La ligne Bleu-Marine

La ligne Bleu-Marine et le monde rural

Dans toute l’histoire de la France du XXème siècle finissant et du XXIèmesiècle, aucune région, aucun « pays » et aucun peuple n’aura souffert aussi terriblement de l’esclavage moderne que le monde paysan et les éleveurs producteurs de lait. Mais, avec Hollande « ça va mieux » et Angela Merkel, ils auront souffert en plus de l’invasion des migrants importés, et en plus de l’impunité des délinquants venus de l’Est, le tout aggravé par l’oppression fiscaliste et les conduites obscènes contre la morale de la république socialiste.

Mais aucun autre que le monde paysan n’aura lutté aussi irrésistiblement pour sa liberté réelle et pour la défense de la France rurale. C’est cette réalité qui a été si bien comprise par la ligne Bleu-Marine.

Si Hollande « ça va mieux » ne sait pas comment cultiver la terre et faire pousser le blé, il sait comment confisquer fiscalement le produit du travail des humbles pour entretenir la gabegie de la république socialiste.

Jusqu’à nos jours, le monde paysan a été la victime des spoliations permanentes de l’industrie agro-alimentaire et un acteur courageux d’une résistance ferme. Ce monde est un mélange de toutes les variétés des travailleurs de la terre et des travailleurs de la mer. Ils sont les esclaves modernes qui sont dépouillés par ces politiciens profiteurs, abuseurs et incompétents, que sont les élus européo-socialistes gavés et nantis.

Les paysans, au cours de toutes ces années de la gabegie socialiste, ont lutté et luttent encore pour leur liberté d’entreprendre et de travailler face aux transformations imposées au monde rural par l’invasion des migrants importés, en sachant que ces modifications imposées à la vie des gens par Hollande « ça va mieux » auront leur sanction en 2017 avec le Hollandexit. Depuis des années, les habitants de la campagne ont fait en sorte de résister du mieux qu’ils purent à la soi-disant supériorité des bobos-intellos socialistes des villes et aux abus des envahisseurs en tous genres venus leur « prêcher la bonne parole de la chrétienté soumise » aux invasions des migrants importés d’Afrique noire et d’ailleurs. S’ils ont été trop souvent tributaires de politiciens véreux, ils ne furent jamais complètement soumis, ni par les uns ni par les autres.

Dans les temps à venir, le monde rural risque de devenir le nouveau champ de bataille pour la liberté des vrais Français de souche, cette population conduite à la ruine et en partie réduite en esclavage moderne par la gabegie de la république socialiste et les spoliations permanentes de l’industrie agro-alimentaire.

Toutefois, les mouvements récents des éleveurs contre les milliards de Lactalis ne laissent aucun doute sur la capacité du monde paysan à ne laisser passer aucune occasion de lutter pour la liberté du travail normalement rémunéré et pour s’affranchir le plus possible de la dépendance des « maîtres capitalistes ».

Les agriculteurs sont les seuls à travailler sans relâche le sol français par d’innombrables efforts pour pouvoir nourrir avec le blé de France les pauvres des villes, ruinés par la gabegie de la république socialiste.

La ligne Bleu-Marine a pris conscience de cette réalité éternelle. Dans la circonstance, Marine réduira non seulement le fardeau de l’industrie agro-alimentaire, mais aussi la pression fiscale insupportable.

La ligne Bleu-Marine, c’est la fin de l’invasion des migrants importés et de l’impunité des délinquants venus de l’Est. C’est la fin de l’esclavage fiscal moderne et c’est la liberté de vivre des fruits de son travail.

Thierry Michaud-Nérard

Retour à l'accueil