Jeudi 30 mai 2013

Présent lors du Conseil supérieur de la fonction militaire [CSFM] à l’École Militaire ce 29 avril, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a été étonné de constater l’opposition qui régnait dans les rangs de l’Armée à l’égard de la loi sur la dénaturation du mariage.

Lors de ce conseil, de nombreux militaires, officiers compris, l’ont « très sérieusement interpellé » à ce sujet, rapporte La Lettre A. « Rassurez-nous, monsieur le ministre, le mariage pour tous, ça ne s’appliquera pas aux armées ? Vous imaginez si, à la soirée du régiment, le colonel déboule avec son copain ? », lui aurait lancé un militaire. Le ministre n’en serait pas « revenu » et aurait rétorqué à celui-ci : « C’est une loi de la République, elle s’applique à tous. »

 

Le Canard Enchaîné, qui est revenu sur l’information dans son édition du 22 mai, révèle au passage quedeux enquêtes sont actuellement en cours au sein de l’Armée. La première vise à garder un œil sur les militaires opposés à la loi sur le « mariage » homosexuel. Beaucoup d’entre eux, attachés aux valeurs et aux traditions comme on peut s’en douter, manifestent logiquement des réticences vis-à-vis de cette loi passée en force. Outre l’interpellation du ministre de la Défense, on peut également le constater à la vue des fanions de la « Manif pour tous » déployés sur les terrasses des habitations des officiers généraux dans le quartier Duplex à Paris.

Aussi, ces bougres d’officiers influenceraient leurs enfants ! « Troublé par le nombre d’enfants d’officiers parmi les jeunes interpellés (les “veilleurs” qui font des sit-in pacifiques) », Manuel Valls « a demandé à la DCRI de s’informer sur ce que ces ‘agités’ [sic] manigançaient », rapporte le Canard.

 

La seconde enquête, confiée cette fois à la DPSD [Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense], vise à « repérer les meneurs au sein de l’Institution » militaire. En effet, nombre de militaires et d’officiers ont des liens, parfois affichés, avec des organisations comme Civitas ou le Bloc Identitaire. Il s’agirait donc de mettre ces derniers sous surveillance dans le but de prévoir toute tentative d’action…

Pourquoi un gouvernement si sûr de lui, œuvrant en faveur du progrès et pour le bien de l’humanité, se montre-t-il si inquiet à l’égard de ceux qui, au sein de l’Armée – déjà bien remontée par les suppressions massives de postes – défendent des valeurs traditionnelles et une vision chrétienne de la famille ? Le doute semble-t-il gagner du terrain ?

Christopher Lings

Retour à l'accueil