"Ne privons pas Bordeaux d'un si bon maire !
"Ne privons pas Bordeaux d'un si bon maire !
La France a besoin d'un homme d'Etat qui puisse répondre à ces 3 questions :
SUIS-JE UN HOMME D'HONNEUR ? 
 Juppé a été condamné, et peu importe s'il a accepté de porter le chapeau pour "le grand Jacques".
Un homme d'honneur aurait refusé ou aurait démissionné. Il ne l'a pas fait, il a contribué à un système de financement illicite et il a été condamné.
SUIS-JE UN HOMME COMPETENT ? 
Ses passages au pouvoir ont été DESASTREUX.
Ministre des affaires étrangères sous Sarkozy, il a pris ses ordres du Qatar, de l'Arabie Saoudite ou du département d'Etat Américain 
pour frapper la Lybie et déstabiliser la Syrie, gérée par les Alaouites.
Eut-il réussi, nous aurions eu un massacre des minorités non sunnites en Syrie, c'est à dire des Chrétiens.
Ces massacres ont eu lieu, en Syrie et surtout en Irak, ans que Monsieur Juppé manifeste le moindre intérêt pour
les minorités Chrétiennes martyrisées dans tous les pays sunnites.
En revanche il manifeste un intérêt infini pour les minorités musulmanes, pour peu qu'elles vivent et qu'elles votent à Bordeaux.
SUIS-JE UN HOMME QUI APPREND PAR SES ERREURS ? 
C'est lui qui a augmenté les impôts et déplafonné l'ISF au lieu de le supprimer. Il a fait porter le chapeau au ministre des finances de l'époque
qui fut sommairement viré juste après. Augmenter les impôts pour réduire un déficit budgétaire ne marche jamais.
Ces augmentations provoquèrent une récession, puis la dissolution de 1997, ET L'ARRIVEE DE JOSPIN ET AUBRY (merci Villepin, Chirac ... et Juppé).
C'est Juppé premier ministre qui proposait en 1996 de vendre Thomson pour un Franc symbolique (+ les dettes) à DAEWO,
affirmant devant les caméras :"Thomson, ça ne vaut rien"
En septembre 2016  Thomson multi média était valorisée à plus de 3 MILLIARDS D'EUROS (après 20 de hauts et de bas) ...
Il paraît cependant que c'est un excellent maire de Bordeaux.

Il ne faut à aucun prix que les électeurs français privent Bordeaux d'un homme aussi talentueux.

Retour à l'accueil