence. On pensait que Manuel Valls condamnait toutes les formes d’incitation à la haine et à la violence.

Le double langage de Manuel devant l’incitation à la haine et à la violence coranique

Mais on constate que Manuel Valls change de discours et devient un ange de soumission, quand c’est le Coran qui incite à la haine. Ce n’est plus le Manuel Valls Manuel avec ses violents coups de menton et ses airs menaçants, qui jure de déchainer les foudres de la République. Que ce soit à la Mosquée de Paris, ou à la Grande Mosquée de Lyon, Manuel Valls se fait tout doux et tout sourire.

Alors que le Coran appelle à longueur de page au combat dans le but de tuer (« Qital » en arabe) contre les juifs, les chrétiens et les infidèles, Manuel Valls oublie ses engagements à lutter contre toute forme d’incitation à la haine. il ne voit dans l’islam et son livre saint, que spiritualité et valeurs républicaines.

Dans la Grande Mosquée de Lyon (L’Express (http://www.lexpress.fr/actualite/politique/pour-manuel-valls-la-laicite-n-est-en-aucun-cas-une-negation-de-la-spiritualite_1267569.html ) Manuel Valls affirme :

« Le Ramadan fait partie de notre calendrier commun : Nous sommes rassemblés, ce soir, pour un moment qui est un moment religieux… C’est un moment qui est aussi profondément républicainIl marque combien Islam et République peuvent et doivent avancer ensemble » !

Et pour montrer à quel point les instances représentatives de l’islam de France, marchent main dans la main, avec la France, Kamel Kabtane, lance en présence du ministre, un appel à ceux « qui retiennent contre leur gré nos compatriotes« , faisant allusion aux Français encore retenus en otage. Il a également rendu hommage « à notre compatriote Philippe Verdon », otage assassiné froidement par les moudjahidines d’AQMI.

La mansuétude de Kamel Kabtane envers les assassins d’AQMI

On reste sans voix, devant les paroles de Kamel Kabtane qui refuse de prononcer la moindre condamnation des criminels islamistes. Il considère ces criminels comme des personnes qui « retiennent contre leur gré » nos compatriotes ! Et ce même Kamel Kabtane, rend hommage à Philippe Verdon, sans un mot de condamnation pour ses assassins. La barbarie terroriste ne choque en rien ce recteur de la Grande Mosquée de Lyon. Et, ce qui est pire, c’est le silence de Manuel Valls, qui fait preuve d’une soumission absolue devant ce discours révoltant.

Manuel Valls, Kamel Kabtane et les appels aux meurtres du Coran

Si on doit s’insurger contre l’hypocrisie et l’incohérence du ministre de l’intérieur français, on notera que Kamel Kabtane reste logique et cohérent avec ses principes islamiques :

https://sites.google.com/site/islamcoranalyse/accueil https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=sites&srcid=ZGVmYXVsdGRvbWFpbnxpc2xhbWNvcmFuYWx5c2V8Z3g6NThiNDMzZTQ0NjU0ZTM1NA

Il ne peut condamner les moudjahidines d’AQMI, alors qu’ils ne font qu’appliquer les préceptes coraniques. Il suffit de se référer au Coran. Parmi les nombreux appels au meurtre, on rappellera le Verset du Sabre.

Ce verset fait partie de l’ultime sourate « Al Thawba » (Le Désaveu) révélée à Mahomet. Il fait donc autorité en tant que « Parole incréée, éternelle et inaltérable » d’Allah. Selon le principe fondamental du Dogme musulman de « l’abrogeant et de l’abrogé », ce verset ne peut être abrogé ou remis en question. Il constitue un précepte éternel d’Allah.

Pour souligner le caractère impitoyable de ce verset, la sourate qui le prescrit est la seule qui ne commence pas par l’injonction « Au nom d’Allah le Clément et le Miséricordieux » Cette sourate commence ainsi : « Désaveu de la part d’Allah et de Son messager à l’égard des infidèles avec qui vous avez conclu un pacte », pour bien signifier qu’Allah » abroge tout accord de paix, tout traité, et tout pacte entre son Prophète Mahomet et les infidèles.

Dans le verset 5 (Verset du Sabre), Allah ordonne : « Après que les mois sacrés expirent, tuez ceux qui associent d’autres divinité à Allah (comme les chrétiens qui croient au Père, au Fils et au Saint Esprit) où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. »

Les idiots utiles de l’islamisme ne peuvent invoquer « le contexte », puisque ce verset a été révélé à un Mahomet vainqueur, qui a conquis la Mecque. Ils ne peuvent se cacher derrière la pseudo ambiguïté du mot « Jihad », puisque le Coran parle de « Qital », en utilisant cette racine sous sa forme de verbe à l’impératif : « Ouqtoulou », qui n’a qu’une seule signification : Tuez !

D’ ailleurs, les exégèsetes musulmans précisent :

« Allah a dit : capturez-les, exécutez certains et gardez les autres comme prisonniers, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade, n’attendez pas de tomber sur eux. Cherchez-les plutôt, et assaillez-les sur leurs terres et dans leurs forts, rassemblez-vous intelligemment sur les routes et les chemins pour que ce qui est large leur paraisse petit. » (Tafsir Ibn Kathir)

« Ceci abroge le versets qui parlent de la tolérance envers les mécréants, et de la patience face à leurs provocations. La dernière Parole à ce propos est le verset avec lequel Il ordonne le Jihad contre les infidèles : Tuez ceux qui associent d’autres divinités à Allah ». (Tafsir Muhammad Ibn Ahmad)

Et dans cette même sourate, Allah ne laisse d’autres alternatives pour les juifs et les chrétiens que la soumission et l’humiliation. Et là aussi, le Coran utilise le terme explicite du « Qital », sous la forme impérative « Qatilou » qui signifie « combattre dans le but de tuer » :

Verset 29 (La Dhimmitude) : « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre (les chrétiens et les juifs), jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humilies. »

Pour souligner ce précepte de guerre éternelle, Mahomet affirme : » « Allah m’a ordonné de combattre ces gens jusqu’à ce qu’ils attestent qu’il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah et que Mahomet est son Prophète » (Sahih Al Bukhari et Muslim)

Conclusion

On voit ainsi que le recteur de la mosquée de Lyon, reste cohérent et logique avec ses convictions : il ne peut condamner les terroristes d’AQMI, sans se mettre en contradiction avec les préceptes du Coran.

Par contre, comment comprendre l’attitude de Manuel Valls. Par son silence devant Kamel Kabtane, ne fait-il pas preuve de soumission, pour ne pas dire de complicité envers ces préceptes coranique. Ceux qui ont assiégé le commissariat de Trappes, pour interdire tout contrôle de femmes « niqabées », font bien savoir à Manuel Valls que l’Islam et la République n’avancent pas ensemble.

Est-ce par ignorance ou par aveuglement, que Manuel Valls refusent d’entendre leur message :

(Sourate 60, Verset 4) : « Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul. »

Retour à l'accueil