La Justice socialiste est coupable du meurtre du gendarme Rusig

Publié le 27 novembre 2016 - par - 28 commentaires - 2 219 vues
 

S’il est un devoir, et une charge régalienne de l’Etat, c’est la défense de notre nation et la sécurité de ses citoyens. Je n’ai guère entendu les duellistes de droite faire de propositions concrètes sur un sujet qui apparaît comme plus préoccupant pour les Français que le chômage. Quant à la gauche, elle reste évidement muette sur un sujet catastrophique dont elle est grandement responsable, ils ont simplement changé un nom , Taubira, par un autre moins exubérant donc moins médiatisé, Urvoas qui maintient un système déliquescent qui fait le bonheur d’un syndicat de la magistrature.

Inutile ici de lister les actes criminels ou de délinquance, les rubriques chiens écrasés et malheureusement les « Une » des journaux sont là pour ça. Pour une vision plus globale de l’état d’insécurité que nous vivons, parfois, trop souvent, dans notre chair, je renvoie le lecteur vers « L’institut pour la Justice » ici http://institutpourlajustice.org/ qui fait un travail de synthèse et des propositions aux travers de pétitions. On ne peut plus démocratique et je remercie cet institut qui mérite amplement le titre d’intérêt publique.

Je vais pourtant ici développer un fait divers symptomatique qui révèle l’état de décrépitude d’une politique d’idéologues corrompus, fils spirituels de J.J. Rousseau et son mythe du bon sauvage. L’homme est bon par nature, c’est la société qui le corrompt. Pour rappel M. Rousseau était l’auteur en 1762 du « contrat social » terme servi à toutes les sauces depuis quelques décennies et qui à défaut d’avoir atteint un résultat a coûté quelques centaines de millions d’euros. Mais là n’est pas le sujet.

Ce fait divers, presque banal est celui-ci:

Un gendarme a été tué samedi soir entre les communes d’Ussat et Tarascon-sur-Ariège (Ariège) par un automobiliste qui l’a renversé lors d’un contrôle routier, a indiqué dimanche la procureure de la République Lisa Bergereau.

Vers 23h15

Les faits se sont produits vers 23h15. Une patrouille de deux gendarmes rentrait d’intervention quand, constatant le comportement suspect d’un véhicule, a tenté de l’intercepter. Les deux gendarmes, un major de 55 ans et un gendarme de 48 ans, ont alors suivi le véhicule, lequel a fait demi-tour, se retrouvant face à la voiture des gendarmes.

Le major, passager est sorti mais le «véhicule a délibérément foncé sur les gendarmes, a percuté le major qui est tombé à terre», a déclaré le général Bernard Clouzot, commandant de la région. Le major grièvement blessé a été héliporté à l’hôpital Purpan à Toulouse où il est décédé à 5 heures.

Marié et père de deux enfants

La victime avait 55 ans: il s’agit du major Christian Rusig. Il était marié et père de deux enfants âgés de 23 et 25 ans.

Le suspect est très défavorablement connu de la justice pour viol sur mineur, incendies, cambriolages, rebellions… Cet homme de 31 ans, qui n’a pas de permis de conduire, a été placé en garde à vue à la brigade de Pamiers où il est entendu avec sa compagne, passagère du véhicule. Les enquêteurs privilégient la thèse privilégiée d’un «acte délibéré».

Evidemment notre brillant ministre de l’Intérieur se pose en indigné. 

Bernard Cazeneuve a exprimé dimanche matin dans un communiqué « sa très vive émotion et sa très grande tristesse » après le décès du major Rusig.

Il a précisé que « le conducteur devra répondre de ses actes devant la justice, qui devra passer avec toute la fermeté nécessaire ».

Il a ajouté: « Cet acte odieux rappelle que chaque jour, les gendarmes comme les policiers, exposent leur vie pour protéger celle des autres. »

J’imagine que M. Cazeneuve et son patron habitué des chrysanthèmes sous la pluie décerneront aux Invalides une médaille à 15 euros à titre posthume comme j’imagine que l’animal meurtrier sera, soit jugé non responsable de ses actes ou reconnu coupable et puni de 15 ans dont 5 avec sursis et finalement 7 pour bonne conduite, même sans permis.

La peur du gendarme n’existe plus, ce bras armé de l’autorité ne se fait plus respecter parce qu’au sommet de la hiérarchie, les cadres ne sont pas respectables et ne font pas preuve de l’autorité nécessaire pour assurer la sécurité de ses citoyens. C’est un constat.

LE GENDARME EN BALADE DE JEAN GIRAULT LOUIS DE FUNES MICHEL GALABRU

Monsieur X, puisque nous n’aurons pas l’identité de l’assassin, pas d’amalgame je suppose, est le pur produit de la justice actuelle. Viol sur mineur, incendies, cambriolages, rebellions et les trois petits points qui suivent laissent deviner d’autres forfaits. Monsieur X était donc en liberté. Que faisait Monsieur X en liberté ? Il me semble que son pedigree d’animal enragé l’aurait conduit en geôle pour de très nombreuses années. Mais non ! Monsieur X était en liberté. Dans un système de Justice de type anglo-saxon chaque délit ou crime est pesé et reçoit une peine. Viol: 20 ans, à additionner avec incendies: 10 ans + cambriolages: 10 ans + + + égal par exemple 170 ans pour les sujets les plus criminels. Si son comportement est exemplaire alors il peut recevoir une remise de peine, disons 10 ans. Si l’effet n’est pas toujours dissuasif la consolation est que le condamné est hors circuit pendant un certain temps.
urvoas-taubira(quelles références ???)

La justice française est trop laxiste, elle recycle les criminels après les avoir choyés en prison à coup de salles de sport, de sorties pédagogiques, de cinéma et de salles réservées en dehors de tout contrôle pour l’intimité des familles. Le parloir avec sa vitre de plexiglas et son microphone est devenu une légende au vu des visiteuses qui repartent enceintes après une visite de courtoisie à un prisonnier. Une mesure me semble opportune pour lutter contre la sur-délinquance et la récidive, c’est celle d’impliquer la responsabilité du juge d’application des peines et de la liberté. Si le criminel est libéré avant la fin de sa peine et qu’il commet un nouveau délit alors le juge doit effectuer le solde de la peine. Simple, radical et donc efficace mais ce n’est pas au programme des prétendants à la fonction suprême.

Si les gendarmes restent, par devoir de réserve, silencieux, les policiers manifestent leur ras-le-bol depuis le guet-apens de Viry Chatillon. Pour illustrer le profond malaise entre la justice et les forces de police une nouvelle Loi inique force 250 policiers-enquêteurs à demander le retrait de leur habilitation. Cette loi permet aux gardés à vue de bénéficier de 30 minutes d’entretien avec une personne de l’extérieur avant interrogatoire. Ce qui permet aux gardés à vue de bénéficier d’une personne susceptible de supprimer des preuves. Cette information peu relayée est ici http://www.midilibre.fr/2016/11/25/herault-250-policiers-enqueteurs-demandent-le-retrait-de-leur-habilitation,1430733.php
Pour terminer et pour améliorer le fonctionnement d’une Justice qui se plaint de ne pas avoir assez de budget pour s’acheter les cartouches d’encre du fax qui envoie le mandat de dépôt d’un criminel à l’administration pénitentiaire, celui-ci est par conséquent relâché, je suggère une idée simple et pragmatique : Un criminel pris sur le fait ne doit plus être présumé innocent mais un coupable avéré dont la place est en prison. Ce n’est visiblement pas le programme du moins pire d’entre nous puisque le porte parole de Fillon nous informe ici  que « La surpopulation carcérale dégrade tout ». Hé bein ! On n’est pas rendu.
Philippe Legrand
Articles liés:
http://ripostelaique.com/la-republique-irreprochable-et-la-justice-taubira.html Septembre 2013, article relatif aux multirécidivistes
http://ripostelaique.com/la-perouse-avait-deja-tout-compris.html Janvier 2015, article consacré au mythe du bon sauvage dénoncé par La Pérouse

Partager:

Retour à l'accueil