vous avez dit: Racisme anti-blanc...non!
Azouz Begag veut une invasion islamiste en politique

Azouz Begag n’est visiblement pas un grand fan de la députée européenne LR Nadine Morano. Alors qu’il a rencontré mardi 15 mars la nouvelle secrétaire d’Etat à l’Egalité réelle, Ericka Bareigts, Azouz Begag avance quelques idées pour gommer les inégalités. Dans les colonnes du journal L’Opinion ce mardi, il se prononce notamment en faveur de la méthode des quotas "pour faire passer la diversité aux forceps".

L’ancien ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances de 2005 à 2007, dans le gouvernement de Dominique de Villepin, est également pour "le vote obligatoire avec sanctions financières, comme au Brésil ou en Belgique". L'objectif est clair : faire davantage participer les quartiers aux élections. Azouz Begag y voit d’ailleurs une conséquence plutôt insolite. Il dit dans L’Opinion :

« Si tout le monde vote, Nadine Morano ne pourra plus monter sur scène pour parler de race blanche. »

Invitée sur le plateau de On n’est pas couché le 26 septembre dernier, Nadine Morano avait déclenché une vive polémique en déclarant que "la France est un pays de race blanche". Privée de candidature aux élections régionales en Meurthe-et-Moselle, Nadine Morano avait pour autant refusé de retirer ses propos. Ces propos avaient, il y a quelques décennies, prononcées par De Gaulle, sans faire de polémique. Mais nous savons combien, depuis, la France courbe le dos devant son immigration.

Dans les colonnes du quotidien L’Opinion, Azouz Begag pointe également du doigt le manque de diversité en politique. Il dit :

« Il y a aujourd’hui en France dix millions de Français issus du monde musulman : ils ont deux représentants à l’Assemblée nationale, les députés Razzy Hammadi et Malek Boutih, trois sénatrices sur 348, cinq maires sur 36 000, et ils représentent 50% de la population carcérale. »

En quoi sommes-nous responsables de l’échec d’intégration des musulmans ?

En quoi sommes-nous responsables de la délinquance des personnes issues de l’immigration ?

Celui qui, depuis des années, veut voir les musulmans se hisser dans les plus hautes fonctions de l’État, telle « une invasion de criquets » a pourtant eu sa chance dans le gouvernement De Villepin.

Au moins, il ne joue pas l’hypocrite, il annonce clairement son projet d’infiltration et d’invasion.

Et là, personne ne crie au racisme anti-blancs ?

Retour à l'accueil