A Paris, manif contre antifa et islamoracailles interdite, à Metz, manif contre le FN autorisée !

affiche-22juin3La formule est désormais célèbre : la manifestation de Résistance républicaine, prévue le 22 juin prochain, pour dire non au fascisme, aux islamo-racailles et aux antifa, a été refusée par le préfet de Paris, l’ineffable Bernard Boucault, « en raison notamment de son caractère provocateur à l’égard d’une partie de la population de la thématique retenue par votre rassemblement qui, dans le contexte actuel de tensions, est susceptible de générer des troubles graves à l’ordre public ».

Sceptique, Christine Tasin s’interrogeait : « Je déduis donc de ce courrier que si nous avions appelé à manifester contre « l’Extrême droite », « les JNR » ou « Troisième voie » qui sont dans le collimateur du gouvernement, on aurait été également interdits en raison du caractère provocateur de notre rassemblement à l’égard d’une partie de la population ?

Que nenni. Tout le monde, et le Préfet en tête, sait qu’il n’en aurait rien été, au contraire, c’est tout juste si Valls ne serait pas venu défiler avec nous ! »

Comme pour donner raison à la présidente de Résistance républicaine, nous apprenons qu’à Metz, ce samedi 15 juin, se tiendra une manifestation « pacifique », autorisée par les pouvoirs publics, pour protester contre la venue de Florian Philippot, numéro 2 du FN. Le thème : le Front national ne passera pas !

Manifantifnmetz

Bien évidemment, cette manifestation n’a absolument pas de « côté provocateur à l’encontre d’une partie de la population » (20 %) !

Nous sommes donc dirigés par des gens qui laissent une impunité totale aux milices fascistes, qu’elles se réclament du gauchisme ou de l’islam, et qui interdisent aux patriotes le droit de manifester, ou même de se défendre.

Nous sommes dirigés par des gens qui refusent qu’on dénonce les exactions commises quotidiennement contre les Français, mais qui laissent des groupes violents attiser la haine et multiplier les agressions contre le seul parti qui leur fait vraiment peur.

Le blogueur algérien Aldo Sterone disait qu’il ne fallait plus parler de gouvernement de Hollande, mais de régime de Hollande, c’est ainsi qu’on définit les dictatures. Et il poursuivait en affirmant qu’il n’avait jamais vu des personnes aussi dégueulasses que dans ce gouvernement. Comment lui donner tort ?

Martine Chapouton

Retour à l'accueil