«s’il y a des attentats, c’est la faute de la laïcité des Français ».

Interrogé par un journaliste italien, Luca Steinmann, (Il Giornale.it), suite à l’attentat islamiste du 14 juillet, Abdelkader Sadouni, prêcheur sunnite du centre-ville de Nice, déclare : «s’il y a des attentats, c’est la faute de la laïcité des Français ».

Abelkader Sadouni est l’un des prêcheurs les plus écoutés de Nice. Sa popularité est due à ses prêches à la mosquée, à sa boutique halal dans le cœur de l’Hypercentre, mais également à ses rapports privilégiés avec Christian Estrosi, dont il se flatte.

Sur sa page Facebook, il a publié une photo où il apparaît aux côtés de Christian Estrosi, lors de la célébration de la fin du ramadan.

Ces derniers jours, Estrosi subit de nombreuses critiques, suite à ses rapports ambigus avec les musulmans radicaux, mais pour Sadouni, il ne s’agit là que de polémiques stériles. Les politiciens doivent dialoguer avec les musulmans. S’ils refusent, il n’y aura plus moyen d’arrêter les violences.

Imam sunnite d’origine algérienne, il prêche depuis de nombreuses années la loi d’Allah en France. Dans sa boutique, des groupes de fidèles viennent acheter des produits rigoureusement halal, mais également pour demander conseil.

Après le massacre terroriste islamiste de Nice, la communauté musulmane est sous pression et les fidèles inquiets viennent nombreux consulter l’imam sur l’attitude à avoir. Il leur répond de rester calme et de continuer à diffuser la parole de Mahomet…

« Nous n’avons rien à voir avec ce qui s’est passé, les responsables sont les autres. »répète l’imam.

Interview

Nice est la capitale européenne des combattants étrangers. Plus d’une centaine de jeunes de la communauté musulmane niçoise sont partis en Syrie. Comment expliquez-vous ce phénomène, vous qui êtes un point de référence de cette communauté ?

Au cours de ces dernières années, nous avons régulièrement assisté à des départs vers la Syrie de nombreux jeunes musulmans de Nice, certains accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants. Dans la plupart des cas, ces personnes bénéficiaient de la nationalité française et de tout le confort moderne. Et pourtant, ils décident de tout quitter pour prendre part à un conflit armé au péril de leur vie et de celle de leur famille. Ceci témoigne bien de l’échec des politiques françaises envers l’islam.

La discrimination des musulmans en France, les attaques islamophobes et l’interdiction de porter des symboles religieux en public donnent l’impression à ces jeunes de ne pas faire partie de la communauté nationale et ce sentiment les motive à partir pour rejoindre, ceux qu’ils estiment être leurs semblables.

Selon moi, la situation des musulmans en France est le premier facteur qui pousse de nombreux jeunes à aller se battre. Aussi longtemps que les mosquées seront si peu nombreuses, que leur construction suscitera des protestations et que les musulmans seront discriminés, il y aura ce genre de réactions. Réactions certes erronées, mais bien réelles, face auxquelles nous devons extirper le phénomène qui les génère.

Vous accusez donc le système français d’être responsable de l’explosion du jihadisme armé. Ne croyez-vous que la communauté musulmane porte aussi sa part de responsabilités ?

Le problème de la communauté musulmane réside dans le fait qu’elle ne trouve pas son espace à l’intérieur de la société française. La France est un pays laïc, qui s’oppose à la promotion de la religion et à sa manifestation en public. En agissant de la sorte, l’islam est relégué dans un coin, les musulmans sont discriminés, attaqués pour le seul fait de vouloir pratiquer leur propre foi. Le problème n’est pas la communauté musulmane, mais le manque de volonté de lui accorder plus d’espace dans la société.

La laïcité est pourtant la valeur fondatrice de la République française et de celles qui se sont affirmées avec la Révolution et la philosophie des Lumières. Elle est aussi appliquée aux chrétiens, aux juifs et à toutes les autres religions, pas seulement aux musulmans…

Le principe de la laïcité serait juste s’il garantissait la liberté du culte à tous. Or ce n’est pas ce qui se passe en ce moment. La laïcité d’aujourd’hui est un extrémisme qui tente d’éradiquer toutes les religions. Les chrétiens se sont adaptés, les musulmans refuseront, car ce serait une injustice.

Si la laïcité continue à être appliquée de la manière dont elle l’est aujourd’hui, alors l’envie de rejoindre les musulmans qui se battent en Syrie demeurera très fort chez de nombreux jeunes.

Vous comprenez donc les raisons de ceux qui décident de partir faire le jihad ?

Oui, le je les comprends, mais ne les justifie pas. L’Etat islamique représente une entité violente et puissante, qui séduit de nombreux jeunes. Des personnes qui ne sentent pas européennes sont attirées par leurs propres origines et leurs propres racines religieuses.

Vous êtes un imam bien connu à Nice et vous avez certainement été approché par de nombreux jeunes qui vous exprimaient leur volonté de rejoindre l’Etat islamique. Que leur répondez-vous ?

Je leur réponds que l’Etat islamique, ce n’est pas l’islam et que le soutien qui lui est accordé n’est pas justifiable. Je les invite à me suivre à la mosquée, où ils peuvent vraiment comprendre le véritable message du prophète, afin de ne pas se laisser duper par des interprétations erronées du coran, souvent apprises sur internet.

Les données de la gendarmerie prouvent que la majorité des jeunes partis faire le jihad se sont radicalisés dans les mosquées, très souvent grâce aux prêches d’imam radicaux. Si vous voulez combattre l’Etat islamique, ne devriez-vous pas empêcher que certains messages soient diffusés dans les lieux de culte ?

Je suis d’accord. Nous devons éviter la propagation de certaines interprétations erronées du coran. A Nice, il y a divers groupes de musulmans, comme les salafistes et les Frères musulmans, dont je ne fais pas partie. Notre rôle est de veiller à ce que les lois de l’islam trouvent de l’espace dans les mosquées comme dans la société sans passer par le terrorisme. Ce dernier ne fait qu’accroître les attaques que nous les musulmans subissons.

Vous dites que les musulmans ne sont pas tous égaux et que l’Etat islamique est un ennemi. Pensez-vous dès lors qu’il soit nécessaire de soutenir ces forces musulmanes, comme la Syrie d’Assad, qui combattent les terroristes ?

Non, je ne le pense pas. Par contre, je crois qu’il serait utile de frapper ceux qui financent les terroristes. Tout le monde sait que le Qatar et l’Arabie saoudite ont financé l’Etat islamique. Il faudrait éviter que les financements et les armes parviennent aux combattants de l’Etat islamique et agir de même vis-à-vis d’autres groupes terroristes qui sèment la terreur au Moyen-Orient, tout en luttant contre l’Etat islamique. Et évidemment empêcher l’Iran de continuer à financer le Hezbollah, qui est aussi une organisation terroriste.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Et voici le clou de l’entretien :

Vous condamnez la Constitution et les lois françaises. Par quelles autres lois devraient-elles être remplacées ? Celles du coran ?

La charia est la loi d’Allah, non la loi de l’Etat. Je m’identifie à la nation française et je souhaite qu’elle promulgue des lois qui permettent aux fidèles de vivre en public, comme en privé, la loi divine, la loi d’Allah.

Fin de l’interview. On peut regretter que le journaliste ait manqué de demander à l’imam pourquoi les musulmans ont choisi de venir vivre en France, si la laïcité est un si gros obstacle à leur mode de vie, et pourquoi ils continuent à y émigrer massivement.

Voilà donc l’idée principale de ce discours clairement exprimée. By bye la Constitution et les lois françaises, bonjour la loi d’Allah.

Condition sine qua non pour éradiquer les attentats terroristes islamistes du sol français, selon cet imam très avisé.

Si la loi divine d’Allah est appliquée, paix et sécurité règneront sur l’ex — douce France, les musulmans ne seront plus discriminés, les jeunes ne sacrifieront plus leur vie pour le Calife de l’Etat islamique, les voiles islamiques, hijab, niqab et les très seyantes burqas seront tendance, les barbes salafistes fleuriront. Les mosquées et écoles coraniques écloront tels des champignons par un beau et chaud matin humide d’automne, et le doux son du muezzin appelant le troupeau à la prière résonnera cinq fois par jour dans nos campagnes et nos villes à l’allure de plus en plus arabisée.

Tableau idyllique d’un futur de rêve sous un ciel islamique vert tendre dans la paix et la sérénité coranique, car l’islam régnera enfin sur la France.

Bientôt, nous ne chanterons plus : « Il est venu le temps des cathédrales… » mais : « Il est venu le temps des mosquées, le monde est entré dans une nouvelle obscurité ».

Nous ne monterons pas vers les étoiles, mais descendrons vers l’enfer islamique. Le monde des barbares est aux portes de notre Europe.

Cet imam, qui excelle dans le discours victimaire et accusateur sans éprouver la moindre empathie pour les victimes de ses frères semble étrangement ignorer que dans les pays musulmans, régis ou non par la charia, le sang coule à flots, les attaques terroristes, les tueries de masse, les atrocités en tout genre se succèdent sans interruption.

Et là, personne ne peut blâmer la laïcité, car ce principe s’oppose à la loi d’Allah et est honni par ses serviteurs.

Toutefois, il existe des sectes islamiques qui, taquiya oblige, prônent la laïcité en terres d’infidèles : les chiites non khomeinistes, et les wahhabites (des sunnites).

Contrairement aux Frères musulmans, les wahhabites séparent le monde en deux : le Dar al-Islam (les terres islamiques) et le Dar al-Kouffar (les terres de mécréance).

S’ils prônent l’application de la charia en terre musulmane, les wahhabites promeuvent la laïcité en terres non islamiques, car ils savent que la séparation du religieux et du politique protège leur liberté de religion et de conscience.

En Occident, ils favorisent la laïcité — non pas par bienveillance ou tolérance — mais parce que leurs dirigeants jugent que la laïcité favorise les intérêts de leur secte, spécifiquement celui des membres qui ne peuvent pas faire la hijra vers les terres islamiques. Et bien que les wahhabites favorisent la laïcité en terre de mécréants — en attendant patiemment l’émergence d’une population à majorité musulmane, afin de l’interdire dès qu’ils prendront le pouvoir — ils demeurent très fidèles à l’obligation de détester les mécréants, obligation que d’aucuns qualifient de fantasme islamophobe…

Ma conclusion : islamexit et ce de toute urgence ! Je n’ai aucune confiance en ces imams dits » modérés ».

Et vous ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source : » L’imam di Nizza: « La laicità francese è responsabile per gli attentati» Il Giornale.it(traduit et adapté par Rosaly)

«s’il y a des attentats, c’est la faute de la laïcité des Français ».
«s’il y a des attentats, c’est la faute de la laïcité des Français ».
Retour à l'accueil