Amalgame politique !

Le système politico-médiatique a fait une campagne acharnée contre le Fn. Les médias ont sorti à peu près une petite saloperie par jour. Les ministres de l'esprit du 11 janvier se sont déplacés. Le président lui-même, entre la menace de l'islamisme et de la Russie, n’a pas hésité à l’étranger à déclarer la république en danger pour une partielle du Doubs. Les anti frontistes de profession de l'Ump ont donné de la voix et Sarkozy a failli lui-même glisser vers le PS.

Certes, le candidat socialiste est élu et il brise le signe indien. Mais l’esprit du 11 janvier n’a pas frappé. La sidérante manipulation des esprits s’est arrêtée dans le Doubs. La-bas aussi s’est fracassée définitivement la stratégie du front républicain.

En effet arrivée en tète au premier tour, la candidate du Fn progresse de 6.000 suffrages au second tour. Les électeurs de droite disent clairement qu’ils peuvent voter et qu’ils veulent voter pour la droite plus radicale.

Le Ps est alarmé, Sarkozy dépité mais les Juppé et autre Cosizco de combat antifasciste désavoués par les électeurs encore plus que par leur parti. Il y a un vainqueur, le PS, un gagnant, le Fn, un sonné, Sarkozy et un désavoué Juppé. Malgré la volonté d’insister sur l’échec du Fn les médias ont su reconnaitre que le résultat ne correspondait pas à leurs espérances. La plupart des éditorialistes mettent en avant lundi la progression «sidérante» du Front national et non la courte victoire du PS. Les résultats résonnent comme un «avertissement» pour les scrutins à venir, aussi bien pour le PS que pour l’UMP.

«Le PS aurait tort de voir dans sa petite victoire d’hier le signal de la reconquête», souligne Paul-Henri du Limbert (Le Figaro). «Le FN a devancé la gauche au premier tour, et s’est incliné de justesse au second, signe le plus tangible de la grande migration de l’électorat populaire vers le parti de Marine Le Pen. «Mais, ajoute-t-il, l’avertissement le plus sévère vise l’UMP, éliminée au soir du premier tour et incapable d’adresser un message clair à ses électeurs». «Le FN n’était pas loin de l’emporter dans cette vieille circonscription socialiste», écrit Laurent Joffrin (Libération).» «La gauche a senti le vent du boulet: elle doit se livrer au plus vite à un examen de conscience.»

La «sidérante l’ascension du Front National, se hissant aux lisières d’une première conquête historique en duel», analyse Alain Dusart (L’Est Républicain) «est un «avertissement et un prélude à d’autres lendemains électoraux qui déchanteront». «L’UMP s’en sort aussi groggy, avec un président mis en minorité et une porosité désormais évidente dans les reports de voix UMP et FN», poursuit-il. «Par effet mécanique, la dynamique FN est enclenchée malgré les apparences trompeuses de cette frêle victoire, révélatrice d’une rupture cruelle entre les stratèges des états-majors politiques parisiens et la souffrance d’un électorat, notamment rural, prêt à renverser la table».

La fracture se confirme donc de vote en vote et le hold-up politicien sur l’émotion populaire a donc électoralement échoué. Les Français savent ce qui menace vraiment leur mode de vie , la politique économique et sociale du pouvoir, la menace mortelle des obscurantistes musulmans et certes pas le Fn.

Amalgame politique !Amalgame politique !
Retour à l'accueil