La Guillotière-Lyon : un Molenbeek français

La Guillotière-Lyon : quartier islamique de Francalgérie…

Publié par François Sweydan le 22 septembre 2016

J’ai connu le quartier de la Guillotière-Lyon 7e il y a trente années exactement, en 1986. Étudiant à l’université, je m’y rendais régulièrement en visite chez des amis et c’était autre chose. C’était encore la France.

Faubourg de Lyon dès le Moyen-âge, il fut un quartier partiellement italien au XIXe siècle.

Il y avait également beaucoup de Français qui y habitaient. Un ami logeait rue de l’Épée (un nom prémonitoire ?). Il a déménagé depuis belle lurette. Les Maghrébins ont remplacé en masse les Français (La Guillotière-Lyon : un Molenbeek français).

Aujourd’hui c’est un quartier d’une saleté singulière, des devantures de commerces de mauvais goût, comme dans les faubourgs chaotiques d’Alger ou de Rabat. Des boucheries françaises remplacées par des correspondantes halal, des épiceries de quartier par une multitude de librairies islamiques (et islamistes, et même Frères musulmans), des salles de prières salafistes, des bazars arabes aux couleurs criardes, des néons agressifs et des façades défigurées.

C’était un faubourg de cabaretiers et d’aubergistes. Les petits bistrots de quartier ont été supplantés par des cafés arabes (ou a chicha) exclusivement pour la gente masculine du Maghreb, par des snacks halal et tacos douteux, des kebabs en série dans la même rue, des pâtisseries orientales au mauvais sirop de glucose, des boutiques de vêtements maghrébins et islamiques en satin couleur rose bonbon ou d’un bleu électrique d’une mocheté insultante.

Ce n’est plus un quartier de France, mais d’un pays arabe sous-développé… et encore d’un quartier populaire !… Les places ont été squattées par les trafiquants et autres « trabendistes ».

Dans les mosquées, on y prêche en arabe comment s’attacher à l’arabité et à l’islam-isme. Au fil des années et des décennies, la propagande islamiste a fait tranquillement son chemin, et a de plus en plus d’adeptes. L’intégration assimilatrice est impossible et rejetée. On arbore son arabité islamique avec arrogance. Les commençants encouragent le boycott des produits israéliens, conforme aux recommandations coraniques.

J’ai vu et entendu des ex-connaissances (qui avaient à l’époque 20 ans), musulmans « tolérants », laisser pousser leur barbe salafiste, le cal du prieur au milieu du front, porter le kamis et la djellaba, avoir maintenant un discours islamique désagréable et fanatique, antipathique et repoussant, revendicatif, accusateur et identitaire, d’une ignorance et d’un simplisme infantilisant qui font pitié, mais inquiétants pour les lendemains incertains de ce pays.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Le plus grave est que la République et sa loi ont délibérément reculé en trois décennies, mais pas seulement…

Même l’Église a reculé (Lyon | Le dossier miné des statues de Tibhirine)…

Il y a un peu plus d’un an, le curé en soutane d’une église à la périphérie de ce quartier, en visite pastorale chez une personne âgée, s’était même fait molester car il n’avait rien à faire dans un fief arabo-musulman ! Il avait répondu qu’il était chez lui et qu’il avait le droit d’aller où bon lui semble.

Le « vivre ensemble » et l’ « identité heureuse » – font désormais défaut dans ce quartier

Ce quartier arabo-musulman délibérément ghettoïsé par les activistes islamistes contre la mixité procède, paraît-il, de l’hypothétique « vivre ensemble », la fameuse « identité heureuse », trouvaille imbécile et stupide du démagogue cynique Alain Juppé, notre futur président ?

Quoi qu’il en soit, l’un comme l’autre – le « vivre ensemble » et l’ « identité heureuse » – font désormais défaut dans ce quartier, comme dans des dizaines, voire des centaines d’autres de France, copie conforme de cette misère culturelle des pays d’origines de ces Maghrébins depuis des siècles.

Raciste ? Méprisant ? Non, je ne le crois pas… Plutôt triste et perplexe de voir un quartier devenu lui-même copie conforme du tiers-monde ; un quartier raciste et méprisant, voire parfois haineux envers la France et les Français.

Notre classe politique pyromane – droite comme gauche confondues – prend les citoyens Français pour des buses et des demeurés sans racines et sans mémoire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © François Sweydan pour Dreuz.info.

Retour à l'accueil