Islam EN France ? Islam DE France ?

Islam EN France ? Islam DE France ?

Peu importe ! Il y a tout simplement, en France, un problème d‘Islam auquel il faut, impérativement, apporter une solution.

Et nul n’y parviendra s’il n’a pas, au préalable, appréhendé l’essence du problème.

Il faut pour cela raviver le souvenir de la rupture et de la transformation des liens entre la France et le Maghreb.

Pourquoi ? Parce que les musulmans en France sont actuellement, à une écrasante majorité, Maghrébins ou Français d’origine maghrébine. Le problème de l’Islam en France se tisse donc sur la trame fragile des difficiles rapports franco-maghrébins. Souvenons-nous…

Rappel historique : La France et l’Algérie.
Au milieu du siècle dernier, l’Algérie connut des « évènements » que, plus tard, on qualifia de « guerre ».Dans ce pays alors occupé depuis 130 ans et devenu terre française, cohabitaient une minorité de Français,- environ un million d’habitants, dits Pieds Noirs -, et une majorité autochtone de près de 9 millions de Berbères et d’Arabes. Les premiers étaient les « Dominants », car ils avaient conquis, pacifié, et créé richesse et progrès dans ce pays à l’identité incertaine qu’ils avaient trouvé en état de non-développement. Les seconds vivaient sous un statut d’indigénat qui, par certains côtés, - administration, santé, école, travail…- valait mieux que l’état d’antan. Mais, ils étaient les « Dominés ».

Une élite arabo-berbère, formée dans nos Ecoles, finit par s’indigner de cette situation de « soumission.La Deuxième Guerre mondiale s’achevait, les troupes indigènes y avaient brillamment pris une part essentielle, et la France ne semblait pourtant pas vouloir faire évoluer un régime qui apparaissait aux « Dominés » de plus en plus insupportable. A Sétif, en 1945, sur certaines banderoles brandies par des manifestants indigènes, on pouvait lire : « Nous voulons être vos égaux ». La manifestation tourna mal. Il y eut des morts Français, Algériens, et de lourdes représailles. Le Général Duval, commandant les opérations, mit alors solennellement en garde: il fallait que « tout change en Algérie », et notamment le statut d’indigénat, sous peine, disait-il, de voir les troubles recommencer. Il concluait ainsi, à l’attention du pouvoir : « je vous donne la paix pour dix ans ». A Paris ce pouvoir, alors assuré par le Général de Gaulle, se contenta de signaler qu’en Algérie « un commencement d’insurrection » avait été « étouffé ».
En 1958 le Général de Gaulle revint au pouvoir.

La Gauche socialiste qui l’exerçait alors était déliquescente. Aux prises depuis 1954 avec la rébellion algérienne,- le Général Duval ne s’était trompé que d’un an-, elle avait engagé les appelés, rappelé des contingents, réprimé les exactions, guillotiné des terroristes ; « l’Algérie c’est la France » avait même rappelé M. Mitterrand, ministre de la Justice en 1956. Et pourtant la situation continuait à se dégrader inexorablement. Accusant Paris, où se succédaient d’éphémères gouvernements, d’irrésolution et d’incompétence, la population algéroise se souleva le 13 mai 1958 suivie par toute l’Algérie. Avec l‘appui des Forces armées, et sous leur contrôle, Français et Musulmans, mêlés dans un mouvement de fraternisation indéniable, clamèrent leur volonté d’une « Algérie française » et, habilement, les organisateurs du soulèvement firent du retour au pouvoir du Général de Gaulle l’expression de cette volonté.
Ils se trompaient. Le Général De Gaulle, lui, avait compris que l’indépendance était inéluctable. Avec la fin du protectorat en Tunisie et au Maroc, dès 1956, les « clés » de l’Algérie avaient été perdues. Restait donc pour le Général à conduire l’abandon à sa manière. D’abord en étrillant les bandes du FLN, et en gagnant la « guerre » ; ensuite en relançant l’économie avec le plan de Constantine ; et puis en balayant ces tenants de l’Algérie française dressant des barricades désespérées en 1960, puis s’essayant à un putsch confidentiel et éphémère en 1961 ; enfin en accordant l’indépendance en 1962 comme un geste de générosité dédaigneuse, avec l’accord d’un peuple français consulté, et quasi unanime, - sauf en Corse -. Il fallait en finir avec un Empire colonial « ruineux » disait le Général, s’inspirant du retrait anglais « à l’est d’Aden ». Et bien sûr en finir avec ce statu quo intenable entre « Dominants » et « Dominés », sachant que ces derniers, sortes de « sujets » pétrifiés dans une culture moyenâgeuse fondée sur une religion, l’Islam, où Dieu était aussi César, ne sauraient jamais s’assimiler dans une République démocratique et laïque.
Deux problèmes humains se posaient cependant de façon particulièrement dramatique.

Problème des Pieds Noirs , immergés désormais dans une population jusque là majoritairement attentiste mais devenue hostile, et s’adonnant, avec une fureur vengeresse, à toutes les exactions contre leurs anciens « Dominants ».Les Pieds Noirs ? « Et bien ils rentreront ! » dit le Général. Condamnés à « la valise ou au cercueil », ceux qui purent choisir prirent en masse le chemin de l’exode. D’autres, tombés rue d’Isly à Alger, massacrés à Oran, et en bien d’autres lieux, ne le purent pas. 700 000 Pieds Noirs rejoignirent la France en 1962.Aux 450 000 qui débarquèrent à Marseille, M. Deferre, maire socialiste, délivra un message qu’ils n’oublièrent jamais : « Qu’ils aillent se réadapter ailleurs ! ».
L’autre problème était celui des harkis. Entre 1955 et 1962, la France en avait recruté 200 000 qui furent les artisans décisifs de la victoire militaire sur le FLN. Informé des exactions du FLN à leur encontre par M. Messmer, le Général se contenta de répliquer « qu’on n’allait pas recommencer la guerre d’Algérie ! ». Abandonnés, désarmés, ils furent donc assassinés massivement, mais quelques uns, avec l’aide clandestine de certains chefs militaires, purent se réfugier en France où des camps de regroupement les attendaient.
Les Maghrebins en France.
Délivré de la tutelle coloniale française, le Maghreb tout entier libéré entreprit d’écrire alors les nouvelles pages de son Histoire. Etrangement, la France, ex-pays oppresseur, continua à agir comme un phare, attirant vers elle des masses d’anciens opprimés. Ceux-là venaient tout simplement gagner de quoi faire vivre familles, villages, douars. Vivant en France en célibataires, ils travaillaient, envoyaient de l’argent aux parents, puis, usés, rentraient au « bled », immédiatement remplacés à leur poste de travail par un frère ou un cousin. C’était la « noria », tradition, mode de vie, habitude.

Le « rapprochement familial », formalisé en 1978, vint brutalement rompre cet équilibre. Les femmes, parfois à plusieurs, rejoignirent en hâte leurs conjoints, avec leurs enfants, créant une véritable catastrophe administrative. Et cette population immigrée, vivant mieux en France qu’au bled, s’installa pour rester. Au grand déplaisir de Français ne comprenant pas pourquoi des Maghrébins qui avaient pris les armes contre la France se pressaient désormais pour s’y installer ; et avec la conséquence de voir leurs enfants, grâce au droit du sol, avoir vocation à devenir Français. Cette population musulmane, majoritairement étrangère aux rituels de la culture française, et y répugnant souvent pour des raisons religieuses, se regroupa de façon naturelle dans des quartiers ou banlieues qu’elle colonisa en y reproduisant ses modes de vie. Les Français dits « de souche » s’y sentant étrangers, en partirent. Ainsi se créa peu à peu, dans une France censée prôner l’assimilation, une situation flagrante et massive de « communautarisme ».
Il en est de pacifiques. Celui-ci ne l’est pas. La « noria » avait en effet l’avantage d’adapter le niveau de présence des immigrés aux besoins de l’économie. Pas de travail, pas d’immigré. La fin des « trente glorieuses », et l’installation définitive d’immigrés chômeurs inactifs changèrent la donne. Les moindres revenus du travail furent compensés par la chasse aux « allocs » diverses, et les produits d’une multitude de trafics en tous genres organisés dans ces cités autonomes, bientôt qualifiées de « zones de non-droit », d’où l’Etat, à son tour, se retira. Comme les Forces de l’ordre qui n’y firent plus que de brèves incursions casquées, incursions que les habitants des cités assimilaient à des provocations. Quand l’Etat est absent, disait le juge Falcone, la mafia le remplace. Dans les cités régna donc, sous l’autorité de « grands frères », un ordre islamo-mafieux aux multiples facettes, narco, recel, extorsions, rackets, etc…, le supplément d’âme étant apporté par des imams venus d’ailleurs et prêchant dans une langue souvent très étrangère à celles des communautés maghrébines.
Que sont donc aujourd’hui devenues ces communautés ?
Une notable minorité, brillante et dynamique, a réussi . Elle s’est « sécularisée », et a quitté les cités recluses. Parfaitement intégrée à la société française, elle en apprécie avant tout les libertés, notamment celles de s’exprimer et d’entreprendre qui lui étaient comptées dans le pays d’origine. Reconnaissant l’égalité des sexes, elle garde une religiosité modérée, discrète, très respectueuse de l’esprit de laïcité ambiant. Elle aime la France, elle y est chez elle.
Une autre minorité, celle des salafistes et des frères musulmans , a choisi de refuser le « vivre ensemble > Les premiers l’expriment ouvertement par leurs propos et leur accoutrement. Condescendant à vivre « à côté » de ces mécréants autochtones qu’ils abominent, farouchement antisémites, on les trouve, voilées, barbus, revendicatifs, provocateurs, dans les cités, « burkinisées » sur les plages. Ils fondent leur foi religieuse sur une application littérale des préceptes du Coran. La paix qu’ils prêchent est celle de l’Islam pour tout, pour tous, et partout.
Les frères musulmans, eux, poursuivent les mêmes objectifs, mais en les habillant d’une dialectique agile aux couleurs modernistes.
Entre sécularisés et réfractaires stagne un vaste bouillon de culture qui est leur champ d’action, et où tout peut éclore, y compris des monstres. C’est un mélange d’anciens de la « noria » autrefois en « costume-cravate », et désormais retournés à la djellaba et au chapelet ; de leurs enfants chômeurs résignés à l’échec et le vivant comme un état de déchéance imposé par un pouvoir dit raciste; de leurs petits enfants révoltés à qui de belles âmes confites en repentance expliquent qu’ils sont les victimes de discriminations multiples. C’est une sorte de « matière première » modelable, parfaitement récupérable, en France par nécessité, ou hasard, sans volonté affirmée, ni refus définitif, de s’y fondre. Elle remâche le souvenir fantasmé des frustrations du temps colonial qu’elle n’a pas connu, mais que le présent leur semble perpétuer. La religion n’est pour eux qu’une empreinte identitaire, ethnoculturelle, mais, quand vient le désespoir et la haine, et un prêcheur habile, elle peut soudain les illuminer, leur montrer la voie d’un rachat glorieux, maquillé en martyre.
Nous y sommes aujourd’hui. En 2005, la révolte des banlieues a été une sorte de réplique de Sétif 1945. Elle fut tout aussi incomprise. On se contenta de promettre, mesures, crédits, vite oubliés ou dispersés. Il n’y eut pas de Général Duval pour mettre en garde contre un futur de « guerre » probable, si rien ne changeait. Et rien ne changea, sinon en mal. Dix ans plus tard, en 2015, la France se dit « en guerre ». Al Qaïda a frappé en premier en Janvier 2015 pour cause d’insulte au Prophète. Puis Daech en Novembre, en riposte à nos actions en Irak et Syrie. Et depuis se succèdent sur notre sol des actes d’illuminés tuant au couteau, au camion fou. Daech n’est pour eux que l’étendard dans lequel ils drapent leurs crimes pour les médiatiser, les travestir en actes de guerre, et de piété : « Dieu le veut ! »…
L’ennemi intérieur.
C’est donc bien là un « ennemi intérieur ». Et si nous faisons effectivement la guerre à Daech au Levant, à Al Qaïda au Sahel, notre action contre l’ennemi intérieur reste irrésolue, paralysée par des postures et règles de temps de paix, viciée par des calculs électoraux, polluée par des intérêts extraterritoriaux. Et c’est pourtant cet ennemi intérieur qu’un pouvoir aujourd’hui aussi désemparé qu’en Mai 1958 devrait s’acharner à traquer. Nombre de représentants notables de la communauté musulmane se sont dits prêts à participer à cette traque, et il ne saurait, pour la survie de cette communauté au sein de la Nation, en être autrement.

Par contre, la minorité salafiste et les frères musulmans, tout en condamnant pieusement les terroristes, exploitent outrageusement les réactions de fureur des populations agressées pour en dénoncer l’islamophobie grandissante, l’envenimer par des provocations- l’épisode du burkini est exemplaire à cet égard-, et tenter de faire ainsi triompher d’insupportables revendications communautaristes.
Quant aux politiques au pouvoir, obnubilés par leurs calculs, aveuglés par leurs idéologies, ils se divisent et s’engluent dans un déni impuissant sans réaliser que les chocs intercommunautaires majeurs sont désormais inéluctables. Et que cette « ultra-droite » qu’ils feignent de dénoncer, ils en nourrissent les rangs par leur pusillanimité. Manœuvre pré-électorale ? Dangereuse provocation ? Alors demain des foules tueuses pourraient se mettre en marche, et provoquer un exode des musulmans, au moins aussi massif et meurtrier que celui des Pieds Noirs en 1962. Avec, à la clé, de très graves tensions avec les Etats du Maghreb, et, au delà, le monde musulman.
L‘action à mener dépasse manifestement la compétence d’un pouvoir de Gauche actuellement divisé et aux abois. Elle dépassera celle d’un pouvoir alternatif de Droite susceptible d’hériter, en tous domaines, d’une situation parfaitement catastrophique sur un terrain méthodiquement miné. « Tout peuple exténué attend son barbare », écrivait Cioran. La France exténuée ne l’attend plus, le barbare est là, il va et il vient, et il faut le traiter. La Gauche en est incapable, la Droite y échouera. Toutes les conditions d’un soulèvement majeur sont réunies. Ne manque que le « détail », souvent dérisoire, - le burkini ?-,-qui en sera le déclencheur.
L’heure n’est-elle pas alors venue, comme en 1958, d’un sursaut populaire conduisant à la mise en place d’un nouveau gouvernement d’union nationale et de salut public imposant les solutions d’urgence et de bon sens, souvent évidentes, auxquelles aspire une écrasante majorité de Français ?
Général (2s) Bernard MESSANA

Retour à l'accueil