Le dictionnaire de l’islamophobie marque l’entrée en vigueur de la charia en France

Ce dictionnaire a été publié par Bayard édition et certainement payé par le Quatar qui est de plus actionnaire.

Cet ouvrage n'est autre que l'autorisation de la délation comme le demande notre gouvernement par l'intermédiaire de la Filipetti.

Dans l’islam, il n’y a de salut pour ses ennemis ou jugés comme tels que dans leur condamnation à mort.

Plutôt que se livrer à un exercice délateur et de pousse-au-crime en recensant les noms des personnalités dont le seul tort est de ne pas lécher les babouches de l’islam, que l’auteur nous dresse la liste des islamophiles et de tous les obligés du Qatar.

Ce zélateur musulman, qu’il le veuille ou non, n’est aucunement en droit de jeter en pâture nos noms aux pitbulls intégristes. Est-ce qu’il a la certitude lui-même que son travail de soi-disant recensement ne va pas permettre aux intégristes musulmans d’établir leur propre liste des hommes à abattre à partir des données nominatives qu’il leur a fournies sciemment ?

Maintenant les musulmans ont enfin une visibilité de ceux que cet individu, que je n’oserai qualifier, a dénoncés, ils savent ce qu’il leur reste à faire, notamment pour les plus illuminés et fanatiques d’entre eux.

Chez eux, on n’est jamais présumé innocent, on est coupable avant d’avoir été jugé et condamné avant que l’on soit jugé

C’est la charia qui ne reconnaît aucune règle de procédure qui impose désormais sa loi en France avec la désignation à la vindicte musulmane des offenseurs de leur foi. Une justice inique et expéditive.

Etre hostile à l’islam est un devoir qui s’impose à tous ceux qui sont soucieux de la pérennité de notre humanité. Je ne suis atteint d’aucune altération mentale invalidante réactionnelle dont la cause serait l’islam, que cet apprenti sorcier a diagnostiqué de phobie de l’islam. Et à supposer que je présente ce symptôme phobogène est-ce que je mérite d’être cloué au pilori ?

Comme chacun sait, l’épreuve du pilori dans l’islam est la mise à mort de l’outrecuidant soit par lapidation, soit par crucifixion-décapitation, soit par égorgement comme s’ils égorgeaient un mouton.

Extraits de RL:Publié le 5 octobre 2013 par Salem Benammar - Article du nº 323

Retour à l'accueil