Le maire (islamophobe) de Pertuis célèbre un mariage en burqa conforme à la Sharia

Classé dans: Islamisation,Société | 

pknn1000l

Phobie sociale : trouble chronique invalidant, caractérisé notamment par une anxiété intense et un évitement de la plupart des situations sociales.

Islamophobie : Le terme est apparu dès 1910 dans l’ouvrage d’Alain Quellien La politique musulmane dans l’Afrique Occidentale Française, mais son usage se répandit dans le langage commun essentiellement à partir des attentats du 11 septembre 2001 revendiqués par des musulmans affirmant agir au nom de l’islam.

o-o-o-o-o-o

Le 26 février dernier à 6h du matin pour que personne n’en soit témoin, un mariage obéissant aux lois de l’islam a été célébré en mairie de Pertuis1.

Le 17 janvier 2013, une jeune femme s’est rendue en mairie de Pertuis en expliquant qu’elle entendait se marier en burqa.

Après instruction du dossier, la Ville de Pertuis explique aux futurs époux qu’il n’était pas question de célébrer un mariage en burqa, la loi de 2008 en faisant interdiction.

Résistance, discussions (chantage ?) …

Le maire finit par proposer (accepter ?) que le couple se présente à 6h30 du matin, de façon à célébrer le mariage islamiste.

Il aura fallu attendre le 22 mai, lors d’un conseil municipal où le socialiste Fabien Perez, conseiller d’opposition, lui pose la question, pour que le maire islamophobe avoue qu’il lui « était difficile jusqu’à présent de rendre public cette affaire [...] dans le respect des citoyens ».2

 

J’ai « tout de suite demandé au service juridique de me sortir la loi de 2008 sur l’interdiction de port de la burqa » explique Roger Pellenc, puis, par peur des réactions des musulmans de sa ville, il saisit la gendarmerie, les services de la préfecture et le procureur de la République.

« j’ai reçu le futur mari et je lui ai précisé clairement que le port de la burqa est interdit sur la voie publique et que je ne pourrais pas ainsi les recevoir en mairie pour le mariage s’ils n’adoptaient pas une tenue conforme à la loi. » a déclaré le maire à l’islamiste (JPG: je suppose que l’entretien a été traumatisant).

Et d’ajouter : « Pour couper court à une affaire rocambolesque (JPG : que vient faire Rocambole dans une banale affaire islamiste), j’ai accepté que ce mariage se fasse au petit matin de façon à ce que la mariée ne se trouve pas exposée au regard d’autrui sans burqa »3. JPG : c’est la nouvelle version du maire. En réalité, qu’il ait célébré le mariage avec ou sans burqa importe peu. Dans les deux cas, il a obéit à la Sharia et non aux lois de la République qu’il est supposé servir.

Et ce sont les personnes averties des dangers de l’islam que l’on traite d’islamophobe…

Le couple intégriste franco-marocain a ensuite quitté le territoire pour s’installer dans un pays musulman, et l’on ne demandera pas quelles aides sociales il va maintenant exiger – et obtenir – de se faire verser.

Par peur de rappeler les principes républicains et d’arriver au « vivre ensemble », promis aux Français à qui on ne demande pas leur avis, le maire a préféré tirer un trait sur les principes de la laïcité.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

1http://fabienperez.fr/la-laicite-un-principe-bafoue-a-la-mairie-de-pertuis/

2http://fabienperez.fr/wp-content/uploads/2013/06/reponse-du-maire-burqa-27-5-13.pdf

 

3http://fabienperez.fr/wp-content/uploads/2013/06/LaProvence-31mai.jpg

Retour à l'accueil