Reims : Foulard islamique et jambon beurre

Armée Média

http://www.armee-media.com/2013/06/13/reims-foulard-islamique-et-jambon-beurre/

C’est de l’information !

Un fait divers banal : Quand trois musulmans rencontrent un brave type qui mange son sandwich jambon beurre, ils lui « cassent la gueule » avec une violence inouie et le journal local titre « Trois hommes recherchés après l’agression du tramway » . La victime a déposé sa plainte contre les agresseurs qui courent toujours.

Un acte xenophobe : Quand un jeune homme fait mine d’enlever un foulard islamique couvrant le visage d’une fille, le même journal offre un titre explicite sur cet acte xenophobe   « L’agresseur hostile au foulard islamique placé en garde à vue » et rapporte que 8 plaintes sont déposées par la victime et 7 associations musulmanes.

 

Extraits :

REIMS (Marne). Ils sont soupçonnés d’avoir molesté un passager qui voulait manger un sandwich au jambon dans le tramway de Reims. Ils l’auraient frappé en invoquant un motif religieux.

ON en sait un peu plus sur l’agression d’un passager du tramway survenue ce week-end à Reims. Comme nous l’avions évoqué dans l’union de mardi, il se confirme que la victime a été frappée alors qu’elle voulait manger un sandwich au jambon.
Les faits se sont produits vendredi, vers 21 heures. Agé de 23 ans, le jeune homme a pris le tramway avec deux camarades pour se rendre à une soirée. Alors que la rame traversait le quartier Croix-Rouge, il a sorti de son sac à dos un morceau de pain et du jambon pour se préparer un sandwich.

Insultes

Un groupe de trois passagers se trouvait près de lui. Tous les témoins s’accordent à dire qu’à la vue des tranches de jambon, l’un des individus l’a apostrophé de vive voix en l’accusant de manger délibérément du porc devant lui pour le provoquer et porter atteinte à ses convictions religieuses (il a fait comprendre qu’il était musulman).

Surpris par cette accusation, le jeune homme a répondu qu’il n’avait l’intention d’offenser personne. Les récriminations accompagnées d’insultes ont pourtant continué de plus belle. D’après le plaignant et les témoins, l’individu, après avoir réitéré son refus de le voir manger du porc en sa présence, s’est précipité sur lui pour le frapper de coups de poing au visage.
Ses deux acolytes ont fait de même, puis les trois agresseurs sont descendus à l’arrêt suivant, du côté de la faculté Croix-Rouge.

Visage ensanglanté

Les coups portés au visage de la victime ont occasionné plusieurs blessures saignantes qui ont nécessité son transport aux urgences du CHU. « C’était très violent. J’ai cru qu’ils allaient lui fracasser la tête », déclare un témoin sidéré par la scène.

Paru sur l’Ardennais le 13/06/2013 : http://www.lunion.presse.fr/article/marne/trois-hommes-recherches-apres-lagression-du-tramway

 

 

REIMS (Marne). Le jeune apprenti auteur présumé de gestes hostiles au foulard d’une musulmane est entre les mains de la police. Huit plaintes ont été déposées à cette occasion.

ON en sait aujourd’hui un peu plus sur l’histoire de foulard islamique qui a mis en émoi la communauté musulmane rémoise dimanche (notre édition d’hier). L’auteur présumé du fait incriminé -des gestes et des propos d’hostilité à ce vêtement religieux- est un mineur de 17 ans, apprenti chez les Compagnons du devoir à Reims, où il était arrivé il y a un an et demi. Il a été placé en garde à vue pour « injure publique et provocation publique à la haine raciale ». Hier soir il n’avait pas encore été auditionné, ayant demandé l’assistance d’un avocat.

Un simple effleurement ?

Du côté des autorités, et notamment de la préfecture, qui suit l’affaire de près, sans minimiser l’incident, on tient à le restituer avec précision : contrairement à ce qui a pu être compris ou affirmé un moment, le foulard que portait la jeune femme musulmane turque alors qu’elle circulait comme passagère dans une voiture conduite par son mari dimanche en début de soirée dans la rue Maldan, quartier Clairmarais à Reims, ne lui a pas été arraché par l’intéressé. Cette version est confirmée par la victime elle-même et son mari, qui eux, ont été entendus par la police. Selon cette dernière, les faits se sont produits de la façon suivante : le jeune apprenti marchait sur le trottoir en compagnie de deux camarades, quand la voiture à bord de laquelle circulait le couple est arrivée en sens inverse. Le jeune homme a alors fait des gestes signifiant qu’il fallait enlever le foulard. Le mari a fait marche arrière pour demander des explications.

Rare ou fréquent ?

Et c’est dans ce deuxième temps de la prise à partie qu’il y aurait eu des propos racistes, et que le jeune homme se serait approché de la passagère, renouvelant les gestes d’enlèvement du foulard.
A cette occasion, il pourrait y avoir eu un contact physique entre le jeune homme et la jeune femme, a priori guère plus qu’un effleurement, mais cela reste à démontrer par l’enquête.
En tout état de cause, la police ne parle pas, pour le moment, d’agression physique.

Outre le couple de la voiture, sept associations musulmanes, dont le conseil régional du culte musulman (CRCM), ont porté plainte à cette occasion. « Je déplore que des gestes de cette nature se multiplient, commente le président de ce conseil, Rachid Zejli, alors que les musulmans ne demandent qu’à vivre dans de bonnes conditions ; il faut que cette violence gratuite s’arrête ! »

Paru sur l’Ardennais le 11/06/2013 :http://www.lunion.presse.fr/article/region/lagresseur-hostile-au-foulard-islamique-place-en-garde-a-vue

Retour à l'accueil