En direct au JT de TF1, Marine Le Pen arrache le masque de l’institut Montaigne, émanation de la haute finance qui téléguide Macron dans Interview / Politique — par — 23 février 2017

Marine Le Pen était l’invitée du JT de TF1 mercredi soir, suite aux harcèlements judiciaires qui interviennent contre ses assistants alors que tous les sondages la mettent largement en tête au premier tour de la présidentielle et lui ouvrent toutes les chances de remporter le second tour. La candidate souverainiste eut tôt fait de balayer l’affaire, avant d’arracher le masque de l’institut d’économie Montaigne, marionnette du club mondialiste Bilderberg, à partir de 8’44. Vidéo et texto ci-après

Une conjuration du Système médiatico-financier qui explose en plein écran

La candidate à la Présidence à longuement répondu à l »expert » de l’institut Montaigne, François-Xavier Piétri, chargé de caricaturer son projet économique concernant la sortie de l’Union européenne et du retour au Franc. Bonne occasion pour Marine Le Pen de rappeler que l’Institut Montaigne est une émanation du groupe d’assurance AXA, fondé par Henri de Castries, qui a été à la tête du club Bilderberg, et qui a présidé le groupe Axa jusqu’en janvier 2017, et auquel le journaliste s’empresse de venir au secours, sans succès…. Un groupe au service de la haute finance apatride et cosmopolite, qui tient en haine les nations européennes, et leur civilisation chrétienne, mais qui milite pour un monde sans frontières où des troupeaux humains sans racine seraient ballotés indistinctement . Un groupe qui a soutenu Nicolas Sarkozy, approché François Fillon qui a eu le tort de se référer aux racines chrétiennes de la France, avant d’opter pour la candidature du traître Emmanuel Macron, qui lui ne cesse de donner des gages à ses marionettistes. « En Marche » était même domicilié chez le directeur de l’institut Montaigne, Laurent Bigorgne »…. Une manœuvre du mondialisme des banksters soutenue par des médias engagés sous la houlette du magnat de la presse Israélo-marocain, Patrick Drahi, l’obligé d’Emmanuel Macron; une conjuration du Système médiatico-financier que Marine Le Pen fait exploser en plein écran. « François Fillon veut faire d’Henri de Castries son ministre de l’Économie« …

Les reproches de la « Justice », Marine Le Pen les a balayés en quelques mots

Des manœuvres qui profitent d’un flou savamment entretenu pour tenter d’amalgamer les emplois fictifs reprochés à Fillon dans le dessein d’un enrichissement personnel, aux emplois réellement occupés des collaborateurs parlementaires de Marine Le Pen sans qu’aucun soupçon d’enrichissement personnel ne pèse dessus.

Pour le cas où cette vidéo disparaîtrait voici le texte à partir de 8’44, lorsque Marine Le Pen explique ce qu’est réellement l’Institut Montaigne:

« Ce qui est dommage, M. l’expert, c’est que vous ne nous disiez pas ce qu’est l’Institut Montaigne. Vous savez en mai 68 on disait « dis-moi d’où tu parles ». L’Institut Montaigne c’est un institut qui en 2012 faisait des publicités diffusées sur une autre chaine qui ont été supprimées par le CSA parce qu’elles faisaient l’apologie en boucle des propositions de Nicolas Sarkozy. Il a été présidé cet institut, tiens comme par hasard, jusqu’en janvier 2017, par Henri de Castries, l’ancien patron d’Axa, celui que M. Fillon veut transformer en ministre de l’Economie, et celui qui a été à l’origine précisément du projet de M. Fillon de destruction et de privatisation de la Sécurité sociale. » (Le journaliste vient au secours d’Henri de Castries ndlr)

« Et quand à Laurent Bigorgne, poursuit Marine Le Pen, le directeur, c’est un proche de Macron, je crois même qu’En Marche » était domicilié chez le directeur de l’Institut Montaigne!

Alors je dis aux Français, vous allez vivre ça pendant deux mois, pendant deux mois tous ceux qui ont quelque chose à perdre durant cette élection, c’est-à-dire les grandes puissances financières, les grands groupes de médias qui ont été avantagés par M. Macron, c’est le cas de M. Drahi par exemple qui a pu acheter SFR grâce à M. Macron, parce que M. Montebourg s’y était opposé, vous allez entendre des choses aussi délirantes que ce qu’on peut voir là.

Le retour à une monnaie nationale, c’est d’abord le retour à la liberté politique, parce que demain je ne veux pas qu’on me dise: « Madame la Présidente de la République vous ne pouvez pas sortir de Shengen parce que l’Union européenne vous interdit de le faire et si vous le faites nous userons de l’Euro pour vous en empêcher. »

[le retour à la monnaie nationale] c’est la liberté économique parce qu’avec notre monnaie on va pouvoir mettre en place un patriotisme économique, un protectionnisme intelligent, on va pouvoir relancer les exportations, donc recréer de l’emploi dans notre pays et nous allons pouvoir aussi , contrairement à ce qui a été dit ici, recréer le pouvoir d’achat. Parce que ce que ne nous dit pas l’expert, c’est combien ça coûte le sauvetage de l’Euro. Combien ça a coûté aux Français ? 68 milliards, me semble-t-il, le sauvetage de la Grèce! Et nous avons encore des engagements, nous sommes caution sur des centaines de milliards! [voir à cet effet L’ordonnance est passée en France: désormais, une banque pour se renflouer pourra ponctionner les comptes de ses clients]

Alors tout cela il faut que les Français le sachent. Mais c’est vrai que l’Euro c’est la monnaie des banquiers. Et qu’ils ont fait beaucoup de bénéfices avec lui. mais ce n’est pas la monnaie du peuple parce que le peuple, lui, a vécu la baisse de son pouvoir d’achat et surtout ce chômage épouvantable de masse qui aujourd’hui frappe notre pays.

Moi je dis, je vais vous rendre à vous peuple français, je vais vous rendre votre monnaie, parce qu’il n’y a pas de peuple libre qui ne maîtrise sa monnaie, vos frontières parce qu’il n’y a pas de pays libre sans frontières, je vais vous rendre l’autorité des lois votées par vos représentants parce que les autorités européennes ne peuvent pas avoir d’autorité supérieure à notre loi, et je vais vous rendre la liberté économique, c’est-à-dire le moyen de mettre en place des aides aux TPE-PME, parce qu’aujourd’hui c’est interdit etc. etc. »

(…) Les TPE et les PME sont précisément ceux qui vont bénéficier du projet que je porte. J’assume le choix de faire d’eux des privilégiés dans mon projet. Jusqu’à présent ce sont les grands groupes qui ont bénéficié de toute une série d’aides et notamment le CICE d’ailleurs (Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi ndlr), eh bien moi, je dis aux TPE-PME c’est à vous que je vais m’intéresser, c’est vous qui allez bénéficier des baisses de charges et notamment des 50 Milliards sans coût supplémentaire car ça existe déjà. Sauf que je vais les recentrer sur les TPE-PME. C’est vous qui allez bénéficier de la baisse du taux intermédiaire de l’impôt sur les sociétés. »

Retour à l'accueil