Le Brexit, cruelle leçon de démocratie

Le Brexit, cruelle leçon de démocratie pour

l’Europe

Publié le 3 juillet 2016 dans Europe

L’Europe a perdu un pilier : elle paie un élargissement et des traités imposés, un financement à crédit du modèle social, une bureaucratie étouffante.

Un article du Parti Libéral Démocrate.

L’Union Européenne souffre aujourd’hui d’avoir perdu l’un de ses principaux piliers. Pilier économique et militaire mais aussi référent pour la défense de nos libertés. L’Union européenne paye son élargissement non concerté, des traités imposés malgré le rejet des citoyens sollicités et, enfin, son acharnement réglementaire et sa quête d’harmonisation. La France et son modèle social financé à crédit portent une part de responsabilité dans cette débâcle. Nous inquiétons nos partenaires en nous enfermant dans la crise et en refusant les mutations en cours. L’Union européenne telle que nous l’avons connue est morte.

Comment réformer l’Europe ?

Nous demandons aux dirigeants à Bruxelles d’abandonner leur dérive réglementariste pour recréer un rêve européen, faire de l’Europe le continent des libertés, tant individuelles qu’économiques. Nous ne pouvons l’envisager qu’à l’aide d’un nouveau traité remplaçant par une vraie subsidiarité « l’intégration » fédéraliste actuelle, instaurant des institutions plus démocratiques et mettant fin aux monopoles publics et privés au profit d’une vraie concurrence ouverte. Traité qui devra être soumis aux électeurs des 27 pour être mis en oeuvre. C’est la seule chance de stopper la dislocation de l’Europe et de restaurer la confiance des Européens dans leurs dirigeants.

Nous devons enfin respecter le choix démocratique des Britanniques et conserver nos bonnes relations avec ce pays, en particulier en maintenant son accès au marché unique. Les enjeux qui nous attendent exigent de nous appuyer les uns sur les autres malgré la remise en question du modèle bruxellois. Les montagnes de dettes accumulées en Europe, les modèles sociaux à réinventer et la montée des nationalismes nous promettent des conflits bien plus graves si nous laissons l’Europe se disloquer.

Retour à l'accueil