Publié par Dreuz Info le 30 novembre 2016
 
Simone Gbagbo devant la CPI
Simone Gbagbo devant la CPI

La continuité entre les interventions en Côte d’Ivoire et Centrafrique et l’islamisation de la France est le résultat des interventions militaires de la France cautionnées par le trio Sarkozy-Juppé-Fillon.

Côte d’Ivoire

A partir du 19 septembre 2002, la France a financé et armé une rébellion à la fois musulmane (Dioulas du Nord de la Côte d’Ivoire + maliens) et burkinabée basée au Burkina Faso, et dirigée par le pro-djihadiste Blaise Compaoré.

Cette rébellion venait renforcer les étrangers maliens et burkinabés déjà sur place (la 5e colonne).

La France voulait à tout pris mettre un musulman à la tête de la Côte d’Ivoire et éliminer un chrétien pro-israélien et américanophile : Laurent Gbagbo (sa femme Simone Gbagbo est encore plus pro-israélienne que lui, elle « connaît toutes les rues de Tel-Aviv et de Jérusalem comme sa poche » dira un proche en 2009). Une partie de la famille de Laurent Gbagbo vit aux USA.

Au passage, il est important de rappeler que c’est Hillary Clinton qui a provoqué la reconnaissance internationale de la soit-disante « victoire » du musulman Ouattara – victoire plus que douteuse comme nous l’avons déjà expliqué sur Dreuz.info).

Les burkinabés donc, ont chassés beaucoup d’Ivoiriens propriétaires de plantations de cacao, et ils occupent leurs terres ainsi que des maisons dont les propriétaires chrétiens ont été chassés. Les emplois publics et les sociétés de gardiennage sont maintenant réservés aux musulmans.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Résultat de cette islamisation, la Côte d’ivoire s’enfonce dans la misère et la clochardisation.

Autre résultat, le Maroc et la Turquie investissent massivement dans cette Côte d’ivoire dirigée par un musulman. La boucle est bouclée.

Centrafrique

Même scénario en Centrafrique. La France a laissé faire la rébellion musulmane venue du Tchad et du Soudan, alliée aux musulmans locaux (5% de la population). Elle a refusé de soutenir François Bozize, qui a pris le pouvoir et a mis le pays à feu et à sang pendant 1 an. C’est quand les anti-balaka chrétiens ont commencé à se rebiffer, que la France est intervenue pour protéger les musulmans de la Seleka.

Actuellement, les musulmans occupent la moitié du pays, grâce à la France.

Pierre angulaire : la Cour pénale internationale

La CPI est financée par George Soros et les arabes. Sa présidente est une gambienne musulmane (bensouda), et le porte-parole s’appelle Abdallah al Fathi. Et en Côte d’ivoire, la majorité des Casques Bleus sont marocains et du Bangladesh.

Laurent Gbagbo ne bénéficie évidemment d’aucune mansuétude des pro-palestiniens (arabes ou gauchistes), car ils soutiennent la CPI. D’ailleurs, les musulmans veulent y envoyer les dirigeants israéliens. Le procès de l’ex-président, ou bien dirons-nous, l’obsession autour de ce procès sans preuves, malgré l’acharnement d’une présidente qui règle des comptes personnels, satisfait son égo démesuré, est devenue juge et partie au procès, et détruit dans le même temps la noble image de la CPI, semble nous indiquer que la tragédie n’était destinée qu’à l’empêcher de reprendre démocratiquement le pouvoir sur son rival musulman, peut-être irrégulièrement élu.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © R.C. pour Dreuz.info.

Deux sites pour en savoir plus :
http://soutienetliberte.wordpress.com
www.lesamisdelaurentgbagbo.com

Retour à l'accueil