Moi républicain j’accuse Hollande et les siens de crime d’Etat contre les travailleurs

Moi républicain, j’accuse monsieur Hollande, son gouvernement de falsification historique de la vie économique et sociale de la France.

Laissez la parole aux victimes encore vivantes ; elles témoigneront de l’escroquerie de ces prétendues 30 glorieuses de l’après-guerre 1945.

 

  • Moi républicain, j’accuse monsieur Hollande et son gouvernement d’un mensonge d’Etat.

 

Où sont les 30 glorieuses décrites par les « élites ». D’où parlez-vous pour dire ça ? Vous volez la vérité aux générations futures. Dites les profits énormes faits par les couches dirigeantes après 1945. Les 30 glorieuses c’est le plein emploi peut-être, mais pour les couches populaires, c’est trimer des heures pour un salaire de misère qui ne permet aucun écart, des fins de mois catastrophiques, les familles devaient s’endetter même pour se nourrir. Il a fallu mai 1968 pour obtenir durant quelques années des conditions de vie plus décentes. Tout dissident se retrouve sur le   »mur des cons »  avec l’acharnement de la racaille en robe. Allez au tribunal assister à une justice rendue en catimini loin des plateaux télé. Demain, votre famille sera peut être victime de quelque chose que vous avez-vous-même mis en place !

Salarié dans la construction navale Alstom, Nantes Saint-Nazaire, je peux témoigner de cette catastrophe sociale. La cause étant l’arrivisme, le carriérisme d’hommes et de femmes qui utilisent le peuple ; ceux-là mêmes qui ont mandat s’en servent comme tremplin pour leurs propres intérêts et leurs ambitions personnelles. Une fois leur devoir accompli, n’ayant pas eu à subir le chômage, ces mandataires partent alors avec leur entière et très confortable retraite. L’actualité nous montre tous les jours les patrimoines démentiels, le train de vie sans commune mesure comparable avec le mode de vie d’un salarié. Existent-ils ces élus nationaux qui savent ce qu’est de vivre avec un revenu de misère ? Puisque vos discours reposent sur les  »30 glorieuses », le plein emploi, donc beaucoup de cotisants aux caisses de retraite, donc beaucoup d’argent ! Alors où est passé cet argent depuis 1945 ? Ces faits sont imprescriptibles ; nous avons le temps, viendra le jour où un tribunal sanctionnera ces faits. Les preuves sont là, compilées pour révéler la vérité, l’inscrire dans le livre de la mémoire sociale d’un bien immatériel. C’est l’intérêt du pays, de nos enfants et petits-enfants qui est en jeu.

Nous appartenons à la même génération, mai 1968, nous voulions être libres, bouter l’Amérique, le chef de file de l’impérialisme, établir l’égalité de droits et devoirs entre tous les Français. Vous c’est plutôt : délation, intolérance, lâcheté, haine, discrimination… nous n’avons pas les mêmes valeurs ! Aujourd’hui vous êtes à l’opposé, vous dirigez le monde, en pire. Considérant posséder une intelligence, une moralité supérieures, vous insultez le peuple, tout opposant à votre système est traité de raciste, fasciste, de salaud, LHLPSDNH (les heures les sombres…). Gravissimes insultes pour les familles qui ont eu grandement à souffrir du socialisme de monsieur Hitler… Ne voyez-vous pas que votre chef de file, ces USA, « ce 2è mur de Berlin » est sur le point de tomber ? Depuis, les travailleurs manuels de l’ère industrielle, nos parents, grands-parents, ces générations ont souffert, ne coûtaient rien aux caisses de l’Etat, la mort arrivant au moment de la retraite. Ce silence, cette confiscation historique est d’autant plus condamnable qu’elle est de notoriété. Nombre de documents universitaires décrivent les conditions de vie des ouvriers, des paysans, l’esclavage d’enfants de 8 ans (nos grands-parents et parents) ; moi-même 15 ans. Malgré cela, les responsables politiques et leurs experts, ayant le monopole de la parole, se sont acharnés par la propagande à falsifier la vérité historique, dissimulant aux jeunes générations comment vivaient les familles françaises sur le territoire métropolitain ; vous avez confisqué la vérité, notre identité, pour ne pas l’inscrire dans le marbre, car, vous savez que seuls les écrits restent. Ce crime est imprescriptible.

Moi républicain, j’accuse monsieur Hollande et son gouvernement de refuser de reconnaitre la responsabilité historique, de monsieur Mitterrand, président de la République, et successeurs.

Dès 1981, les décideurs disaient : planification de l’ère post-industrielle = désindustrialisation, chômage de masse, création d’un ministère du temps libre.

Mise en place de la France du travail pour tous au chômage pour tous.

Enorme mensonge d’Etat. Vous, monsieur Hollande, le président de la République, monsieur Ayrault, premier ministre, monsieur Montebourg, ministre de redressement productif   »membres de la haute », comme on dit dans le peuple, avez mis sous un tapis de mensonges la vérité sur les années d’après 1945, fait preuve d’un négationnisme historique. Avec vos thuriféraires, vous avez propagé de prétendues  »30 glorieuses », utilisant vos zélés et attitrés « experts » des plateaux télé, marronniers journalistiques, la propagande de certains universitaires, sociologues, chercheurs au CNRS, de banquistes soixante-huitards, tel Daniel Cohn-Bendit, mesurant à leur aune, n’ayant jamais mis les mains dans le cambouis. Mais grâce aux   »pue-la-sueur », vos experts ès bidule peuvent continuer à bénéficier d’un train de vie très confortable et ce malgré le désastre économique dans lequel vous avez plongé la France.

Quand cette génération laborieuse prendra la parole, se confrontera à eux, les témoins préciseront ce qu’étaient les conditions de vie en France, le travail extrêmement pénible, l’esclavage de ces années-là. En effet, dès1945, les successifs responsables politiques et leurs faiseurs d’opinion ont distillé une véritable escroquerie débouchant sur une catastrophe économique et sociale. Idéologie sous monsieur Giscard d’Estaing ; atteignant le summum à partir de 1981, à l’arrivée à la présidence de la République de monsieur Mitterrand, son premier ministre monsieur Bérégovoy, et suivants : monsieur 83%, Chirac, monsieur Sarkozy…. Conscients des objectifs du système, ont développé une politique conforme aux désirs des multinationales. Idéologie consistant à supprimer les usines en France, au nom de la rentabilité, favoriser financièrement les entreprises s’installant dans des pays à bas coût de main d’œuvre, décrètent l’ère post-industrielle, créèrent un ministère du temps libre,  mettant cette France du travail pour tous au chômage pour tous avec les conséquences criminelles sur l’organisation et protection sociales. 30 ans après laissent la France dans un état de misère. Monsieur Montebourg, ministre du redressement productif, en tant que responsable socialiste où est la   »boite à outils » ? Aujourd’hui votre équipe joue les pompiers pyromanes croyant faire oublier que c’est votre parti et vos alliés qui ont saccagé notre patrimoine d’usines, l’agriculture, le secteur maritime, le patrimoine humain, le savoir-faire exceptionnel des ingénieurs, techniciens, ouvriers, dont nous étions fiers. Il vous faudra combien de temps pour reconnaître votre gabegie ? Par convictions républicaines, j’ai lutté pour éviter cela, vous me faites payer très chère ma dissidence, je suis, et tout opposant, est sur le  »mur des cons ». Pire, la racaille en robe, s’est acharnée exerçant la barbarie sur ma famille. Je peux en apporter la preuve. Ce crime reste imprescriptible.

Gérard Chevis

Retour à l'accueil