Lundi 17 juin 2013

Ce matin j'écoutais concernant le résultat de la législative partielle, un député socialiste parlait de vague noire, de danger pour la démocratie. Le Front National au deuxième tour! Le PS éliminé. Il a eu le toupet de raccrocher sa pseudo "inquiétude" à l'affaire du fasciste rouge Clément Méric, tué dans une rixe. L'article suivant ne permettra pas d'accuser "l'extrême-droite". Les voyous malgré le floutage des télévisions est révélateur.

Le discours sent la panique à bord. Pour autant, nous sommes en droit en tant que français, d'attendre de ce personnel politique un minimum d'honnêteté. Je ne parle même pas de l'affaire Cahuzac.

Voilà une élection qui souligne une montée du Front National qui se justifie par les politiques menées jusqu'ici. La France s'enfonce et les politiques crient "courage pour les autres et fuyons (en Suisse?) pour les autres! Les sondages semblent affirmer que les français sont guéris de "l'inquiétude" qui hante ce socialiste!  

L'UMP affirme que la démocratie est en danger avec le FN! Pitoyable discours.

L'UMP souhaite refaire le coup de 2002 et se faire élire à l'africaine comme l'ami radical-socialiste Jacques Chirac! 

Gérard Brazon

*************
Philippe David de Boulevard Voltaire

 

La vidéo des violences durant le match Ivry – Fontenay-sous-Bois, publiée par le site duParisien, a fait le buzz tout le week-end. On y voit des dizaines de « jeunes » – pour utiliser le terme politiquement correct – s’affronter sur un terrain de football à coups de pelles, de battes de baseball et autres joyeuseries qu’il est impossible de ne pas avoir avec soi dès lors que l’on se rend au stade pour assister à un match. La vidéo dure près de dix minutes avec coups, charges en règle et rixes sur et hors du terrain. Tout cela à Ivry-sur-Seine, juste derrière le périphérique, le mur de Berlin des bobos parisiens. Car chacun le sait, derrière le « périph », tout est génial mais pour les autres et, d’ailleurs, on se garde bien d’y mettre les pieds (sauf à Neuilly-sur-Seine ou Boulogne-Billancourt, bien entendu).

On peut remercier Le Parisien d’avoir diffusé cette vidéo puisque, les images parlant d’elles-mêmes, la propagandastaffel médiatique ne pourra pas ce coup-ci accuser les « ultras du PSG » d’être à l’origine des violences, une réalité terrible que certains, de plus en plus minoritaires dans le peuple mais toujours ultra-majoritaires dans les hautes sphères médiatiques et politiques, ne veulent pas voir : la mise en coupe réglée de quartiers entiers par des bandes de voyous qui terrorisent les populations, vivent très bien en cumulant trafics rémunérateurs et aides sociales multiples et variées, tout en n’ayant rien à craindre en termes de sanctions, les justiciers du « mur des cons » étant là pour leur donner l’absolution lorsque la police arrive à les interpeller (le jugement du RER D est emblématique de cet état de fait).

Le silence des politiques ce week-end a d’ailleurs été assourdissant. Manuel Valls, pourtant toujours prêt à se jeter derrière un micro en fronçant les sourcils, a pointé aux abonnés absents tandis que l’opposition s’est tue dans un silence gêné. Seule Valérie Fourneyron, la ministre des Sports, a « condamné les incidents » (deux arbitres ont été attaqués ce week-end dans le Val-de-Marne après l’expulsion d’un joueur qui a exhorté les « supporters » de son équipe à s’en prendre à ces mêmes arbitres ; l’un d’entre eux a eu le nez cassé), ce qui est franchement le minimum syndical.

Seule la Fédération française de football envisage des mesures concrètes comme « changer l’organisation des compétitions pour les plus jeunes […] jusqu’à 13 ans, voire 15 ans. La compétition ne sera plus liée à des montées ou des descentes mais à l’aspect éducatif du jeu. Les jeunes auront tous le même temps de jeu et ils pourront arbitrer. »

Inutile de dire que jouer « pour du beurre » et « avoir le même temps de jeu » pour le meilleur qui se défonce à l’entraînement et celui qui fait du foot pour passer le temps va développer l’esprit de compétition de nos jeunes et la compétitivité du football français…

Dans nos banlieues, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

 

Retour à l'accueil