Encore un succès qualifié de Guignol et Gnafron
L'Insee a publié ce matin sa première estimation du PIB au deuxième trimestre de l'année 2015. Bravo ! : la croissance française est nulle et ce, malgré la conjonction des astres qui promettaient tant, les taux d'intérêts extrêmement bas , le prix du pétrole en chute libre et un euro faible comme jamais auparavant.

Le Sapin sort ses boules et explique doctement que c'est moins pire que si c'avait été plus pire. Hollande, lui, a disparu de la circulation, histoire d'attendre au frais les prochains rebondissement de l'incompréhensible crise du cochon.

Irréelle impression d'un gouvernement complètement absent et décalé des réalités, de ministres attentistes et dépassés (Le Foll, Rebs) qui pérorent dans le vide, et d'une ambiance de fin de règne dédié aux discussions sur le sexe des anges et la couleur des dieux de la laïcité.
Cochon qui s'en dédit
Fin juillet, le zozos qui s'autoproclament joyeusement gouvernement de la France présentaient une vingtaine de mesures (plan d'urgence) pour venir en aide aux milliers d'exploitants laitiers menacés de faillite, naturellement sans autre résultat que d'engraisser le Crédit agricole et de prolonger largement la crise.
Rebelote. Après le lait le cochon ; on va vite fait bien fait se leur concocter un plan d'extrême urgence pour calmer le brûlures d'estomac des éleveurs de porcs sous l'oeil des industriels et grande distrib' qui rêvent de mettre au point l'élevage de cochons sans éleveurs. On en est pas si loin.
Pendant que le gouvernement fixe autoritairement le prix du cochon, une première dans l'histoire économique moderne, la foirade de la mesure cause la fermeture du marché de référence. Brillant. Le Foll va en décoiffer sa permanente si ça continue...
On attend de pied ferme le mouvement de désespoir des fruits et légumes et la jacquerie des volaillers que le susdit ministre prépare très activement...
Retour à l'accueil