Les médias coupables des attentats dans le monde.

L’attentat de San Bernardino qui a fait 14 morts et 21 blessés aurait pu être évité car des voisins des terroristes ont eu des soupçons, mais ils n’ont rien osé dire pour ne pas avoir l’air d’être racistes, et ils ont eu raison.

Les médias ont semé la terreur : accuser ouvertement l’islam et les musulmans de terrorisme et vous devenez un paria auprès de vos collègues et amis, la pire espèce, un extrêmiste de droite. Alors vous vous taisez, et ils ont gagné : les médias les aident à avancer.

En octobre 2015, le directeur, l’instituteur, la police et l’administration de l’école où un adolescent, Ahmed Mohamed était scolarisé, ont été la cible d’un lynchage médiatique sans précédent, d’un déchaînement de haine invraisemblable, de la part de la gauche médiatique, parce qu’Ahmed est arrivé à l’école avec une horloge d’où sortaient des fils, et qu’ils ont pensé qu’il s’agissait d’une bombe. La gauche a accusé l’école et la police d’avoir amalgamé musulman et objet ressemblant à une bombe. C’était tellement raciste, aux yeux de la gauche, que le patron de Facebook, de Google, et jusqu’au président des Etats Unis, ont présenté leurs excuses et invité l’adolescent.

La prochaine fois qu’un instituteur musulman entrera dans une école avec un objet qui ressemble à une bombe, le directeur de l’école et les surveillants ne diront rien, car ils se souviendront de l’incident du petit Ahmed. Ce jour-là, cependant, ce sera peut-être une bombe. Les gauchistes auront gagné, ils auront aidé les islamistes, comme à San Bernardino, à commettre leur massacre.

Est-il possible d’imaginer une meilleure couverture pour frapper l’occident que de pouvoir préparer des attentats sous l’œil de témoins effrayés de passer pour islamophobes ?

Les islamistes ont planté le cheval de Troie à l’intérieur du cerveau de chacun avec l’aide intense des médias et intellectuels islamo-gauchistes.

Il est devenu très problématique de dénoncer le danger islamique et le djihad (le compte Twitter de Dreuz vient d’être suspendu à cause de cela), les gens préfèrent laisser faire pour ne pas passer pour racistes.

Robert Spencer (Jihad Watch), est interdit d’entrée en Grande Bretagne parce qu’il dénonce l’islam radical, alors qu’elle accueille à bras ouvert des imams racistes, homophobes, antisémites, qui appellent au djihad.

Voici le témoignage de Robert Spencer :

“Un homme qui travaillait dans le coin a dit avoir vu une demi douzaine d’Arabes ces dernières semaines, mais il a décidé de ne rien dire de ses inquiétudes à la police, parce qu’il n’a pas voulu qu’on lui reproche de penser que c’est parce qu’ils viennent du Moyen Orient et qu’ils ont des activités suspectes.

La même chose s’est produite il y a plusieurs années, lors de la tentative d’attentat de Fort Dix jihad plot in 2007: un jeune homme découvrit par hasard le projet d’attentat. Mais au début, il a eu peur d’avertir la police, peur d’être pris pour un raciste.

Depuis des années et des années, des organisations islamiques liées au Hamas comme les Frères musulmans, stigmatisent toute résistance au djihad et à la terreur comme raciste et islamophobe.

C’est arrivé à un point où la gauche et les organisations islamiques ont conduit des tas de gens à penser que se défendre et défendre son pays est une très grande faute.

Et nous voyons maintenant avec le voisin [de Syed Farook], à quel point ils ont réussi.

Et cela n’a été possible qu’avec la complicité active et opiniâtre des médias et des hommes de gauche. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour Dreuz.info

Retour à l'accueil