Rumeurs de coup d’Etat militaire en France

Classé dans: Politique Française,Présidence Hollande |

France-armée-1

The réd chef – L’Elysée prend l’affaire au sérieux. Le quotidien “Le Monde” s’inquiète. Chez TF1, on se pose des questions. De quoi s’agit-il ? De rumeurs de coup d’Etat militaire, ni plus, ni moins. A vrai dire, je prends l’affaire moins au sérieux que d’autres ne le font.

Je vois mal un millier de soldats et officiers catholiques d’extrême-droite prendre le pouvoir par la force dans un pays comme la France. Et puis, je suis, par conviction et par héritage familial, allergique aux régimes militaires, autoritaires ou totalitaires, qu’ils soient fascistes, communistes, islamistes ou autre.

Cela dit, c’est la première fois depuis longtemps que rugissent en France des bruits de bottes. Et ce pays a déjà connu des coups d’Etat dans le passé, même si les jeunes générations n’en ont absolument pas conscience aujourd’hui.

Christopher Lings, dans “Le Bréviaire des patriotes”, écrit (extraits adaptés ; lien vers source en bas de page) : Outre la suppression annoncée de 78’000 postes d’ici 2019, les coupes budgétaires qui s’en suivent et les soldes non-versées dues à un prétendu « bug » informatique du logiciel Louvois, l’Armée doit faire face à de multiples tensions.

Dans un entretien accordé au “Cercle des Volontaires”, le général Général Vincent Desportes explique qu’au Mali, l’armée s’est battue avec du matériel âgé de 40 ans, avec des véhicules sans air conditionné. Que seulement 10% de l’armée de terre est au standard. Que l’armée française est dans les mains des États-Unis. Que les États-Unis vont bientôt larguer la France et qu’il faut sauver l’armée française car quand vous n’avez plus de défenses, vous êtes attaqués. La version du livre blanc 2013 montre que l’armée ne sera pas modernisée.

Selon la revue arnacho-royaliste “Le Lys Noir”, il régnerait également au sein de la Grande Muette une réelle défiance à l’égard de l’emprise de la Franc-maçonnerie sur l’Armée française. On parle même d’une opposition frontale entre les officiers catholiques des unités opérationnelles et les francs-maçons bureaucrates de l’artillerie, du nucléaire ou encore des cabinets ministériels. Aussi, le “mariage pour tous” aurait inquiété le ministère de l’Intérieur au point que des enquêtes soient lancées pour identifier les meneurs.

Les policiers ont été surpris par le nombre d’enfants de militaires présents dans les manifestations. Et les officiers avaient, depuis leur résidence, déployé une banderole de la Manif pour Tous. Le ministre de la Défense avait lui-même été surpris de la vive opposition que suscitait ce projet devenu loi dans les rangs d’une Armée infiltrée, dit-on, par Civitas et le Printemps Français.

Dans ce climat délétère au sein de l’Armée comme au sein de la société française – gouvernement historiquement impopulaire, mondialo-européisme, crise de la dette, mariage pour tous, etc. – le coup d’État est une possibilité. Une volonté même pour Le Lys Noir qui rappelle que l’Histoire existe encore et que “Ceux qui évacuent d’un revers de main toute possibilité de coup d’État militaire en France feraient bien de réviser leurs classiques du genre, même si, c’est vrai, le dépérissement anthropologique général, le règne du Mou consensuel, a contaminé l’armée autant que les autres corps de la société”.

Ainsi la revue appelle-t-elle, via un nouveau magazine, Arsenal, ayant pour but de chauffer l’Armée, à un coup d’État militaire. Un appel qui a trouvé un écho allant jusqu’à susciter l’indignation de certains médias, du Monde au blogueur Dominique Merchet. Le Lys Noir n’hésite pas à nommer les officiers susceptibles de mener cette révolte, histoire sans doute de les responsabiliser, ou même de faire peser le doute sur leur personne afin que le climat s’accentue et que ce qu’ils espéraient arrive.

Il s’agit du général Pierre Le Jolis de Villiers de Saintignon, Major Général des Armées ; du très expérimenté et influent général Benoit Puga, chef d’État major de la Présidence de la République, bientôt chef d’État major des Armées et frère de l’abbé Denis Puga, proche de Civitas. Enfin, Bruno Dary, ancien gouverneur militaire de Paris, désormais à la retraite, s’est depuis engagé aux côté de Frigide Barjot pour organiser la Manif pour Tous.

La revue les appelle explicitement à se mobiliser pour prendre le pouvoir et instaurer un gouvernement d’union nationale. Même Le Monde semble confesser que les généraux cités y songent réellement. Un coup d’État ne doit pas rester dans l’ombre mais se clamer sur la place publique afin de marquer les consciences. C’est exactement ce qu’à entrepris “Le Lys Noir”. Sans attendre les grands mouvements de foule d’autrefois ou aujourd’hui l’oracle des temps modernes, à savoir l’obtention des 51% au dernier baromètre Ipsos-TNS-Sofres et ses 1000 personnes échantillonnées, le coup de force peut très bien s’obtenir par la mobilisation d’un petit groupe comme 1000 personnes, pourvu qu’elles soient unies, déterminées et tendues vers cet unique objectif.

Dès lors, à la synthèse molle de Hollande, il faut opposer une synthèse forte et saine, nécessaire au salut national. Avec comme modèle le bonapartisme qui a toujours su extraire le meilleur de la monarchie française – traditions, sens de l’honneur et de l’unité nationale – et le meilleur de la République – méritocratie, réponse aux aspirations populaires –, les deux coups d’État réalisés – 18 Brumaire et celui du 2 décembre 1851 – se sont accompagnés d’une période de stabilité politique à la tête du pays qui a permis la production de sauts de prospérité et de modernité tant les avancées ont été diverses, nombreuses et grandes.

Contacté par “Le Bréviaire des patriotes”, un membre de la direction politique du “Lys Noir” confie que cela fait plus de cinquante ans, depuis 1961 et l’OAS, que le soupçon de coup d’État n’a pas traversé l’institution militaire. Le seul fait d’y penser pouvait apparaître comme extravagant il y a seulement quelques semaines. Tous les ingrédients corporatistes – et un coup d’État militaire est toujours d’abord corporatiste – sont désormais réunis. L’état d’exaspération du pays et l’ambiance au sein de l’Armée sont tels que les ingrédients semblent, en effet, plus que jamais réunis. Reste à attendre le déclic, l’étincelle, ou l’homme providentiel capable de faire d’une vague un tsunami, d’entraîner derrière lui les fidèles du premier jour, puis les foules ? Les minorités font l’Histoire ; voilà bien l’une des nombreuses leçons du passé. Et aujourd’hui, l’Armée semble être, aux yeux de beaucoup, la dernière voie de salut pour les patriotes, conclut Christopher Lings, dans “Le Bréviaire des patriotes” (fin des extraits adaptés ; lien vers source en bas de page).

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

http://www.lebreviairedespatriotes.fr/2013/06/10/larmee-francaise-est-elle-au-bord-du-coup-detat/

Retour à l'accueil