Résister aux migrants n’est pas honteux, c’est légitime

Résister aux migrants n’est pas honteux, c’est légitime


La France est l’un, sinon le plus beau pays du monde.

On y trouve des paysages merveilleux de campagne, de mer et de montagne, dans des climats tempérés, des villes à la richesse artistique et culturelle et architecturale unique que seule l’Italie est en mesure de nous disputer. On y mange bien, et il y fait bon vivre. En principe.

Lorsque l’on a tous ces joyaux à sa disposition, on peut vivre heureux.

Lorsqu’on est heureux, on peut accueillir les autres, dans certaines limites, et en se disant, venez nous rejoindre : nous serons heureux ensemble. Il y a de la place pour tout le monde.

C’est pourquoi lorsque des générations d’immigrés européens sont arrivés en France à partir du 19ème siècle (car non la France n’était pas avant une terre d’immigration à la différence des USA par exemple), et même si cela ne s’est pas toujours passé sans heurts, dès lors que les nouveaux venus étaient de culture occidentale et qu’ils avaient la volonté de s’assimiler, tout pouvait s’arranger avec le temps, l’éducation et la confiance dans un avenir meilleur.

Les immigrés polonais, italiens, espagnols, portugais, juifs d’Europe de l’est où des pays arabes, et plus récemment les communautés asiatiques chinoises, laotiennes, vietnamiennes ou cambodgiennes montrent que c’est encore possible.

Tous les immigrés qui sont venus en France, y sont venus car ils pensaient que c’était mieux ici que chez eux, et que par conséquent, ce système, notre système de pensée, de culture, nos habitudes, nos traditions, procuraient in fine, de meilleures conditions de vie, économique ou sociale, que chez eux.

A part le plaisir, être heureux peut aussi avoir deux conséquences :

  • Lorsque l’on est heureux, on ne se méfie pas…
  • Par contre, lorsque l’on est heureux, on a quelque chose à perdre.

Les Français de souche ancienne, ou ceux plus récents, heureux en France, ont accordé aux nouveaux immigrés des pays d’islam, les mêmes intentions et la même volonté de vivre ensemble et heureux qu’à ceux qui les ont précédés et la même volonté de s’intégrer. Ils leurs ont accordé le même mode de pensée bienveillante et altruiste (ce qui est loin d’être le cas dans le reste du monde…).

Sauf que les derniers arrivants ne sont pas venus pour manger, mais pour nous manger.

Guidés par le coran notamment, ils sont animés d’une volonté consciente et délibérée de conquête et de prédation.

  • Boumediene le revendiquait ouvertement dès les années 60 en déclarant fièrement nous vous coloniserons par le ventre de nos femmes.
  • Erdogan le dit tout aussi ouvertement en affirmant: les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes.
  • Youssef AL Qardawi le dit : avec vos lois démocratiques nous vous combattrons, avec notre Coran, nous vous soumettrons.
  • Les pétro-dollars des Emirats ont permis de négocier les traités d’Eurabia, c’est-à-dire la soumission politique des dirigeants occidentaux, et l’accueil par eux, d’une invasion musulmane, en échange de pétrole et de la lutte contre Israel.

Pour tous ceux qui douteraient, sur la réalité de ces accords, qui ont une valeur juridique, je les renvoie vers les travaux de Bat Yeor, qui n’a jamais été contredite.

Que de surcroit, l’invasion musulmane ait été favorisée par le grand patronat n’y change rien.

Ce n’est qu’une aide technique, quoique criminelle, de l’histoire qui a servi de prétexte pour légitimer cette invasion, auprès des français.

On voit dès lors que les deux populations avaient dès l’origine deux motivations différentes :

  • Un prétexte économique pour faire avaler la pilule aux Français et masquer l’idéologie sanctifiée par les accords Eurabia ;
  • Un prétexte idéologique et économique de prédation pour les nouveaux venus.

La société occidentale, comme toutes les sociétés, est à l’origine, une société d’agression, où des protagonistes se battent pour le contrôle des ressources. Chaque protagoniste, courant un risque de disparaitre, les peuples occidentaux, ont petit à petit dû trouver d’autres solutions, et notamment le dialogue pour se partager les ressources sans risquer constamment leur vie.

Au contraire, le coran impose une société de prédation. Dans un schéma de prédation, il n’y a pas de partage des ressources : c’est l’autre qui est la ressource.

Il suffit de regarder l’histoire et les pays où la Sharia s’applique pour le vérifier.

Les non musulmans n’y ont aucune place enviable. Les noirs y sont souvent réduits en esclavage et y ont été émasculés pour éviter leur prolifération ce qui explique leur quasi absence de la péninsule arabique et du Maghreb malgré des décennies de traite négrière(ce que bon nombres de noirs semblent ignorer…et qui leur est soigneusement caché ou évitent mêmes de mentionner, n’est-ce pas Madame Taubira…).

C’est l’autre qui, réduit en soumission, en dhimitude, et servira à combler les besoins du non musulman. A défaut, il devra mourir : c’est la prescription coranique.

Par conséquent, les immigrants coranisés ne sont pas venus avec un esprit de partage des ressources, mais d’appropriation et de pillage des richesses de notre pays.

Ils ne sont pas venus pour « être heureux avec les français », mais pour les dominer, les soumettre, les piller, et les remplacer. Quoi qu’ils en disent, ils n’ont jamais eu l’intention d’abandonner ce modèle qui est le seul qu’ils ont appris dans leur pays, et via le Coran. Un sondage récent le confirme.

http://resistancerepublicaine.eu/2016/09/19/29-des-musulmans-avouent-leur-refus-de-la-republique-71-des-vrais-musulmans-mentent/

La preuve ? Si ce n’était pas le cas, il y a longtemps, que l’immigration arabo-musulmane ne poserait plus de problèmes en France et serait assimilée aussi bien que l’immigration polonaise, italienne, portugaise ou espagnole.

Or, force est de constater qu’à la troisième ou quatrième génération, non seulement, cela ne va pas mieux, mais cela empire. Il n’y a plus d’assimilation, et encore moins d’intégration. On va par contre, vers une désintégration. Il suffit de regarder nos rues changer, et de s’aventurer dans les zones de non droit islamisées qui prolifèrent, comme des chancres, en France.

On a pu trouver à la première immigration arabo musulmane une pseudo légitimité économique (bien que contestable) dans les années 60 et 70 et elle a été favorisée par le grand patronat, qui il est vrai est parti la chercher au bled.

Cette seconde immigration par contre, elle n’est même plus controlée, et ce ne sont pas les français qui vont la chercher.

A présent, cette immigration arabo-musulmane, de longue date, reçoit l’appui de nouveaux migrants islamisés, qui franchissent un siècle de progrès en arrivant ici, sans avoir aucune idée de la culture française, sans avoir aucune envie de renoncer à leur culture, (au moins pour partie), et qui, avec une arrogance jamais vue dans l’histoire, exige des concessions sans fin et sans fond de ceux qui les accueillent.

Ils trouvent un relais à ces prétentions avec une grande partie des immigrés arabos musulmans déjà présents, et par toutes les associations droit-de-l’hommistes sans aucune légitimité démocratique, confites de haine de la France et des français, et gavées aux subventions, payées par ceux la même qui en seront les victimes, ce qui n’est pas le moindre des cynismes.

La jungle de Calais est l’exemple de ce qui attend la France et les français si on les laisse faire.

Ce sont ces nouveaux barbares que nos dirigeants veulent imposer par métastase, aux français, en les disséminant dans nos campagnes.

Quelle que soit leur origine, les français, c’est à dire tous ceux qui se reconnaissent comme tels, autrement que par un bout de papier, passeport pour l’assistanat et la vampirisation de nos richesses, doivent réagir aujourd’hui.

De quoi nos dirigeants actuels sont-ils le nom ? Quelle trace laisseront-ils dans l’histoire ? Pourra-t-on leur attribuer une amélioration de la vie dans notre pays, ou une régression sociale, économique, démocratique et culturelle ?

Français, n’allez pas vers la honte de vous soumettre à des dirigeants, qui ressemblent de plus en plus à des tyrans, alors qu’ils ne sont que des pleutres et des lâches qui n’ont pas la moindre considération ni le moindre respect pour vous.

Que ce soit à la Mairie de Paris, ou au gouvernement, chacun peut voir que c’est le même mépris des français qui règne.

Les Français, gâtés, anesthésiés, infantilisés, dévirilises par soixante ans d’état providence, décérébrés, et émasculés, par quarante ans de contre culture et de culpabilité gauchisante sont passés de la naïve bienveillance, à la lâcheté et à la couardise.

Sauf qu’aujourd’hui, les français, et plus généralement les peuples européens, n’ont plus les moyens d’être des lâches s’ils veulent sauver leur peau.

Il suffit de montrer sa force et sa détermination comme nous le montrent fièrement les Corses pour les balayer et reprendre possession de notre vie et de notre destin collectif

Sinon, et alors qu’il est encore possible de combattre, on ne se consolera jamais de s’être laissé conduire à l’abattoir et à la soumission par des pseudos dirigeants méprisants du peuple, des pseudos médias, des pseudos intellectuels, des collabos en tout genre qui rappellent vraiment, cette fois, « les heures les plus sombres de de notre histoire » : ces heures avec la collaboration.

Cette techno structure politico-médiatique, sans aucun courage, est prête à nous livrer aux hordes barbares, et à nous laisser crever jusqu’au dernier pour sauver sa peau et ses privilèges.

Il n y a aucune dignité à ne pas s’opposer à des dirigeants indignes.

Il n y a aucune dignité à se laisser piller,

Il n y a aucune dignité à se laisser soumettre.

Il n’y a aucune dignité à ne pas défendre ses enfants et sa famille.

Il n’y a aucune dignité à ne pas protéger son territoire et ses biens.

Cette soumission, c’est un assassinat c’est la mort sociale, c’est la mort de notre liberté, c’est la mort de nos valeurs, c’est la mort de notre éthique, c’est la mort de notre civilisation, c’est la mort de notre culture, c’est l’assassinat de notre futur et de celui de nos enfants.

Il y a des signes évidents, que tous ces régimes fascisants de gauche, sont au bord de l’effondrement, que ce soit, en France, en Autriche, en Allemagne, aux USA, en Italie et ailleurs.

Ils subissent déjà un effondrement idéologique et ne tiennent que par les limbes de culpabilité incrustées profondément dans la mémoire des populations qu’ils ont endoctrinées sans relâche. Dès lors, leur chute n’est pas loin.

Ne laissez pas nos dirigeants et ce régime à bout de souffle vous marcher dessus, vous mépriser, et accélérer votre remplacement.

Mobilisez-vous, faites savoir que cela ne vous plait pas, ralliez vous aux manifestations de Riposte Laique, venez criez, venez exprimer votre colère, chacun à votre façon, mais faites quelque chose. Personne ne le fera à votre place.

Albert Nollet

Retour à l'accueil