Publié par Guy Millière le 8 juin 2017

“Cessons de parler d’État Islamique, ils trahissent la religion qu’ils prétendent servir. Ce sont juste des assassins”, a déclaré le porte-parole du gouvernement français, un certain Christophe Castaner.

Il n’est pas le premier en France à utiliser ce genre de discours. Il ne sera pas le dernier. Comme l’a dit Pascal Bruckner dans Le Figaro en lui répondant : “On assiste, en France, à une impressionnante multiplication de théologiens et de spécialistes en islam. Nos politiques sont tellement informés qu’ils savent mieux que les musulmans ce qu’est l’islam lui-même !”.

Cette réponse ironique est pertinente, mais insuffisante. Les dirigeants politiques français ne sont pas informés, bien sûr, et il est légitime de les traiter en ignorants : ce sont des ignorants. Mais ce sont surtout des lâches.

Ils ne veulent pas voir ce qui est devant leurs yeux, alors ils s’aveuglent eux-mêmes, et choisissent de mentir et de se prosterner en espérant être épargnés.

Dès lors que les grands médias sont eux-mêmes emplis de gens aussi ignorants et lâches qu’eux (les derniers journalistes courageux se comptent sur les doigts d’une main à laquelle manquent un ou deux doigts), l’aveuglement, le mensonge et la prosternation se disséminent et passent pour de l’information.

La population en subit les conséquences, mais, dans sa grande majorité, semble accepter docilement.

Emmanuel Macron, décrit très justement par Gilles-William Goldnadel comme l’Obama blanc (j’ajouterai, l’Obama blanc petit format pour une petite puissance), maître à penser (?) de Christophe Castaner, a été élu tout en ayant dit que les Français devaient s’habituer à ce que le terrorisme fasse partie de leur vie quotidienne, ce qui signifie que les Français veulent bien que le terrorisme fasse partie de leur vie quotidienne. Grand bien leur fasse.

Quand des attentats djihadistes ont lieu, des fleurs, des pleurs et des bougies font leur apparition, puis la page se tourne. Les familles enterrent leurs morts. Les blessés et les mutilés sont soignés à l’hôpital. Les réactions de colère sont absentes ou recouvertes d’un tampon de chloroforme avec le consentement du plus grand nombre.

Les déductions les plus élémentaires, celles disant que si les terroristes djihadistes crient Allahou Akbar en agissant, c’est qu’ils sont musulmans et pas simplement assassins ou malades mentaux, sont évacuées, et, quand Pascal Bruckner écrit la phrase que j’ai citée plus haut (et ajouté que “l’islam est en train d’acquérir un brevet de religion intouchable”), il n’en ajoute pas moins, pour ne pas devenir un paria exclu de toutes les maisons d’édition et de tous les journaux, que le terrorisme islamique est un des visages de l’islam, “fort heureusement pas le seul et pas le principal”. Ce qui est inexact, et édulcorant.

Il n’existe pas d’islam non violent et pacifique

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le djihad sous toutes ses formes, y compris les plus violentes, fait partie intégrante de l’islam. Il n’existe pas d’islam non violent et pacifique. La paix selon l’islam est celle obtenue quand un territoire est soumis à l’islam et devient dar al islam. Il existe en Occident des musulmans non violents parce qu’ils ne respectent pas le Coran à la lettre alors que le Coran l’exige, et parce qu’ils ne lisent pas le Coran. Il existe des dirigeants du monde musulman qui sont prudents parce que l’islam ne domine pas le monde. L’islam ne peut vivre en paix dans une coexistence calme avec ce qui n’est pas lui, et tout est, dès lors, question de rapports de force.

La lâcheté, le mensonge, l’aveuglement, la prosternation sont des signes de faiblesse. La prudence de Pascal Bruckner est elle-même un signe de faiblesse. Et la faiblesse est pour ceux qui ne respectent que la force une incitation à agir et à tuer.

Certains pays ne sont pas du tout touchés par le terrorisme djihadiste : ce sont des pays où il n’y a pas, ou très peu, de musulmans

Les plus récents attentats ont eu lieu à Manchester, à Londres et à Paris. Emmanuel Macron, prenant la posture du tapis de prière tourné vers La Mecque, a promis la construction de mosquées, de centres islamiques et une meilleure place pour l’islam en France. Il serait très étonnant qu’il n’y ait pas de prochains attentats terroristes djihadistes majeurs en France. Que les électeurs de Macron fassent leur stock de bougies. Pour les fleurs, ils iront chez le fleuriste. Quant aux pleurs, ils viennent spontanément couler sur leur visage au moment requis.

Des cartes de géographie ont été publiées récemment montrant qu’en Europe certains pays ne sont pas du tout touchés par le terrorisme djihadiste : ce sont des pays (Pologne, Hongrie, République tchèque) où il n’y a pas, ou très peu, de musulmans. Etonnant, non ? Si vous ne comprenez pas, demandez l’explication à Christophe Castaner ou à Emmanuel Macron.

Et si vous découvrez que Christophe Castaner a un passé de soutien au Hamas, à l’époque du Mavi Marmara, ne soyez pas surpris.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Retour à l'accueil