Islam:modus opérandi !

1
Extraits de: « Slavery, terrorism, and Islam » The historical roots and contemporary threat. Traduits de l’anglais par GT. Source des statistiques 2014 : http://www.muslimpopulation.com
L’esclavage, le terrorisme et l’Islam. Les Racines Historiques et la Menace Contemporaine. Par Peter Hammond, docteur en théologie. http://www.amazon.com/Dr.-Peter-Hammond/e/B002YPPHPM
MODUS OPERANDI
L’Islam n’est pas une religion, ni un culte. Dans sa forme, c’est un mode de vie complet.
L’Islam a des composantes religieuses, légales, politiques, économiques, sociales et militaires. La composante religieuse sert à masquer toutes les autres.
L’islamisation d’un pays débute lorsqu’il y a suffisamment de musulmans à l’intérieur du pays pour commencer à revendiquer des accommodements religieux.
Lorsque les sociétés ouvertes à la diversité culturelle, à la rectitude politique et à la tolérance consentent aux demandes d’accommodements religieuses provenant de leurs communautés musulmanes, les autres composantes s’infiltrent progressivement.
Voici comment ça fonctionne. Aussi longtemps que la population musulmane demeure autour ou inférieure à 2%, peu importe le pays, elle sera perçue comme étant une minorité pacifique, et non comme une menace par les autres citoyens. C’est le cas aux :
États-Unis - musulmans
2.00 %
Australie - musulmans
2.25 %
Espagne - musulmans
2.30 %
Italie - musulmans
2.60 %
Entre 2 % à 5 %, la conversion des autres minorités ethniques et des groupes marginaux commence par le recrutement des détenus dans les prisons et des jeunes marginaux faisant partie des gangs de rues. C’est le cas notamment en :

2
Canada - musulmans
3.0 %
Norvège - musulmans
3.0 %
Danemark - musulmans
4.1 %
Royaume Uni - musulmans
4.6 %
Allemagne - musulmans
5.0 %
Lorsqu’ils atteignent 5%, les musulmans exercent déjà une influence excessive en proportion de leur pourcentage de la population. Ils feront alors de la pression pour l’introduction de produits alimentaires « halals », (licites selon les standards islamiques) assurant ainsi l’embauche de musulmans pour leur préparation et le paiement par le consommateur d’une « taxe de certification hala » revenant aux seuls musulmans, mais aux frais et à l’insu de tous.
Ils augmenteront leur pression sur les chaînes de distribution alimentaires pour que celles-ci mettent ces produits en rayon les menaçant de représailles allant jusqu’à la faillite s’ils ne se soumettent pas à leurs demandes. C’est ce qui se passe au :
Suède - musulmans
4.9 %
Pays Bas - musulmans
5.5 %
Pays Bas - musulmans
5.5 %
Suisse - musulmans
5.7 %
Trinidad & Tobago - musulmans
7.0 %
Parvenus à ce stade, les musulmans s’infiltreront graduellement dans toutes les sphères d’influence et travailleront afin que les gouvernements en place leur permettent de se gouverner eux-mêmes à l’intérieur de leurs enclaves-ghettos selon les lois de la sharia, (lois issues du coran) ; le but ultime des Islamistes étant d’établir la sharia dans tous les pays du monde.
Quand le nombre de musulmans approche 10 % de la population, ils accroissent le non-respect des lois allant jusqu’à les défier ouvertement afin de revendiquer des conditions de vie propres à leur culture et à leurs croyances. À Paris, on voit régulièrement des incendies d’autos dans les enclaves musulmanes. Toute action perçue comme étant antimusulmane provoque des soulèvements de foules et des menaces, comme à Amsterdam, où l’on s’oppose violemment aux bandes dessinées de Mahomet et des films sur l’Islam. Souvenez-vous de l’affaire « Charlie Hebdo » à Paris... De telles tensions se produisent à tous les jours, principalement dans les enclaves musulmanes en :
Guyane - musulmans
7.0 %
France - musulmans
9.6 %
Chine - musulmans
10.0 %
Philippines - musulmans
10.0 %
Thaïlande - musulmans
10.0 %
Israël - musulmans
16.0 %

3
Lorsqu’ils atteignent 20% de la population, les pays d’accueils connaissent des manifestations de violence déclenchées la plupart du temps pour des peccadilles, la formation de milices djihadistes, des tueries, des incendies d’églises chrétiennes et de synagogues juives comme en :
Russie - musulmans
19 %
Indes - musulmans
20 %
Kenya - musulmans
33 %
À 40%, les nations connaissent des massacres sporadiques, des attaques terroristes à répétition, et la guérilla militaire sans répit comme c’est le cas présentement au :
Tchad - musulmans
50 %
Éthiopie - musulmans
50 %
À partir de 60 %, les nations vivent la persécution sans retenue des citoyens non-musulmans ; ceux qu’ils nomment les « mécréants », mais aussi les musulmans qui ne se conforment pas à l’idéologie intégriste – ceux que l’islam qualifie « d’hypocrites ». Intervient alors le « nettoyage » ethnique, l’utilisation de la sharia comme arme de répression, et l’application de la « jizya » ; cet impôt que les non-musulmans doivent payer aux musulmans. C’est ce que l’on observe en :
Bosnie - musulmans
60.0 %
Malaisie - musulmans
60.4 %
Qatar - musulmans
77.5 %
Albanie - musulmans
79.9 %
Au-delà de 80 %, l’intimidation est incessante, l’oppression et le djihad violent sévit impunément, le nettoyage ethnique est étatisé allant jusqu’au génocide. Les intégristes chassent ou éliminent tous non-musulmans car les pays qu’ils occupent doivent être 100 % musulmans comme en :
Indonésie - musulmans
88.0 %
Syrie - musulmans
90.0 %
Bangladesh - musulmans
90.4 %
Jordanie - musulmans
94.0 %
Égypte - musulmans
95.0 %
Pakistan - musulmans
96.3 %
Soudan - musulmans
97.0 %
Palestine - musulmans
98.0 %
Liban - musulmans
98.0 %
Maroc - musulmans
99.0 %
Turquie - musulmans
99.8 %
Iran - musulmans
99.9 %
Iraq - musulmans
99.9 %

4
Lorsqu’ils atteignent l’objectif ultime de 100 % de musulmans, la soumission totale est assurée. Pour mémoire « islam » signifie « soumission ». Cela est supposé, selon eux, les conduire à la « Dar-es-Salaam », la maison Islamique de la Paix.
Tous les habitants sont alors musulmans. Les madrasas sont les seules écoles, et le Coran est la seule parole tel qu’en :
Afghanistan – musulmans
100 %
Arabie Saoudite – musulmans
100 %
Somalie – musulmans
100 %
Yémen - musulmans
100 %
Mais malheureusement, la paix ne survient jamais, car dans ces pays musulmans à 100%, les plus radicaux exerçant un contrôle total et le pouvoir absolu satisfont leur soif insatiable de sang en tuant leurs coreligionnaires qui sont moins radicaux qu’eux...
« Avant l’âge de neuf ans, j’avais appris le canon qui régit la vie arabe. C’était moi contre mon frère; moi et mon frère contre mon père, ma famille contre les cousins du clan; le clan contre la tribu, la tribu contre le monde, et nous tous contre l’infidèle ».
Leon Uris, « The Haj »”
C’est important de comprendre que dans certains pays, avec des populations musulmanes nettement inférieures à 100% comme la France, les gens qui vivent dans ces enclaves-ghettos, sont musulmans à 100%. Cette population vit ainsi sous la loi de la sharia. La police nationale française n’entre même pas à l’intérieur de ces enclaves. Il n’y a pas non plus de cours judiciaires d’état, ni d’écoles, ni de facilités religieuses non-musulmanes.
En pareille situation, les musulmans n’intègrent pas la communauté élargie. Les enfants fréquentent la madrasa, ils n’apprennent que le coran. Le seul fait d’avoir des contacts avec des infidèles est passible de la peine de mort. Conséquemment, dans certains endroits dans certains pays, les Imams musulmans et les extrémistes exercent plus de pouvoir que les autorités élues et les forces policières...

Aujourd’hui, plus de 2 milliards de musulmans constituent 28 % de la population mondiale. Cependant, le taux de natalité chez les musulmans dépasse et ce de beaucoup les taux de natalité des chrétiens, hindous, bouddhistes, juifs, et de tous les autres croyants ou non-croyants. Les musulmans dépasseront ainsi 50% de la population mondiale avant la fin du siècle.
Veuillez s’il-vous-plaît transmettre cette information à tous ceux parmi vos proches qui s’inquiètent avec raison de l’avenir sombre qui attend les prochaines générations si nous n’avons pas le courage et la force morale pour renverser ce courant religieux maléfique pour l’humanité.
C’est aussi votre combat !

Retour à l'accueil