La dictature en marche par le pingouin et ses  ouailles!!

Nous venons, tout au long de la semaine, de voir les méthodes de ce gouvernement. Les conditions dans lesquelles le préfet Boucault, en service commandé pour Manuel Valls, a interdit la manifestation duCollectif de Défense des Libertés Publiques, puis le rassemblement deRiposte Laïque, sont tellement grotesques que la vérité éclate. Ce gouvernement veut tellement anéantir toute expression patriotique qu’il en est réduit à interdire des initiatives qui défendent les libertés publiques, la défense de la libre expression et du droit à la sécurité pour tous.

Le prétexte invoqué est comique : ceux que le préfet Boucault, violant son devoir de neutralité républicaine, appelle les « antifas », risqueraient, par leur contre-manifestation, de créer des troubles à l’ordre public, et le malheureux n’aurait pas les forces de l’ordre nécessaires pour y faire face ! Les masques sont tombés, pour ceux qui auraient encore des doutes, hier, au métro Duroc et place Denfert Rochereau. C’est une véritable souricière qui attendait les manifestants s’ils avaient eu l’audace de braver l’interdiction. Des dizaines de cars de CRS, un dispositif ahurissant, des passants (sympathisants de RL) collés au mur pour avoir pris des photos, sommés de donner leur portable au capitaine de police, des simples passants se voyant subir un contrôle d’identité pour expliquer ce qu’ils faisaient là… On constate que le préfet Boucault, s’il n’avait pas les forces pour protéger les manifestants patriotes, disposait par contre des effectifs illimités pour les coffrer !

http://www.dailymotion.com/video/x14o3ul_manifestation-pour-la-defense-des-libertes-interdite_news

A la même heure, ceux que ce militant socialiste déguisé en préfet ose encore appeler les « antifas » se conduisaient comme de vrais fascistes, en agressant, en plein après-midi, à la terrasse d’un café, de paisibles militants de La Manif pour Tous qui prenaient une consommation en terrasse. Comme le disait Pierre Cassen dans Boulevard Voltaire, nous avions, encore une fois, les preuves que dans ce pays, une véritable milice politique, au service de Valls et de son gouvernement, a pour mission de harceler et d’agresser tous ceux qui osent résister au projet de société que ce gouvernement nous concocte, contre l’avis de la majorité de son peuple.

Hier, des petits bourgeois en mal de radicalité glapissaient qu’il est interdit d’interdire, aujourd’hui au pouvoir, ils veulent réprimer et punir tous ceux qui pensent différemment d’eux !

La majorité des Français en a marre d’une immigration, majoritairement musulmane, en période de chômage de masse : Valls fait rentrer encore davantage d’immigrés, et accélère les naturalisations.

La majorité des Français en a marre de l’islam : Valls impose à marche forcée l’islamisation de la société, violant allègrement la loi de 1905, et Peillon nous sort une charte de la laïcité en nous expliquant qu’il ne faut pas stigmatiser l’islam !

La majorité des Français en a marre de l’ensauvagement du pays, et de l’hyper-délinquance : après nous avoir imposé le mariage homosexuel, prélude à la marchandisation des adoptions et à la grossesse extra-utérine, Taubira veut faire sortir les racailles, majoritairement musulmanes, de prison, et livrer nos compatriotes à des hordes barbares convaincues de leur impunité.

L’épisode du bijoutier de Nice est révélatrice de la défaite dans l’opinion publique des thèses de la Garde des Sceaux et de ses complices journaleux. Voilà une jeune crapule en rédemption, déjà 14 délits à son actif, qui, armé, maltraite et cambriole un bijoutier. Sauf que cette fois, cela ne se passe pas comme à Marignane, ce n’est pas l’agressé qui meurt, mais l’agresseur. Et, horreur, celui que les bobos appellent l’assassin bénéficie d’un élan de solidarité unique, avec près de 1,5 million de soutiens sur facebook. C’est tellement énorme que le gouvernement donne des consignes pour que, contrairement à ce qui se passe d’habitude dans des cas similaires, le bijoutier ne se retrouve pas en prison. Quelle claque pour Taubira et le syndicat de la Magistrature !


Plus aucun ministre n’ose se pointer quelque part sans une escorte le protégeant de la colère de nos compatriotes. Affolé, ce gouvernement accélère le Grand Remplacement, pour se maintenir au pouvoir. Il restreint les libertés de manifester, dissout à tour de bras ceux qui le dérangent, rêve d’encadrer la liberté internet, massacre fiscalement nos compatriotes. Dans le même temps, les petits fachos qui osent se prétendre « antifas » bénéficient d’une impunité totale, les racailles islamisés savent qu’elles peuvent casser du blanc et du Français sans risquer la prison, les subventions pleuvent sur une presse officielle qui n’a plus de lecteurs, et nos impôts servent, en outre, à payer les aides et logements qu’on offre aux nouveaux venus, au détriment des salariés pauvres, des retraités modestes et des Français qui cotisent. Cela peut-il durer longtemps ?

Dans « La Faute du Bobo Jocelyn », Christine Tasin et Pierre Cassen imaginaient un scénario où, en 2016, les Français, réfugiés dans les campagnes, organisaient depuis les petits villages une résistance qui se traduisait par une montée massive sur Paris.

Dans « Opération Pédalo », autre fiction, Paul Le Poulpe monte un scénario où, en quinze jours, le gouvernement Hollande est totalement déstabilisé par un ensemble de disparitions mystérieuses et tragiques qui, loin de peiner le peuple de France, se transforment en fêtes de liesse populaire.

Comment mieux résumer le fossé abyssal qui s’est creusé, en un an, entre ce gouvernement de bourgeois de gôche prétentieux, méprisants, hautains, ne cachant même plus, pour certains, leur haine pour la France et son peuple, et le pays réel ?

Dans quelques jours, le 25 septembre, Pascal et Pierre passeront devant la Cour d’Appel de Paris pour ces deux articles. Devront-ils subir à nouveau les injures d’avocats d’associations prétendument antiracistes, qui, comme le 2 février 2012, oseront les comparer à des nazis, et dire que les musulmans du 21e siècle sont traités comme les juifs des années 1930 ? Auront-ils à nouveau droit à des réquisitoires comme ceux de la procureur Aurore Chauvelot, ou de celle qui, probablement membre du Syndicat de la Magistrature, a voulu faire condamner Christine Tasin, pour délit d’opinion ? Osera-t-on requérir de la prison avec sursis contre eux, et les frapper de lourdes amendes ? Cela serait cohérent avec la logique de ce régime, qui se doit de réduire au silence, par tous les moyens, les patriotes qui osent résister à leur société multiculturelle, et dénoncer ses méfaits.

Les interdictions de manifester qui nous ont frappés, ce procès, et les autres en cours d’instruction contre notre journal et d’autres résistants, montrent que, pour répondre à la question posée en début d’édito, ce gouvernement, pour se maintenir au pouvoir, sera contraint d’avoir recours à une dictature rampante, de faire la guerre à son peuple, et à son avant-garde patriote.

Ce sera eux ou nous, ce sera Hollande et sa clique ou la France.

Retour à l'accueil