Auto défense: c'est tout ce qu'il nous reste!!

Auto défense: c'est tout ce qui reste au citoyens abandonné par l'état laxiste.

De Sarkozy à Valls, de Dati à Taubira, les dernières années laxistes qui aboutissent à une situation explosive d'où naîtra l'auto défense. Une "auto défense" qui va devenir hélas, la seule possibilité pour des citoyens d'assurer leur sécurité. Pendant ce temps, Valls parade et fais des discours comme autrefois Sarkozy. Les Français d'en bas crèvent dans l'indifférence... sauf s'ils se rebellent en sortant les flingues. Les politiques réagissent et les journalistes donnent la parole à.... la famille des truants. Cherchez l'erreur.

Gérard Brazon

*******

LE BLANC-MESNIL Le commerçant remis en liberté

Le commerçant du Leader Price du Blanc-Mesnil, qui a porté mardi quatre coups de couteau à un adolescent, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Un juge d’instruction l’a mis en examen pour violences volontaires avec arme.

Le Parisien.fr

Gérant d'un magasin de motos dans l'Orne, un quinquagénaire est mis en examen et sous contrôle judiciaire après avoir tiré sur la voiture des cambrioleurs fonçant sur lui.

"J'ai subi mon premier vol en 1988 : c'était un vélo haut de gamme à 1 500 francs", soupire Pascal Rauber, 50 ans, gérant d'un magasin de cycles et motos à Saint-Julien-sur-Sarthe, village de 660 habitants dans l'Orne. Ancien mécanicien de circuit, Pascal Rauber prépare aussi des motos de compétition : les clients se recrutent à 500 kilomètres à la ronde. Ouvert en 1985, le magasin est situé en bordure de la route nationale 12 qui mène vers Paris. Cet axe favorise les "raids" des malfaiteurs : en 25 ans, 54 cambriolages ou tentatives. "Une fréquence régulière, mais préjudices et violence augmentent régulièrement", souligne Pascal Rauber.

Le 26 juin, alerté par le système de sécurité du magasin, Pascal Rauber quitte son domicile armé d'un fusil de chasse. Sur place, une voiture fonce sur lui : il tire, pour se protéger, assure-t-il : "Je ne pensais pas avoir atteint les occupants." Deux blessés sont retrouvés le lendemain à l'hôpital de Dreux (Eure-et-Loir), à 90 kilomètres de distance. L'un est sérieusement touché à la tête. L'autre, plus légèrement atteint, est placé en détention. Dix jours plus tard, rebelote ! Le week-end du 7 au 8 septembre, des cambrioleurs se sont introduits par le toit, ont arraché l'alarme et sont repartis avec quelques centaines d'euros. Voilà pour le 54e fric-frac dont est victime le commerçant. Mais aujourd'hui, il doit répondre de celui de la fin juin !

Un comité de soutien d'une trentaine d'élus !

Tireur et conducteur-cambrioleur sont tous deux mis en examen pour tentative d'homicide : l'instruction se poursuit pour établir les circonstances précises. Placé sous contrôle judiciaire, le commerçant doit pointer chaque semaine à la gendarmerie et ne peut quitter le département de l'Orne.

S'est constitué un comité de soutien : une trentaine de maires et d'élus, dont un vice-président du conseil général de l'Orne, l'ont rejoint. "Nous avons recueilli 14 000 signatures. Certaines viennent de Martinique et même du Canada." Un soutien qui réconforte Pascal Rauber qui se sent dépassé : "Je suis blacklisté chez les assureurs. Aucun ne veut plus me garantir." La protection du magasin a été pourtant considérablement renforcée : rambardes de sécurité, système d'alarme satellite, motos enchaînées.

"C'est compliqué, déclare à Ouest-France le lieutenant-colonel Urien, commandant de la gendarmerie dans l'Orne. Le magasin est "trop" bien situé sur la nationale 12 et permet la fuite rapide des malfaiteurs. J'ai demandé d'intensifier la surveillance des lieux. Mais notre secteur est vaste, ce n'est malheureusement pas satisfaisant." Cependant, à plusieurs reprises, les auteurs de cambriolages ont été interpellés : "Une fois, indique le commerçant, les gendarmes ont retrouvé à Dreux les 14 motos volées en une seule expédition. Les motos étaient abîmées car jetées dans un camion. Mais elles ont été retrouvées." En dépit de ces cambriolages à répétition, Pascal Rauber a, à chaque fois, rouvert son magasin.

Et puis un renversement des valeurs où l'on donne la parole à la famille des voleurs, des agresseurs.

Le rassemblement en soutien au bijoutier qui a tué mercredi un jeune homme qui venait de le braquer a mobilisé près de 800 personnes à Nice. La sœur du braqueur, elle, ne comprend pas.

"Je ne pardonne pas même s'il reconnait. Il a abattu un gamin dans le dos. C'est un traître, c'est un lâche. C'est un assassin. Voilà comment je caractérise ce type. (...) Il faut qu'il aille en prison comme n'importe quel délinquant. Je ne comprends pas. Il l'a abattu comme un chien. J'aimerais que le deuxième braqueur se livre et donne sa version des faits même si cela ne raménera pas mon frère."

Ecoutez cette vidéo et rendez-vous compte du renversement des valeurs dans notre pays.

Cette jeune femme parle d'éducation, des "bêtises" de son frère, du fait qu'il n'aurait eu que 14 ans dans sa tête, (alors qu'il allait être père), qu'il était un gentil garçon, etc. A vomir.

Cette gamine n'a aucune conscience de son discours, ne réalise pas à quel point il peut être choquant. Voilà un exemple type du résultat des 20 dernières années d'abandon des politiques à tous les niveaux, éducatif certes et particulièrement judiciaire.

Si ce délinquant avait été sanctionné dès la première fois, il serait encore en vie aujourd'hui. Si ces parents l'avait éduqué au lieu de l'excuser, il serait encore vivant. C'est cela la réalité. Le reste n'est que de l'enfumage.

Désolé madame, mais vous m'avez conforté dans mon opinion. C'est vous qui êtes responsable... vous qui prétendez l'avoir éduqué, vos parents qui ont laissé faire et puis le système judiciaire qui s'est rendu complice par laxisme.

Si vous aviez en vous, la simple notion, la moindre conscience de ce qu'est l'honneur, vous n'auriez jamais osé vous pavaner devant les caméras et affirmer de telles outrances, de telles stupidités. J'ai honte pour vous et votre famille puisque vous en êtes incapable.

Gérard Brazon

Retour à l'accueil