Doit-on vraiment attendre 2017

Doit-on vraiment attendre 2017 pour en finir avec Hollande ?

La talentueuse journaliste Sophie Coignard, en compagnie de Romain Gubert, vient d’écrire un livre, « Ça tiendra bien jusqu’en 2017 » (Editions Victor Michel). C’est une phrase que répète en permanence Hollande. L’auteur y fait un résumé accablant sur la manière dont nous ne sommes pas gouvernés. Elle ne parle pas que du gouvernement Hollande, et montre que la lâcheté de ceux qui dirigent le pays remonte à très longtemps. Elle évoque Chirac, Sarkozy, Guigou et quelques autres « apprentis ».

Elle disserte sur le courage politique, sur les réformes nécessaires, et affirme que, jusqu’à ce jour, aucune équipe gouvernementale, de droite ou de gauche, ne s’y est aventurée. Elle évoque Schroëder en Allemagne, Paul Martin au Canada, ou Matteo Rizzi en Italie.

Elle démontre que cela ne peut pas tenir plus longtemps, avec le surendettement de la France, le déficit des caisses de santé, l’abondance du personnel politique, du nombre de fonctionnaires et de prébendiers du système. Tout ce qu’elle dit est pertinent, mais avec Hollande et sa clique, le pire est ailleurs.

Les deux premières années avaient été catastrophiques, comme l’avaient montré, avec humour, Pierre Cassen et Ri7 dans leur bande dessinée « Le Guignol de l’Elysée« , où ils montraient férocement toutes les méthodes utilisées par Hollande et les siens pour accélérer l’islamisation de la France et gagner de nouveaux électeurs, tout en diabolisant en toutes circonstances le Front national.

Mais 2015, la troisième année, a été marquée par l’invasion migratoire et les attentats musulmans qui ont causé plus de 150 morts à Charlie Hebdo et au Bataclan.

Nous savons que 2016 marquera une accélération de la venue sur notre sol de dizaines de milliers d’envahisseurs musulmans, qu’ils appellent migrants. C’est dans les valises de Bruxelles, avec l’accord de notre gouvernement.

Nous savons que cela marquera l’accélération de la mort de notre agriculture, et du suicide de nombre de paysans.

Nous savons que nombre de petites entreprises, minées par des charges ahurissantes (il faut bien payer les nouveaux venus et les parasites politicards), vont fermer, et que des petits patrons, comme un malheureux entrepreneur de BTP à Strasbourg, vont mettre fin à leurs jours.

Nous savons que nombre de compatriotes vont perdre leur travail, comme les 800.000 Français qui ont perdu le leur depuis 2012.

Nous savons qu’il y aura forcément de nouveaux attentats musulmans, que cela soit par décapitation, style Hervé Cornara, kalachnikov style Charlie-Bataclan, attentats-suicides, dans les transports en commun ou dans des lieux très fréquentés, style Stade de France.

La nounou voilée décapiteuse russe pourrait faire des émules en France. Nous pouvons faire confiance à la culture de mort des musulmans disciples de l’Etat islamique pour continuer en 2016 en France ce qu’ils ont fait en 2015 dans notre pays et partout où ils le peuvent.

Nous savons que nombre des nôtres seront agressés physiquement par des délinquants majoritairement issus d’Afrique ou de Syrie, Irak, Afghanistan.

Nous savons que s’ils se défendent, ils seront traînés devant les tribunaux, suite à la plainte de leurs agresseurs, et condamnés par les « Juges Mur des Cons ».

Nous savons que certains seront tués gratuitement par des assassins que les autorités, relayées par des médias aux ordres, qualifieront de déséquilibrés et remettront en liberté.

Nous savons que le nombre de cambriolages, parfois extrêmement violents contre les occupants des lieux, vont se multiplier, sans que les victimes n’aient le droit de se défendre même en levant le petit doigt contre leurs agresseurs.

Nous savons que dans des centaines de petits villages français, où il faisait bon vivre, Cazeneuve et ses complices vont imposer des dizaines, parfois des centaines, de migrants qui mettront fin, par leur présence, à un mode de vie que ces habitants avaient choisi.

Nous savons que la presse aux ordres, plus gavée de subventions que jamais, va multiplier les campagnes de propagande sur les joies du « Vivre ensemble » et les articles crapuleux et hostiles à ceux qui contestent cela.

Nous savons que nombre de résistants vont se retrouver devant les tribunaux, et que les milices fascistes du régime, appelées antifas, essaieront, comme à Clermont-Ferrand avec la venue de Bernard Lugan, d’empêcher toute tenue d’initiatives patriotiques.

Nous savons que, comme Simone à Calais, nombre de Français, ruinés, seront expulsés de leur maison, et devront laisser la place à des clandestins qui n’ont jamais donné un sous au pays.

Nous savons qu’à l’image de l’Allemagne du 31 décembre, le nombre de viols de Françaises par des nouveaux venus va se multiplier.

Nous savons que dans nos écoles, nos gosses seront de plus en plus minoritaires, et trop souvent malmenés et rackettés.

Nous savons qu’ils n’apprendront plus l’Histoire de notre pays, et qu’au nom de l’égalité et de l’ouverture à l’autre, le niveau d’enseignement va encore baisser.

Nous savons que nous aurons dans nos rues de plus en plus de voilées, de djellabas et d’uniformes de soldats d’Allah.

Nous savons que l’offensive du halal dans tous les lieux collectifs va s’accroître.

Nous savons que plus l’islam nous fera la guerre, plus les socialistes et les Républicains lécheront de babouches musulmanes, au nom d’un islam de France qui protégerait notre pays des ravages de l’islam-extrémiste-qui-n’est-pas-l’islam.

Nous savons que Hollande et sa clique sont même capables, en cachette, de décorer de la Légion d’honneur un prince héritier d’Arabie saoudite. Il a fallu la presse de réinformation pour que les journaleux en parlent, voire même approuvent, à l’image de l’islamo-collabo Askolovitch.

Nous savons que tout cela, pour reprendre la démonstration de Sophie Coignard, a un coût, et que la clique au pouvoir va creuser sans vergogne les déficits pour se maintenir par tous les moyens.

Nous savons qu’ils sont même prêts à instrumentaliser un prochain attentat musulman pour renforcer encore l’Etat d’urgence, voire annuler le processus électoral de 2017.

Bref, nous savons que nous sommes gouvernés par des traitres, des incapables, des vendus aux pays musulmans (comme l’a dénoncé Philippe de Villiers, sans être contredit), prêts à brader notre pays, notre peuple, notre culture, notre civilisation, notre histoire, notre démocratie, notre laïcité, notre rapport hommes-femmes, pour garder leurs privilèges.

Cela sera le prix à payer si Hollande va au bout de son mandat. Comment empêcher cette catastrophe qui, en une année, aggraverait dramatiquement la situation de notre pays, et la vie de nos compatriotes ? D’abord notons qu’une retraite anticipée du Guignol de l’Elysée n’en ferait pas un cas social, car on parle pour lui d’une future retraite à 36.000 euros par mois.

Une situation à la Pompidou, en 1974, avec une crise cardiaque de Hollande étant hautement improbable, les Français ne peuvent compter que sur eux.

Un mouvement social suffisamment conséquent, autour de la loi El-Khomri, qui fasse tomber ce régime ? Peu probable.

A moins que la lettre à Hollande, écrite par trois généraux, dont Antoine Martinez, invité à Rungis par RL et RR, ne fasse tâche d’huile, et que l’armée française, devant l’incapacité du gouvernement à faire respecter les lois de notre pays, ne prenne toutes ses responsabilités, pour sauver le peuple et la France…

http://www.bvoltaire.fr/jeanpierrefabrebernadac/la-grande-muette-frappe-fort,242796

Les trois généraux, ainsi qu’Ivan Blot et Nicolas Stoquer, parlent cru.

« Le président de la République française, en vertu de l’article V de la Constitution de 1958, est le garant de l’intégrité du territoire. »

« Sa responsabilité est donc engagée dès lors que des migrants illégaux entrent massivement en France, avec des points de fixation comme Calais et le Calaisis. »

« Cette partie du territoire est abandonnée de facto par les autorités de la République. »

Et manifestement, l’épisode Piquemal a laissé des traces.

« Qu’il s’est rendu pacifiquement sur place pour constater cette capitulation de l’État » et que « par une ironie blessante, il a été arrêté au nom de l’ordre public alors que les migrants illégaux demeurent libres de leurs faits et gestes pendant ce temps ». Ils demandent au Président de « prendre la mesure de l’indignation que ce paradoxe provoque dans le cœur de beaucoup de Français »

« Il convient, au lieu de s’acharner sur un soldat, fût-il général et patriote, de rétablir l’ordre public à Calais, ce qui suppose l’éradication de la “jungle” (une “jungle” peut-elle exister en République ?). Et le renvoi de tous les clandestins dans leurs pays d’origine. »

C’est pourquoi il faut saluer la démarche de nos généraux, et souhaiter (c’était le dernier chapitre du livre « Opération Pédalo », de Paul Le Poulpe), que l’armée française, appuyant les patriotes en danger, prenne ses responsabilités. Il lui faudrait alors mettre fin au plus vite à la catastrophe qui s’accélère en France, qu’elle renvoie chez eux les clandestins (ce qui est demandé dans le texte envoyé à Hollande) et remette enfin de l’ordre… avant de permettre un processus électoral normal, une fois le travail effectué. Cela serait une aubaine pour notre pays, et ses habitants.

Faute de quoi, la France attendra 2017, avec le supplément exorbitant à payer…

Pour mémoire, voilà ce qu’écrivait, dans Opération Pédalo, Paul Le Poulpe, dans le dernier chapitre. Le Général Larochelambert s’adressait au pays.

« Mes chers compatriotes, Françaises, Français, devant la gravité de la situation, et l’incapacité du chef de l’Etat et de son gouvernement d’assurer la sécurité de notre pays et de ses habitants, l’armée française a pris toutes ses responsabilités et m’a demandé de mener les opérations. Nous devons répondre tout de suite aux premières urgences. Nous savons notamment que ce vendredi, des émeutiers, soutenus par des pays étrangers, se préparent, misant sur le laxisme du précédent pouvoir, à lancer une véritable insurrection contre notre pays, ses lois et ses habitants. Nous ne voulons pas que des milliers de nos compatriotes y laissent leur vie à cause de l’incompétence et de la lâcheté du gouvernement. Nous avons mis l’ancien président Laslande et tous ses ministres en état d’arrestation. Je tiens à rassurer les Français, nous avons mis en place, partout, des mesures et des hommes pour que les insurrections qui pourraient voir le jour soient matées sans concession et que force reste à la loi. J’autorise nos compatriotes, s’ils sentaient leur vie menacée, à user de la légitime défense.

Les stations de radio et de télévision seront sous contrôle du nouveau pouvoir, le temps que cette crise grave soit résolue. Les responsables religieux, syndicaux ou associatifs susceptibles de vouloir lancer des actions de subversion contre le nouveau gouvernement seront mis sous contrôle. J’interdis aux verlamans, demain, de rejoindre leurs cosmeques, qui seront fermées jusqu’à nouvel ordre. En cette journée où l’avenir de la République dépendra de l’efficacité de nos forces de l’ordre, policiers et gendarmes, je vous demande de ne rien faire qui puisse les empêcher de faire correctement leur travail. Dans les heures qui viennent se jouera un combat décisif entre notre République et un fascisme venu d’ailleurs, que des traîtres ont implanté sur notre sol. Toutes nos forces sont mobilisées pour que ce soit la France qui gagne.

Vive la République et vive la France ! »

Faut que sa casse avant que Marine soit élue,sinon ce sera sa faute

Retour à l'accueil