Folie meurtriere au plus haut niveau

Folie meurtriere au plus haut niveau

Islam de France : l’effrayant programme de Macron

Publié le 22 mars 2017 - par -

 

« La laïcité, c’est une liberté pour tous et une exigence pour chacun ! »

C’est beau, c’est du Macron. Et ça donne envie d’aller jeter un coup d’œil sur la page « Questions religieuses et laïcité » du programme de  « En Marche » :

https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/questions-religieuses-et-laicite

Après quelques considérations  sur la laïcité semblant sorties d’une planche maçonnique consensuelle, le chapitre islam du programme devrait  suffire à lui seul à  dissuader d’avoir l’idée – même en rêve – de glisser dans l’urne un bulletin  « Macron ».

Ahurissant, effrayant, destructeur…Toute la folie islamophile et toute l’ignorance de l’islam, de son dogme mortifère, de sa tactique de ruse et de dissimulation s’étalent, gorgées de la prétention stupide du cuistre suffisant et ignare persuadé qu’il pourra, lui aussi, créer un  « islam de France » !  Cette chimère obsessionnelle, cette créature  si chère  aux « Turcs de profession », que nous ont déjà servie Sarkozy, Hollande, Valls, Cazeneuve et compagnie, entre ruptures de jeûne et inaugurations de mosquées, la revoilà bien grasse, bien nourrie, bien prospère par la grâce de nos futurs impôts. Prenez le temps de lire et de bien méditer ce programme, car ici, le banquier a UN programme :

« Un islam de France plus structuré pour combattre les discours radicaux.

Nous agirons pour aider les musulmans à restructurer l’islam de France.

Aujourd’hui, les musulmans de France sont mal représentés. L’État est beaucoup intervenu dans l’organisation du culte musulman, mais de façon désordonnée et contradictoire. En 2016, le gouvernement a créé la Fondation pour l’islam de France, mais, en raison de la loi de 1905, celle-ci ne prend en charge que des projets sociaux et culturels à l’exclusion des questions proprement cultuelles.

Demain, une nouvelle structure permettra de relancer les principaux chantiers du culte musulman en France : la construction et l’amélioration de lieux de culte dignes là où c’est nécessaire et la formation en France des imams. La liberté de culte, c’est aussi la liberté de le pratiquer dans des conditions dignes.

 Créer une Fédération nationale de l’islam de France regroupant des associations cultuelles locales créées dans le cadre posé par la loi de 1905.

Ces associations, qui pourront recevoir des dons et legs dans des conditions fiscales avantageuses, permettront de financer la rénovation et la construction de mosquées et la formation d’imams. Il faut encourager l’engagement de nouvelles générations de musulmans, qui sont nés, ont grandi et travaillent en France, dans la gestion du culte musulman.

Nous formerons des imams sur le sol français et de façon adaptée aux valeurs de la République.

Aujourd’hui, les formations d’imams en France sont presque inexistantes. Résultat : environ 300 imams exerçant en France sont payés par des gouvernements étrangers (Algérie, Maroc, Turquie). Un certain nombre maîtrisent mal le français.

Demain, la formation des imams sera complétée en France par un diplôme universitaire.

Susciter au sein de l’université la création de diplômes universitaires destinés aux ministres du culte.

Ces diplômes garantiront la maîtrise du français, la connaissance des valeurs de la République et des droits de la femme, de la société française et des autres cultes et convictions présents en France. Ils permettront, dans le respect de la neutralité de l’Université, de développer l’esprit d’analyse et le regard critique.

Les initiatives pour développer des instituts privés de qualité sur le volet purement religieux, et pleinement ancrés dans les valeurs de la République seront encouragées et soutenues car la priorité doit être donnée à une formation en France et en français des ministres du culte.

Créer un statut unifié des aumôniers.

Ces personnes auront des contrats avec l’Etat et verront leur rémunération améliorée. L’instance représentative du culte musulman assurera un complément de rémunération pour les aumôniers musulmans.

Nous combattrons les dérives de l’islam identitaire et nous préviendrons la radicalisation.

Aujourd’hui, des formes radicales de l’islam prospèrent aussi du fait des difficultés sociales et économiques de certains quartiers. Selon une étude récente (Institut Montaigne, Un Islam Français est possible, septembre 2016), 2/3 des musulmans pensent que la laïcité permet de vivre librement sa religion en France, mais 1/4 considèrent l’islam comme un moyen de s’affirmer en marge de la société française, en s’attaquant en premier lieu à l’égalité entre les femmes et les hommes. Le djihadisme se nourrit d’un climat social, d’une critique des valeurs républicaines communes et de l’absence de culture religieuse : défiance envers les institutions, théories du complot, antisémitisme, victimisation excessive. Sans une adhésion minimale aux vérités les plus évidentes, aucune existence en commun n’est possible.

Demain, l’action résolue de l’État, des acteurs locaux, du secteur associatif permettra de réinvestir ces quartiers, de réaffirmer les principes républicains d’égalité et de liberté, et de lutter contre l’idéologie djihadiste. »

Programme ahurissant par son utopie stupide, effrayant quand on imagine la prolifération exponentielle des casernes islamiques qu’il faciliterait  avec l’argent du contribuable, destructeur  de tout ce qui fait les valeurs de notre France pour la plus grande joie des pétro-monarchies! Comment Macron ose-t-il même parler de laïcité tout en nous imposant de fait une chape islamique express ? Ce programme, c’est un massacre de la France, une trahison d’une violence inouïe, un assassinat de notre culture !

Après ça, le tueur Macron, il vous tente encore ?

Danielle Moulins

Petit complément...

Macron est énarque. A l’ENA, il a côtoyé Boris Vallaud (mari de Najat Vallaud-Belkacem) qui fut plus tard directeur de cabinet au ministère de l’Economie.
Macron est un franc-maçon Young leaders .
Macron est un ancien banquier de chez Rothschild.
Macron est millionnaire. Nous le savons grâce au redressement fiscal que le fisc lui a infligé au sujet de sa maison du Touquet estimée à 1,4 millions d’euros.
Macron est soutenu par des dizaines de caciques de la politique (anciens ou actuels ministres, secrétaires d’Etat, députés, sénateurs, présidents de région ou de département, maires...) : François Patriat (PS), Bernard Kouchner (ancien ministre de gauche et de droite), Renaud Dutreil (UMP et créateur du RSI), Jean-Claude Boulard (PS), Jean-Pierre Sueur (PS), Corinne Lepage (qui a papillonné dans de nombreux partis), Nicole Brick (PS), Jean-Michel Baylet (radical de gauche, PDG du groupe La Dépêche ), Gérard Collomb (PS), Jean-Paul Huchon (PS, condamné pour prise illégale d’intérêt), Dominique Strauss Kahn, Daniel Cohn-Bendit...
> Macron est soutenu par des financiers et des patrons : Alain Minc (financier, conseiller politique), Pierre Gattaz (patron du MEDEF), Claude Bébéar (milliardaire, fondateur d’AXA), Vincent Bolloré (milliardaire, propriétaire de l’institut de sondage CSA, actionnaire de Vivendi, Canal+...), Pierre Berger (homo milliardaire, mécène historique du PS, copropriétaire de L’Observateur et Le Monde ), Bernard Arnaud (milliardaire, fondateur de LVMH, propriétaire de Radio Classique , Le Parisien et Les Echos ), Alexandre Bompard (millionnaire, patron de la FNAC et de Darty), Françoise Holder (millionnaire, fondatrice de Boulangerie Paul)...
> Macron est aussi soutenu par deux patrons emblématiques des télécommunications : Xavier Niel (patron de Free, copropriétaire de L’Observateur , Le Monde , Publications de La Vie Catholique , Télérama ...) et Patrick Drahi (patron d’Altice qui est la holding luxembourgeoise de SFR-Numéricable, propriétaire de L’Express , Libération , NewsCo , BFM TV , BFM Business , RMC ...).
> Patrick Drahi habite en Suisse, possède un compte bancaire dans le paradis fiscal de Guernesey et a logé sa société à la Bourse d’Amsterdam. Lorsque Macron était secrétaire général adjoint de l’Elysée, Bouygues était en concurrence avec Numéricable pour racheter SFR. C’est Macron qui a permis à Patrick Drahi d’avaler SFR. Et Drahi a depuis renvoyé l’ascenseur. Le banquier Bernard Mourad (Morgan Stanley), ami proche de Drahi, est aujourd’hui conseiller spécial du mouvement “En Marche” de Macron et s’occupe activement de sa campagne électorale.
Dans l’équipe de campagne de Macron, on trouve une flopée de diplômés de Sciences Po ou de HEC, cadres supérieurs dans de grands groupes, comme par exemple la société américaine de conseil McKinsey.
En 2016, Emmanuel Macron a été la personnalité qui a bénéficié du plus grand nombre de couvertures de magazines. Macron est un grand ami de Yves de Kerdrel (patron de Valeurs Actuelles et dont le carnet d’adresses est copieusement garni de représentants de l’élite sociale). Macron organise depuis des années des diners mondains dans lesquels il invite la crème de l’establishment politico-médiatique.
Selon Marianne , Macron est allé à Londres obtenir des fonds financiers auprès des banques de la City.
Macron est-il honnête ?
Macron laisse entendre qu’il est issu de Normale Sup. Faux : Macron a échoué deux fois au concours d’entrée de l’Ecole Normale Supérieure. Par contre, il était élève du lycée élitiste Henry-IV. Mais ce n’était pas un étudiant brillant. Un de ses anciens camarades a indiqué à Marianne que Macron “arrivait à utiliser suffisamment de mots savants pour donner le change” à l’oral.
Macron fait croire qu’il est docteur en philosophie. Le problème est que l’on n’a jamais retrouvé sa thèse. Il prétend alors qu’il n’a produit qu’un mémoire. Mais lorsque les journalistes de Challenges interrogent son supposé directeur de mémoire, le professeur de philosophie Etienne Balibar, celui-ci répond “ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode”.
Le 6 avril 2016, Macron lance son mouvement “En Marche” par un clip vidéo mettant en scène la diversité et les talents de la population française. Mais le lendemain, Yann Barthès, présentateur du Petit journal, révèle la supercherie : le clip de Macron n’est qu’un copier-coller de vidéos étrangères, notamment américaines. Par exemple, une supposée Française est en réalité une Américaine figurant dans un clip de campagne des primaires démocrates de Bernie Sanders.
Le 10 avril 2016, au JT de France 2, Macron affirme que son parti En Marche a dépassé les 13000 adhérents. Baliverne! Le Canard Enchaîné révèlera le 12 avril qu’en réalité il ne s’agissait que de 13000 visites d’internautes sur le site de Macron.
En juin 2016, le ministre Macron ouvre le capital de l’aéroport de Toulouse. Macron affirme qu’il ne s’agit pas d’une privatisation car les investisseurs chinois n’acquerront que 49,9% du capital. L’Etat garde 10% et les collectivités locales possèdent le reste. Mais Médiapart révèlera l’existence d’un pacte secret d’actionnaire liant l’Etat, non pas aux collectivités publiques, mais aux Chinois et qui leurs donne les pleins pouvoirs.
Le 11 août 2016, dans une interview à Paris Match , Macron prétend qu’il dialogue régulièrement avec l’intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb au sujet de la religion et de la place de l’islam en France. Les journaliste de Match (trop occupés à faire la promotion de Macron ?) ne vérifient pas. Heureusement pour la vérité, le rédacteur en chef de TV5, Xavier Marquet, éventera le mensonge : Meddeb est décédé depuis deux ans !
Selon le livre Dans l’enfer de Bercy , Macron aurait utilisé 120000 euros d’argent publique pour financer sa campagne électorale.
> Macron a-t-il l’étoffe d’un homme d’Etat ? Laissons répondre Jacques Attali (qui fut pourtant un de ses premiers supporters en 2012) : Jacques Attali (dans Challenges du 13 mai 2016) : “Macron n’incarne que le vide”.

-conclusion
> On le constate, Macron est un pur produit du système. D’autre part, il est trop beau et trop parfait pour être vrai. On se demande si Macron n’est pas pas un leurre, un masque, un avatar ? Un concept markéting de l’oligarchie politico-médiatico-financière, un faux candidat anti-système façonné pour capter les voix des électeurs écœurés par les politiciens traditionnels et avides de nouveauté

Retour à l'accueil