Sécurité. Le commandant du GIGN a livré sa vision des choses à propos de la lutte contre le terrorisme. Il pointe du doigt notre immense vulnérabilité face à un ennemi qui s'est adapté à la "faiblesse" de nos sociétés démocratiques, selon des propos rapportés par Le Point.

"Je ne fais pas de politique, moi". Le colonel Hubert Bonneau avait annoncé la couleur, il n'a pas menti. Invité à s'exprimer en clôture du forum Technology Against Crime (TAC) de Lyon ce vendredi, le commandant du GIGN a exprimé très clairement et sans langue de bois la situation sécuritaire de la France, comme le rapport Le Point. Les attentats de janvier et de novembre, la menace qui pèse sur le pays, ouvertement en guerre contre l'Etat islamique… Les conclusions et les explications du militaire sont effrayantes.

"Les groupes terroristes profitent d'une véritable faiblesse de nos démocraties, j'ose le dire" a-t-il lancé à l'assistance. Selon lui, le mode opératoire des terroristes est redoutablement efficace et très difficile à contrer, avec un"rapport coût-efficacité terrible pour nous". "Ca peut taper n'importe où, n'importe quand, sachant qu'on attaque des cibles molles, pas renforcées. Le champ des possibles est très vaste", a-t-il continué. Des déclarations qui vont à l'encontre des discours rassurants diffusés par les autorités depuis plusieurs semaines, à l'approche notamment de l'Euro 2016. La compétition de football, qui rassemblera des millions de supporters dans les villes françaises hôtes, est une cible de choix pour qui voudrait commettre un attentat. Les "fans zone", ces places publiques où de nombreux supporters pourront venir assister aux matchs sur un écran géant, font notamment débat, mais devraient être maintenues. De la folie, si l'on considère les propos du colonel Bonneau.

"On n'a pas vu en France les choses arriver"
Le patron du groupe d'intervention de la gendarmerie a d'ailleurs critiqué l'aveuglement français quant à la menace terroriste. "Il faut être honnête et clair : on n'a pas vu en France les choses arriver. Malgré les attentats de Londres et de Madrid, malgré les événements en Afghanistan, au Pakistan. Si on ne les a pas vus, c'est parce que cela se passait loin de chez nous". Aujourd'hui, les ennemis vivent au contraire chez nous, dans nos villes et leurs banlieues : "A part quelques personnages en novembre, tous ceux qui agissent sont Français. C'est avant tout une problématique de sécurité intérieure. C'est quelque chose qui nous a beaucoup surpris". Et ces guerriers préparent un coup d'éclat, leurs tours jumelles à eux : "Ces terroristes vont rechercher un 11 Septembre 2.0. On est passé d'une entreprise centralisée et secrète à, aujourd'hui, une entreprise décentralisée qui marche sous forme de franchise".

Autre sujet abordé par le militaire, les moyens de communication et la propagande extrêmement efficace mis en place par l'Etat islamique. Les réseaux sociaux, la facilité pour les djihadistes de communiquer et de diffuser des contenus… Le meilleur exemple est à ce titre Inspire, le magazine de l'Etat islamique. Il est "remarquable et intéressant", notamment le numéro paru après les attentats de janvier : "On a cinquante pages qui disent ce qui a été bien fait et ce que les Kouachi et Coulibaly ont mal fait ou n'auraient pas dû faire. En substance, le magazine dit : Pour l'avenir, voilà ce qu'on vous propose. Inspire, c'est le petit marmitton.com du terrorisme : comment créer des grenades, confectionner des armes; etc". C'est précisément ici que les terroristes profitent de la faiblesse de nos démocraties, qui ne peuvent contrôler ce qui circule sur internet comme le font des régimes plus autoritaires. Les déclarations d'Hubert Bonneau sont donc à la fois terrifiantes et extrêmement précieuses.

http://www.valeursactuelles.com/societe/terrorisme-le-chef-du-gign-denonce-une-veritable-faiblesse-de-nos-democraties-61470

Retour à l'accueil