l’islam dans le monde au fil des siècles est désastreux, c’est une hécatombe »

Aquila : « Le bilan de l’islam dans le monde au fil des siècles est désastreux, c’est une hécatombe » [interview]

07/09/2016 – 07H00 Paris (Breizh-info.com) – Nous avions récemment évoqué la sortie du livre « Pour un monde sans islam » écrit par Aquila, une Kabyle ayant dû fuir l’Algérie et l’islamisme avant de venir s’installer en France. Ce livre pamphlet contre l’islam – édité par les éditions Tatamis – fait actuellement polémique en France. Nous avons interrogé Aquila, afin de comprendre sa démarche.

Pour commander le livre, c’est ici.

Breizh-info.com : « Pour un monde sans islam », n’est-ce pas un titre provocateur ? Pour vous, cette religion doit vraiment disparaître totalement ? La civilisation musulmane ne peut elle pas, à vos yeux, prétendre au moins à se maintenir sur sa terre d’origine ?

Aquila : Oui le titre de mon livre « Pour un monde sans islam » peut paraître provocateur, mais pour qui ? Il faut vraiment être aveugle ou venir d’une autre planète, ou juste être un pratiquant de cette idéologie totalitaire pour me le reprocher. Ce qui est réellement provocateur c’est l’islam et non pas le titre de mon livre. Sans l’islam, ce livre n’aurait même pas lieu d’être.Sans l’islam, je n’aurais pas été obligée de quitter ma famille, mes amis, mon travail, ma terre natale.

Sans l’islam, le carnage de Charlie Hebdo, de l’hyper casher, celui du Bataclan, des terrasses de Paris, celui de la Promenade des Anglais, et bien avant le carnage du World Trade Center, l’hécatombe de la décennie noire que j’ai vécue en Algérie, et ceux nombreux en France et dans le monde au nom d’Allah Akbar n’auraient jamais eu lieu. Et les centaines voire des milliers de vies civiles et innocentes fauchées et brisées à jamais au nom d’Allah Akbar et de cette « religion d’amour de paix et de tolérance » seraient toujours vivantes aujourd’hui et les centaines de blessés et de traumatisés seraient épargnés et vivant leur vie normale.

Sans l’islam, nos concitoyens égorgés et décapités au nom d’Allah dans leur maison, leur église, leur entreprise, seraient toujours vivants et célébrant la vie parmi nous et avec leur familles et amis. Le chef d’entreprise de Saint-Quentin-Fallavier aurait continué a contribuer à l’essor de l’économie de la région, à créer des emplois et à faire vivre des familles entières. Le Père Hamel célébrerait sa messe habituelle et dimanche prochain il aurait célébré un mariage ou un baptême déjà programmé de longue date. Le jeune couple de policiers de Magnanville serait toujours vivant et leur petit garçon aurait toujours des parents pour l’aimer et le voir grandir. Ils auraient fait sa rentrée scolaire comme tous les parents. Sans l’islam les dessinateurs de Charlie Hebdo auraient continué à dessiner tranquillement Jésus, Moïse ou Buddha et à se promener librement dans les rues de Paris, sans crainte pour leur vie.

Sans l’islam pas de risques d’attentats, pas de plan VigiPirate, pas d’état d’urgence, pas de guerre sainte, pas de terrorisme, pas d’attaques-suicides, pas d’immigration invasion, pas de Jungle à Calais, pas de burkinis sur les plages de Nice et de Cannes, pas de de djihad, pas de fatwas, pas de Fatma, pas de Mahomet, pas de burqa, pas de voile, pas de halal, pas de mosquées, pas de zones de non-droit, pas de racailles, pas d’émeutes, pas de groupes terroristes, pas de fichés S, pas de vidéos terrifiantes d’égorgement ou de lapidation. Voyez-vous, le monde se porterait beaucoup mieux sans cette horreur qu’est l’islam, je dis bien islam, je parle bel et bien de l’idéologie islamique qui jusqu’à preuve du contraire N’EST PAS UNE RACE.

Le bilan de l’islam dans le monde au fil des siècles est désastreux, c’est une hécatombe dans tous les sens du terme ! On juge un arbre à ses fruits (« Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines ou des figues sur des chardons ? » Matthieu 7 :16).

Les fruits de l’islam sont certes exotiques mais amers, pourris, toxiques et mortels et on en importe par milliers ! Au nom de la liberté et de la tolérance on importe à tour de bras, légalement et illégalement, et à bras ouverts les défenseurs d’une idéologie intolérante et liberticide ! C’est le meilleur moyen de détruire la civilisation occidentale, parce que là oui il s’agit bien d’une civilisation.

L’expression « La civilisation musulmane » dans votre question m’interpelle, je dirais plutôt « La barbarie musulmane ». Je ne vois pas une civilisation dans l’islam, je ne vois que de la barbarie, et de la sauvagerie.

Sa terre d’origine ? C’est le désert d’Arabie avec ses cailloux et ses chameaux. Tous les autres territoires conquis au fil des siècles l’ont été à la lame du cimeterre et dans un océan de sang. Un jour ou l’autre il va falloir arrêter cette boucherie halal ! L’islam est une idéologie conquérante, sans ces conquêtes sanglantes c’est une idéologie morte, elle se nourrit comme les parasites, les sangsues et les vampires : avec le sang des innocents.

Oui cette idéologie doit disparaître à jamais de la face de la terre, tout comme le nazisme en son temps. Est-ce qu’en 1940 on se demandait si on devrait maintenir le nazisme en Allemagne ? Non. Le nazisme a été détruit à sa source. Oui il y a toujours des nostalgiques, et des groupuscules néo-nazis mais il n’y a pas d’État nazi. Ou plutôt s’il y a un terreau pour le nazisme c’est bien au sein des pays et communautés musulmanes qu’il prospère, Mein Kampf y est toujours au top de ventes. Pourquoi devons-nous condamner l’antisémitisme nazi et tolérer l’antisémitisme islamique ? De ce côté-là, le Coran n’a rien à envier à Mein Kampf.

Breizh-info.com : Vous qualifiez Mahomet de « Gourou d’une secte ». Pour quelles raisons ? N’avez vous pas le sentiment d’insulter l’ensemble des musulmans en le qualifiant ainsi ? Et par ailleurs de prendre des risques pour votre vie ?

Aquila : Pour moi l’islam a toutes les caractéristiques d’une secte, c’est la plus vieille, la plus totalitaire, et la plus puissante secte du monde. Une provocation de plus me direz-vous, mais analysons un peu les faits si vous le voulez bien.

Dans toute secte digne de ce nom la relation se base sur l’admiration allant jusqu’à la soumission d’un sujet envers son gourou, le chef spirituel, le leader de cette secte. Cette emprise s’opère à travers des techniques de conditionnement mental, à la suite duquel les membres perdent tout discernement et sens critique et se retrouvent ainsi enchaînés, et en permanente dépendance mentale et spirituelle avec leur gourou qui devient un modèle à suivre. Les croyants de cette religion et doctrine totalitaire doivent SOUMISSION TOTALE ET AVEUGLE à leur chef spirituel.

Alors, dites-moi, L’ISLAM, signifie-t-il SOUMISSION, oui ou non ? La réponse est oui et ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les musulmans eux-mêmes qui le disent. Dans le cas de l’Islam c’est Mahomet via le Coran et les Hadiths qui exercent une véritable emprise mentale et sujétion psychologique sur les membres de cette secte depuis des siècles.

Mahomet était-il comme tous les gourous LE MODELE A SUIVRE ? Un illuminé, un voleur, un violent, un violeur, un pédophile, un polygame, un esclavagiste, un totalitaire, antisémite, oui ou non ? La réponse est oui, il est tout cela et encore une fois ce n’est pas moi qui le dis c’est dans le Coran et les hadiths, c’est écrit noir sur blanc.

Est-ce que j’exagère et je généralise sans preuve? Non, Il suffit de regarder la réaction disproportionnée des musulmans (même les plus « modérés ») dès qu’on prend une feuille et un bout de crayon et qu’on ose dessiner leur gourou, ou de le critiquer pour s’en convaincre. Nul n’est prophète en son pays mais si vous avez des doutes je vous propose de faire le test vous-même pour vous en convaincre.

Par ailleurs, je n’insulte pas les musulmans, au contraire, je les invite à se réveiller, à ouvrir les yeux sur leur croyance : islam, je parle bel et bien de l’idéologie islamique qui jusqu’à preuve du contraire N’EST PAS UNE RACE.

Critiquer cette idéologie, cette secte, expose logiquement à des risques, les même risques déjà cités plus haut qui sont les fruits de l’islam, et qui touchent tout le monde sans distinction. Dans la vie on a le choix entre la collaboration, la soumission et la résistance. Dès ma naissance en terre d’islam j’ai choisi la résistance, du coup je n’ai pas peur de me regarder le matin dans le miroir, les collabos si. Sans des résistants en 1940 nous serions sous régime nazi aujourd’hui. Ce n’est pas une question de courage ou d’héroïsme, c’est juste une question de principe et de dignité, donc à chacun de prendre ses responsabilités.

Breizh-info.com : Vous dites aux Européens, « vous êtes les Kabyles de demain si vous ne faites rien ». Qu’est ce que cela signifie ? Que faut-il faire ?

Aquila : Je le dis parce que je sais ce qu’est l’impact désastreux de l’islamisation d’une région, d’une ethnie, d’une culture qui n’est pas arabe ou musulmane. Je suis kabyle de Kabylie, comme vous Bretons de Bretagne.

Avant que la Kabylie (région montagneuse de l’Afrique du Nord peuplée de Berbères Kabyles, peuple autochtone ou Nord-Africains de souche) ne tombe sous le joug de l’islam à peine 200 ans après la mort du gourou de cette secte conquérante venue du désert d’Arabie, les Kabyles berbères étaient majoritairement chrétiens (Saint Augustin était berbère),judaïque (la reine et résistante Kahina) ou païens.

Ils vivaient dans les vallées fertiles de l’Afrique du Nord, c’était un peuple libre appelé aussi peuple Amazigh (c’est-à-dire peuple libre). L’invasion et les razzias des Arabes et de l’islam les poussèrent à se réfugier dans les montagnes parfois très difficilement accessibles. Après quelques résistances ils finirent par se soumettre à l’islam.

Résultat de ces vagues d’islamisation : toute la Kabylie est islamisée, le voile, le halal, et les mosquées à chaque coin de rue. Il y a plus de Mohamed et de mosquées en Kabylie que dans le reste de l’Afrique du Nord. Il ne reste plus rien de l’identité kabyle, les Kabyles ne savent plus qui ils sont, c’est ce qui va vous arriver si vous ne réagissez pas.

Je le dis aux Français, aux Européens et aux occidentaux en général mais je le dis aussi aux Bretons, aux Corses, aux Alsaciens, aux Basques, aux Catalans, aux Occitans, aux Auvergnats. Avant d’être Français ou Européens, vous les lecteurs de Breizh-info êtes des Bretons, vous avez un territoire, une histoire, une culture, une langue, une entité géographique et culturelle à l’identité forte, la bretonnité. Cette réalité historique plus que millénaire citée par Jules César, votre devise « Kentoc’h mervel eget bezan saotret » (« plutôt la mort que la souillure ») fait de vous ce que vous êtes (ou ce que vous étiez et que vous n’êtes plus). Mais La Bretagne résistera-t-elle à l’invasion islamique ? A la lumière des informations publiques dont j’ai connaissance, j’ai bien peur que non. Pire, vous êtes entrain de devenir comme les Kabyles, demain c’est déjà aujourd’hui.

Je vois que la Bretagne est déjà « souillée » ! Pendant que vos églises se vident, ferment ou tombent en ruines, l’idéologie musulmane s’étend à grands pas. Vous avez déjà sur vos terres pas moins de 53 mosquées dans toute la Bretagne historique, et pas moins de 300 000 musulmans. Des familles bretonnes de souche se convertissent en nombre a l’islam en goûtant la soupe populaire halal. Des Bretonnes de souche se voilent et fréquentent la mosquée.

La Bretagne abrite la mosquée la plus influente de l’Ouest, la mosquée salafiste sunna de Brest dont les prêches incendiaires de l’imam 2.0 d’origine marocaine affiche déjà la couleur pour la Bretagne : « ceux qui écoutent la musique seront transformés en singes et en porc ».

A ce rythme les prêches de ce prédicateur qui bénéficiera certainement de la protection de l’État (dont les Français réellement menacés par le Daesh ne bénéficieront pas),seront diffusés par haut parleur et minarets, comme je le décris dans mon livre à propos de mon village kabyle.

Ce phénomène d’islamisation foudroyante et de grand remplacement ethnique et culturel des Européens de souche est en train de se produire dans la léthargie et l’indifférence générale de ces derniers. C’est ça le plus frappant dans l’histoire, d’où mon signal d’alarme.

Nous assistons en direct au déracinement culturel, linguistique (comme pour nous les Kabyles, et tous les peuples et cultures envahies et soumise de force à l’islam à travers l’histoire). Ce déracinement se traduit entre autres pas la confiscation de l’identité par l’attribution d’un nouveau nom, musulman évidemment, pour faire partie de la communauté musulmane. Je ne pourrais me taire devant un tel carnage ethnique, culturel et civilisation et du peuple européen. Je vois que vous êtes vraiment dans le coma, en train de vous faire violer par l’idéologie islamique !

Que faire ? La réponse est a la fin de l’interview.

Breizh-info.com : N’y a-t-il donc pas, selon vous, d’islam modéré ? Il y a pourtant une large majorité de musulmans qui pratiquent leur religion de manière personnelle et pacifique non ?

Non il n’y a pas d’islam modéré, il n’y a qu’une pratique modérée de l’islam. On parle de musulmans modérés, mais pas de chrétiens, de juifs, ou de bouddhistes modérés, comment ça se fait ? Si on a ajouté modéré à musulman, c’est peut-être parce que l’islam n’est pas modéré tout simplement. En regardant de plus près, on constate que les musulmans non modérés crient « Allah Ouakbar » quand ils égorgent, tandis que les musulmans modérés disent « Allah Ouakbar » quand ils prient. Les musulmans non modérés lapident avec des grosses pierres, tandis que des musulmans modérés, dans certaines situations en France ou ailleurs, caillassent avec des petites pierres.

Les musulmans non modérés jettent les homosexuels du haut des immeubles, tandis que des musulmans modérés regardent les homosexuels tomber. Les musulmans non modérés lapident les femmes adultères, tandis que des musulmans modérés sont pour un moratoire.

Les musulmans non modérés ont comme livre de chevet le Coran, comme prophète Mahomet et comme Dieu Allah, et les musulmans modérés… aussi. Si on ne parle pas de juifs modérés, ou de chrétiens modérés, c’est peut-être parce que ce sont des religions modérées. Ce qui semble loin d’être le cas de l’islam.

Breizh-info.com : vous avez fui l’Algérie après y avoir vécu trente ans. Pour quelles raisons ? Aujourd’hui, vous avez l’impression de revivre ce que vous avez vécu là bas ? Que va t’il se passer à la mort de Bouteflika ?

En tant qu’être humain c’est déjà difficile de vivre dans une telle société liberticide et rétrograde que je qualifie de goulag islamique, alors en tant que femme c’est juste insupportable. Il faut être fou ou sado-maso pour accepter d’y vivre sans vouloir partir pour une société plus libre et chrétienne.

En choisissant de venir en Europe c’est pour son histoire et héritage chrétien (JE PRECISE BIEN chrétien, pas forcement catholique) que je suis venue, pas pour sa laïcité ou son droit de l’hommisme qui, je le savais, sont fragiles face à l’islam.

La femme en société musulmane est, légalement parlant, un sous-homme, une éternelle mineure mise dès sa naissance sous tutelle masculine du père, du frère, du mari ou de l’oncle, et même de son fils ! Elle n’a aucun droit sur sa propre vie, c’est un objet, propriété de sa famille puis de son mari. Elle n’existe pas en tant qu’individu libre et indépendant, elle est sous surveillance permanente, ou résidence surveillée perpétuelle. Le moindre de ses gestes, de ses paroles, des ses opinons, de ses déplacements sont épiés, analysés et jugés, par la famille et par extension par toute la communauté dans laquelle elle vit, comme Big Brother.

J’appelle cela le terrorisme familial et sociétal. J’ai connu les deux avant de connaître le terrorisme islamique proprement dit (ou décennie noire) avec ses bombes, et ses égorgements et massacres grandeur nature.

En temps de paix comme en temps de guerre la femme en terre d’islam doit se conformer, se voiler, se taire, obéir, baisser les yeux. C’est un chien avec une laisse, une chaîne solide mais invisible. Un esclavage moral et spirituel permanent. Je suis partie parce que je voyais que je ne pourrais pas y vivre d’avantage. C’était un réflexe de survie, mais aussi parce qu’une soif intense de liberté m’animait.

Je suis née avec un esprit libre, je ne pouvais accepter, tolérer une telle soumission ! Avant de partir j’ai essayé de voir si les prisonniers et esclaves avec qui je vivais aspiraient eux aussi à la liberté, afin d’organiser une sorte de ‘mutinerie’ pour libérer tout le monde. Mais à ma grande surprise j’ai trouvé que non, cet asservissement leur plaisait.

A la mort de Bouteflika il ne se passera pas grand-chose. Je vois l’accès au pouvoir d’un général islamiste, mais le peuple ne dira rien, ils sont déjà tous islamisés. Ce sera un président et un gouvernement à leur image.

Breizh-info.com : Comment a été perçu votre livre, quelques jours après sa sortie ?

Par la cécité, et l’aveuglement, pas de perception clairvoyante, à part celle de patriotes sur les réseaux sociaux. Je précise que toute la presse mainstream a reçu le dossier de presse et est donc informée de la sortie du livre. Ils préfèrent donner la parole à des musulmans et musulmanes qui se considèrent victimes d’islamophobie et de racisme par la France et les Français de souche.

Les médias ont choisi leur camp, celui de l’islamisation active de la France. Comme ils n’ont jamais lu ni le Coran ni les hadiths, ils ignorent qu’à part la conversion à l’islam, même collabos, rien ne les protégera contre les fous d’Allah.

Breizh-info.com : Comprenez vous ces femmes, ces militants de gauche et ces féministes qui en France, ont défendu le Burkini au nom du droit des femmes ? Cela vous a-t-il choqué en tant que réfugiée en France fuyant l’islamisme ?

La grande force de l’islam c’est d’avoir réussi à persuader les femmes qu’elles sont libres d’être des esclaves. Les militantes de gauche et les féministes de tous poils se retrouvent, au nom de la liberté, à défendre l’indéfendable en défendant cet accoutrement anti-femme, ségrégateur qu’est le burkini.

Elles sont, de ce fait, en porte-à-faux avec leurs principes féministes qui sont l’émancipation de la femme, l’égalité politique, économique, sociale et juridique entre hommes et femmes, le droit à l’avortement, etc. Pour moi elles sont comme les femmes musulmanes, voilées ou pas : des idiotes utiles de l’islam.

Breizh-info.com : quel message souhaitez-vous faire passer aux Français à travers votre livre ?

Réveillez-vous, ouvrez les yeux !

Il faut dire : non et stop ! Il ne faut absolument pas courber l’échine, vous êtes chez vous, vous devez impérativement vous battre pour votre survie, vous n’avez pas le choix. L’idéologie intolérante et liberticide qu’est l’islam doit être combattue sans état d’âme. Il s’agit de préserver votre héritage, votre civilisation, votre culture, votre religion. C’est une question de survie, si vous ne vous battez pas, vous pourrez dire adieu à votre terre, à votre identité, à votre langue, à votre histoire, à vos traditions, à votre culture, à votre architecture, à votre terroir breton non-islamique. Vos andouilles, vos vins, votre cidre, votre bière, votre chouchen. Faites ce qu’ont fait vos grands-parents et les résistants en 40, relisez votre histoire pendant qu’il est encore temps.

Les Kabyles n’avaient plus d’histoire à lire, quand je suis née il ne restait plus rien de ma culture, même pas de ruines.

En 1400 ans d’occupation islamique tout a été détruit, effacé, il ne restait que des poussières. Je suis pourtant là. Vous êtes les flambeaux de votre civilisation, si vous vous éteignez, votre civilisation s’éteindra, vous condamnerez vos descendants à vivre dans le goulag et les ténèbres islamiques que j’ai quittés pour vous les raconter dans mon livre.

Photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Retour à l'accueil