Copé ose parler de l’honneur d’une droite qui, en dix ans, a ruiné le pays

Mais pour qui se prend Monsieur Copé ? Jugeant que le Front National est un parti extrémiste, il vient de déclarer : « Il est hors de question de s’allier avec ces gens là », ajoutant que c’est « l’honneur » de la droite française que de refuser toute alliance avec le FN. Quelle arrogance, quel mépris envers les 23% d’électeurs qui voteraient Marine Le Pen si les présidentielles avaient lieu demain, comme le montrent deux sondages récents. Comme si le FN était le parti du déshonneur !

Un tel discours est une insulte aux patriotes, aux citoyens attachés à leur pays, à son histoire, à son identité, à ses racines judéo-chrétiennes, à sa culture gréco-latine, à ses valeurs républicaines, à sa laïcité, à son drapeau et à sa Marseillaise, ces symboles républicains que l’UMP a honteusement et lâchement abandonnés depuis des lustres et que Marine Le Pen n’a eu qu’à ramasser. Où est le déshonneur de ceux qui entendent défendre tout ce qui fait la grandeur de notre nation millénaire ? Et si les électeurs FN sont des pestiférés, pourquoi avoir sollicité leur vote au deuxième tour des présidentielles ? Un peu de cohérence et de logique monsieur Copé. La stratégie du ni-ni adoptée systématiquement par la droite en cas de duel opposant le FN au PS ne peut qu’entrainer la réciprocité en cas de duel UMP-PS.

La défaite de Nicolas Sarkozy n’est donc ni une surprise, ni un hasard, elle est parfaitement justifiée. Car le bilan de cette « honorable droite française » que représente Monsieur Copé est le plus calamiteux de toute la cinquième république. La dette ? Elle était de 850 milliards en 2002, elle dépasse 1800 milliards aujourd’hui. Faut-il rappeler que Nicolas Sarkozy a endetté le pays de 300 millions par jour ? Le chômage ? Il était de 7,8% en 2002 et dépasse largement les 10% aujourd’hui. L’insécurité ? Les atteintes contre les personnes, qui sont la préoccupation majeure des citoyens, sont passées de 380000 par an à 470000 en dix ans. L’immigration ? Malgré cinq lois depuis 2002, cette frénésie législative n’a rien réglé. L’immigration « subie » est au même niveau et l’immigration « choisie » en est restée à son petit 5% de travailleurs chez les nouveaux arrivants. La balance commerciale ? Positive de 2 milliards en 2002, elle est déficitaire de 81 milliards en 2012.

Voilà le vrai bilan de cette droite aussi arrogante qu’incompétente qui a fait de la France un champ de ruines. Et ce n’est ni la faute du FN, qui n’a jamais gouverné, ni la faute de la crise. Car sur la période, l’Allemagne a vu son chômage baisser à 5,4%, soit le plus bas niveau depuis 20 ans et l’excédent de sa balance commerciale est passé de 132 milliards en 2002 à 187 milliards en 2012. Les chiffres sont tout simplement ahurissants : en dix ans, pendant que la France cumulait un déficit commercial de 500 milliards, l’Allemagne engrangeait un excédent de 1750 milliards ! Avec un « delta » de 2250 milliards entre les deux pays, y’a pas photo ! Ce n’est donc pas en invoquant de faux prétextes que la droite pourra s’exonérer de ses lourdes responsabilités. En dix ans elle a tout simplement ruiné le pays. Pas de quoi pavoiser donc, en méprisant les millions d’électeurs qui n’ont visiblement pas la même conception de « l’honneur » que Monsieur Copé.

Jacques Guillemainfn.jpg

Retour à l'accueil