L’islamisme, c’est l’islam en mouvement…

L’islamisme, c’est l’islam en mouvement…

Monsieur René Marchand, islamologue, arabophone, fin connaisseur de l’islam et de son livre maudit qu’est le Coran, nous avait dit lors d’une conférence, que les « islamophobes » avaient gagné la bataille des idées. Nous, les islamophobe déclarés, nous aurions donc gagné cette bataille primordiale qui était de faire connaître l’islam aux Français qui ignoraient tout de ce qu’ils pensaient être une religion comme les autres.

René Marchand était satisfait comme nous tous, de cette victoire même si nous savions qu’après notre Valmy, il nous faudrait continuer le combat « révolutionnaire » des idées sur le front de la bien pensance ! Nous sommes les vainqueurs de cette bataille contre l’islam, mais nous n’avons pas encore gagné la bataille politique. Nous sommes toujours dénoncés comme des « islamophobes » le plus souvent racistes et autres fadaises. Certains à gauche, commencent à se parer du titre de « lanceurs d’alertes » mais nous, nous sommes encore considérés comme des agitateurs, des « lanceurs de haine« . La gauche a ce génie des formules qui falsifient l’histoire en général, celle des hommes en particulier. Ces bobos de gauche qui se réveillent, lancent des alertes sans grands risques, en récupérant le plus souvent les alarmes que les islamophobes ont déclenchés sous le feu judiciaire.

Il est tout à fait curieux que lorsque l’on dénonce l’islam, son Coran, ses Hadiths, cette profusion de haine dans les écrits de cette « religion », toutes ces vidéos de petits Goebbels de l’islam que sont les « docteurs » et autres « savants » qui inondent de leur folie anti femmes, anti homosexuels, anti chrétiens et anti juifs, nous sommes encore considérés comme des « faiseurs de haine » et traînés devant les tribunaux.

La raison en est simple: vous pouvez critiquer l’islamisme aujourd’hui. Vous pouvez dire que l’islamisme est un terrorisme également, depuis quelques temps seulement et même dire la limite maximum de l’islamo-fascisme. Au-delà, si vous attaquez l’islam, son Coran, ces textes religieux, vous devenez un dangereux extrémiste.

En clair, dire comme Ferhat Mehenni que L’islam c’est l’islamisme au repos et l’islamisme, c’est l’islam en mouvement. C’est une seule et même affaire » est encore interdit ! Nos amuseurs publics qui sévissent sur toutes les chaînes de radios et télévisions veulent bien critiquer, depuis peu d’ailleurs, l’islamisme taxé de radical, mais refuse de lier l’islamisme avec l’islam. Et pourtant ! Que serait l’islamisme sans le Coran. Sur quoi s’appuierait cette idéologie mortifère si ce n’est sur le Coran, les hadiths et autres textes religieux ? Sûrement pas sur Jésus ou Bouddha.

L’Etat islamique ne fait qu’appliquer le coran d’une manière littérale et tous les musulmans qui ont lu ce livre, à défaut de l’avoir compris et assimilé, ne peuvent pas vous dire le contraire: ce livre est un appel aux meurtres, et au djihad. Il appelle tous les musulmans à étendre le pouvoir d’Allah sur l’ensemble du monde et de détruire tous les mécréants, les apostats, les juifs et les chrétiens. La Fatiha en est le leitmotiv puisque cette sourate interdit aux musulmans de suivre les « égarés » en affirmant qu’Allah serait le : Maître du Jour de la rétribution. Affirme que: c‘est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours. (Tant pis pour les aides sociales ?) Qu’il : Guide-nous dans le droit chemin, et surtout: le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. (ICI)

Un dieu qui se met en colère, un dieu qui annonce que cette colère s’exerce sur les mécréants (Koufars, les infidèles), contre les juifs et les chrétiens qui se sont « égarés », etc.

Point de mansuétude, de pardon, de compassion si ce n’est de compréhension. Allah exerce sa colère (le plus souvent par la mort de l’infidèle) et cette sourate qu’est al-fâtiha est bien un appel à la méfiance, à la séparation des hommes et des femmes, au communautarisme pur et dur, et récité plusieurs fois par jours par TOUS les musulmans. Qu’ils comprennent ou non sa signification. Où est la tolérance, l’amour de l’autre et donc la paix entre tous les hommes ? Les musulmans disent le savoir, mais ne disent pas les textes qui le permettent, et pour cause !

Je vous épargne toutes les autres sourates mortifères qui font du Coran non pas un livre d’amour, de tolérance et de paix, mais un livre digne de Mein kampf.

Céline Pina a écrit un livre sur le « Silence coupable » des politiques et s’est fait sortir du PS. Hé oui, cela arrive à gauche aussi.

Cette femme de courage, il faut bien le dire, s’est battue contre le « Salon de la femme » organisé par l’UOIF des frères musulmans. Un salon qui fût accepté par un Député-Maire sarkozyste, Monsieur Philippe HOUILLON qui semble-t-il, ne fut pas choqué par un festival d’imams choisis parmi les plus intégristes et les plus obscurantistes, dont la violence des prêches à l’égard des juifs, des apostats, des mécréants et surtout des femmes est notoire. Comme le dit Céline Pina.

Cette femme au regard doux n’a pas encore fait son chemin de Damas vers la réalité de ce qu’est l’islam. Elle félicite les donneurs d’alertes mais fustige ceux, comme à Riposte-Laïque et autres, lui semblent proches du Front National. D’ailleurs, elle met le FN quasi au même niveau de risques que les tenants de l’absolutisme islamique. C’est dire tout le travail qu’il lui reste à faire pour comprendre ce qu’est véritablement l’islam.

Faire ce genre de parallèle est d’une bêtise sans nom et ne peut venir à l’esprit que d’une socialiste marquée par son passé de militant. Elle n’a pas atteint le « Rubicon », ne le sent même pas. Elle n’est d’ailleurs pas la seule puisque nous trouvons le même genre de politiques chez les « Républicains ». J’y classe Nicolas Sarkozy dont les discours fluctuent au gré du vent et des situations. Il fait mine d’oublier qu’il est en partie responsable des déséquilibres au Moyen-Orient et singulièrement en Libye avec ses amis Ali Juppé et BHL.

Photo n°4
Photo n° 3

Il est évident que les partis politiques sont responsables de l’islamisme si ce n’est en le laissant prospérer à travers des mosquées, à travers le CFCM, à travers les marques d’attention répétés du pouvoir politique quel qu’il soit depuis 30 ans y compris au niveau des communes.

Photo n°1
Photo N° 2

Il est clair que tous les donneurs d’alertes sont encore persécutés par ces politiciens qui ont créés des chiens de garde associatifs. De même que tous les militants, à divers niveaux de leurs responsabilités, sont rejetés pour « islamophobie » voire pire, de leurs propres partis politiques sur l’ensemble du spectre politique (PS-PC-FdG-LR-FN) lorsqu’ils ont le courage de lancer en interne leurs alertes ou de le faire savoir publiquement. La sacro-sainte idée du vote musulman pour beaucoup, ou sa crainte ? Le pire étant en quelque sorte, l’achat de ce vote pour garder ou obtenir des postes de Maires, de Députés, de Sénateurs et autres Présidences. Ils auront le déshonneur et la guerre !

Ma ville de Puteaux devient méconnaissable le vendredi, et se couvre de processions musulmanes (hommes, femmes derrière, avec les gosses) en tenue de bled, pour aller à la prière dans la mosquée de toile offert quasi gracieusement par le maire de la ville au pied de la Société Générale, le long du cimetière de Neuilly-Puteaux à la Défense.

L’attentat de Nice n’est que la poursuite des autres attentats d’hier et qui seront suivis par d’autres attentats ayant comme toile de fond, un personnel politique trop lâche pour assumer les erreurs et les égarements sur ce qu’est l’islam.

Il serait temps de sortir de la phase des bougies, des fleurs déposées, des marches blanches, des discours compassionnels, des larmes écrasées sous le regard des caméras, des « Je suis un tel » et autres attitudes qui ne fait plaisir qu’aux auteurs croyants faire du « Jean Moulin », et ravis au contraire, les terroristes qui se régalent d’avance de voir toutes ces foules larmoyantes, pétries de compassion pour les victimes. Surtout, pas de colère contre les vrais responsables politiques. Pas d’amalgames car c’est pas ça l’islam ! Alors au prochain ? A qui le tour ? Quel est le membre de votre famille, de nos enfants qui demain, va payer le laxisme et la lâcheté de ces représentants politiques qui ne risquent rien ?

Gérard Brazon (Liberté d’expression)

L’islamisme, c’est l’islam en mouvement…L’islamisme, c’est l’islam en mouvement…
L’islamisme, c’est l’islam en mouvement…L’islamisme, c’est l’islam en mouvement…
Retour à l'accueil