Souriez, vous serez remplacés !

Souriez, vous serez remplacés ! Ainsi en a décidé la Commission européenne

Il y a 3 jours, le dimanche 2 octobre 2016

Vous ne faites pas assez d’enfants, donc nous ferons venir des dizaines de millions de « migrants » pour vous remplacer.

Gabriel Robin

Juriste


SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

Vous ne connaissez probablement pas Alain Dumort. Cet homme est le chef de la « représentation régionale de la Commission européenne à Marseille ». Le 30 septembre, la Villa Méditerranée recevait une table ronde intitulée « Migrations et citoyenneté dans l’espace euro-méditerranéen » au cours de laquelle il a affirmé :

« Pour les migrations en Europe, il nous faut être visionnaires. Dans vingt ans, à cause de notre démographie, nous en aurons besoin. »

Traduction : vous ne faites pas assez d’enfants, donc nous ferons venir des dizaines de millions de « migrants » pour vous remplacer. Ce que dit crûment monsieur Dumort correspond très précisément à ce que pensent les élites européennes, tant dans les institutions supranationales que dans la majorité des gouvernements nationaux, l’Allemagne en tête. La volonté d’effacer l’Europe d’un trait répond aussi aux injonctions de l’Organisation des Nations unies, qui multiplie les rapports demandant à l’Europe d’organiser, et je cite textuellemnt, « des migrations de remplacement » (http://www.bvoltaire.fr/gabrielrobin/immigration-nations-unies-planchent-migrations-de-remplacement,238912).

L’immigration est un fléau. Que les Français ne s’y trompent d’ailleurs pas, le phénomène des « migrants » n’est que la face émergée de l’iceberg migratoire, les filières de l’immigration légale étant présentement plus que saturées. En outre, l’argument de la faible démographie de l’Europe ne tient pas. D’abord, une baisse de la démographie est toujours réversible alors que des changements ethnoculturels profonds ne le sont pas. C’est, d’ailleurs, pour cette raison qu’un pays comme le Japon a très rapidement fait le choix de l’immigration zéro accompagnée de la mise en place d’une politique nataliste couplée au soutien à la « robolution ». Ensuite, la démographie européenne est faible mais elle ne met pas en danger la planète, contrairement à la démographie subsaharienne absolument délirante.

Les gens qui veulent que l’Europe soit submergée le font au nom d’idées déjà dépassées, de mensonges, sans prendre en compte la volonté des peuples concernés. Quand le commissaire européen Avramópoulos explique qu’il faudrait faire venir 50 millions d’immigrés légaux sur le continent d’ici à 2060, sans compter les innombrables clandestins et les immigrés déjà présents, il demande à l’Europe de mourir.

Que pouvons-nous faire contre ces politiques, soutenues par tous les gouvernements français depuis quarante ans ? Peut-être commencer par ne plus les élire, ce serait un bon début. Nous manifester serait aussi une option. On voit que les Français peuvent faire reculer l’implantation de camps de « migrants », sur le modèle de Calais, dans leurs villages quand ils sont suffisamment décidés. Les Corses sont exemptés de « migrants » parce qu’ils savent montrer les muscles.

Comprenez bien que les migrations de remplacement font peser un grave danger sur nos enfants, notre patrie, notre mode de vie, notre démocratie et même notre économie, qui pourrait ne pas s’en remettre. Heureusement, quelques frondeurs existent, à l’image du courageux Viktor Orbán, qui s’oppose à la destruction de la Hongrie par l’immigration et les problèmes qu’elle entraîne. Bien sûr, l’Union prévoit des sanctions…

À Allex, dans la Drôme, un maire bien inspiré a voulu organiser un référendum local pour demander aux habitants de sa commune s’ils étaient d’accord avec l’installation d’un centre d’accueil pour cinquante migrants. L’État l’a jugé illégal, contraignant Gérard Crozier à renoncer à ce vote populaire… Souriez, vous êtes remplacés. Si vous émettez la moindre réserve, vous serez instamment sanctionnés.

Retour à l'accueil