A quand le contrôle des rêves????

Après le contrôle du Net par le CSA, à quand le contrôle des rêves ?

Moi aussi j’ai fait un rêve ! Mais un rêve qui, pour être agréable puisqu’en parfaite concordance avec mes pensées diurnes, me fait néanmoins grandement peur par les graves conséquences qu’il pourrait entraîner dans ma paisible vie.

Il faut immédiatement que je cesse de lire des livres subversifs tels que « Ces maires qui courtisent l’islamisme » (Joachim Véliocas), « Reconquista » (René Marchand) et bien d’autres, mais surtout le dernier en date : « Opération Pédalo » (Paul Le Poulpe – aux Éditions Riposte Laïque), qui m’a fait tellement rire qu’il a fini par m’entraîner, à mon insu dans des aventures nocturnes rocambolesques, semblables à celles décrites avec tant de brio dans ce dernier ouvrage, puisque j’ai tout bonnement rêvé la nuit dernière, que mesdames Taubira, Duflot, Belkacem, Touraine et Filipetti, étaient discrètement, prestement et simultanément enlevées, chacune à l’ endroit où elle se trouvait (restaurant huppé, pince fesses chez B.D. un copain parisien, soirée mensuelle au sélect club « Le Siècle » où aucune d’entre elles ne risquerait de rencontrer un citoyen ordinaire, ou encore partie fine chez un imam sympa pratiquant, tout comme eux, le « fais ce que je dis, mais pas ce que je fais »), bref une soirée ordinaire pour des gens ordinaires, détestant les riches…

Ensuite, elles étaient déposées une par une, chacune par l’équipe chargée de son rapt, au beau milieu d’une accueillante cité de banlieue (pas la même, non, chacune la sienne, c’est bien plus rigolo) fleurant bon le bonheur du vivre ensemble, qu’elles et leurs complices nous chantent sur tous les tons, précisément avec les chances pour la France dont leur gouvernement accélère la venue et l’installation, bien à contrecœur puisqu’ils étaient si heureux dans leurs merveilleux pays respectifs, mais bon, avec la certitude de faire ce que l’on veut, d’obtenir toujours plus et surtout de pouvoir emmerder les autochtones, sans qu’ils puissent riposter sous peine d’être accusés de n’importe quoi et traînés prestement au tribunal, cela vaut bien quelques sacrifices…

Chacune laissée donc seule au beau milieu de l’agora de banlieue qui lui a été dévolue, les yeux bandés et les mains attachées derrière le dos, vêtue de la tenue de soirée, vaporeuse et coûteuse, qu’elle a choisie avec soin, savourant à l’avance le plaisir du succès incontestable qu’elle lui devrait, parée des derniers bijoux offerts par l’adorable compagnon, sachant opportunément mettre sa haine des riche dans sa poche lorsqu’il s’agit de gâter sa compagne tout en épatant la galerie... c’est donc le cœur battant la chamade qu’elle se retrouve, guettant le moindre bruit, à la fois ivre de rage qu’on ose s’en prendre à elle (pour sûr, dès demain des têtes vont tomber !) et fortement inquiète de se retrouver en milieu qu’elle subodore hostile, bien que n’ayant vraiment aucune idée de l’endroit où elle se trouve réellement…

Mais où vais-je chercher tout cela ???

Pourtant, avant j’étais une paisible et discrète retraitée qui, entre deux parties de rami, scrabble, ou séances de peinture sur porcelaine, aquagym … s’entretenait cordialement avec mes voisins à qui je tentais, en vain, d’ouvrir les yeux et les oreilles sur les angoissants événements bouleversant notre Nation !

Mais ça c’était avant ! Avant d’être gravement contaminée (à jamais j’en ai bien peur) par les idées nauséabondes véhiculées par l’un des plus performants outils de propagande extrême-droitiste : le journal en ligne Riposte Laïque, et de tomber sous l’emprise de ses animateurs, rédacteurs contributeurs … dangereusement sympathiques.

Mais revenons quelques instants sur mon récit onirique, quelques instants seulement parce que malheureusement, au moment où les aventures de nos cinq péronnelles commençaient à devenir vraiment captivantes (pour moi) et angoissantes (pour elles) puisque pratiquement au même moment (les rêves ont ceci de commode que l’on a le don d’ubiquité, raison pour laquelle je peux raconter ce qu’elles ont vécu simultanément) leur attention fut attirée par d’étranges échanges verbaux aux curieux accents gutturaux, sans commune mesure avec le langage de salon, se rapprochant sans aucun doute de l’endroit où chacune d’elle stationnait dans une position embarrassante. Enfin on va me secourir, me reconnaître et me rapatrier bien vite, pensait chacune de nos héroïnes …

http://www.youtube.com/watch?v=n15rCAQyZCE

Le langage « wesh ziva nike ta mère » des immigrés de banlieue

Hélas, ni vous ni moi ne connaîtrons jamais comment cette aventure palpitante s’est terminée (bien que personnellement j’en ai une petite idée) parce qu’au moment où percevant très nettement le mot « niquer » émergeant à plusieurs reprises des propos des individus maintenant tout près, chacune basculait brusquement dans une peur viscérale … mon réveil a sonné, interrompant inopportunément cette extraordinaire aventure forte en émotions de toutes sortes.

Ce que j’écris habituellement dans R.L. n’est jamais très politiquement correct (je l’avoue, mais ne m’en excuse pas, bien au contraire), je ne suis par conséquent nullement à l’abri d’une éventuelle dénonciation aux autorités, de la part d’une personne bien pensante, souhaitant à toutes forces ma « guérison », alors si en plus le C.S.A. se dotait d’un moyen infaillible pour décrypter les rêves des citoyens (on ne sait jamais, avec un Ministre du Redressement Productif tellement futé et compétent, dont l’action dynamise à un point encore inégalé, toute l’industrie française, où les ingénieurs, pour se hisser à son niveau, travaillent d’arrache-pied pour lui présenter des idées lumineuses … personne n’est à l’abri d’une telle machiavélique découverte) il me semble que ça pourrait chauffer pour mon matricule.

http://ripostelaique.com/filippetti-crache-le-morceau-le-csa-sera-aux-manettes-du-controle-du-net.html

D’ailleurs, maintenant que j’y pense, je me demande si finalement j’étais vraiment endormie quand j’ai fait ce rêve si réjouissant ???

Josiane Filio

Retour à l'accueil