En voila un qui ose écrire ce  que d'autres n'osent pas dire

Le 10 Janvier 2015 Alexis Arette

Paysan à Momas

À

François Bayrou Maire de Pau.

François,

Comme tes archives doivent être en ordre, tu connais certainement cette déclaration du premier ministre Valls à l’Institut du monde Arabe l’année dernière.

« C’est toute une nation qui reconnaît ici la grandeur, la finesse et la diversité de l’Islam. C’est toute une nation qui dit aussi que l’Islam a toute sa place en France, parce que l’Islam est une religion de tolérance, de respect, une religion de lumière et d’avenir ! ».

Si Monsieur Valls, qui dans chacun de ses bavardages, se recommande des « valeurs républicaines », avait consulté ses « grands ancêtres », il aurait pu retenir sur le sujet, l’opinion de Condorcet qui travailla à la rédaction des « Droits de l’Homme » et qui écrivait :

« La religion de Mahomet, la plus simple dans ses dogmes, semble condamner à un esclavage éternel et à une incurable stupidité, toute cette vaste portion de la terre ou elle à étendu son empire. »

Le crime vient de donner raison à Condorcet qui, s’il l’avait connu, aurait tenu Monsieur Valls pour un foutriquet. Ai-je le droit de penser de même ?

Je pense que l’Islam est, et a toujours été, une entreprise criminelle. Et s’il est aujourd’hui la deuxième religion en France, il est la première dans les prisons Françaises

Ce que je pense, c’est que Monsieur Valls est un menteur, fortement appointé pour mentir, c'est-à-dire un menteur considérable.

La presse régimiste a suivi. Le Journal L’Éclair, ne voulant pas être en reste, a titré, en effet, ce jeudi 8 Janvier, après que Islamistes aient exécuté les infidèles que l’on sait : « Le Béarn sous le choc ».

Or, Bien que Béarnais, je ne suis pas sous le choc et je connais peu de Béarnais qui le sont…

Je ne suis pas « Charlie ».

Je ne me sens pas en deuil.

Je n’ai pas observé la minute de silence requise par le président de la République, et mon drapeau n’est pas en berne.

Mais non seulement le Béarn n’était pas sous le choc, mais certains citoyens y étaient même en liesse !

A l’annonce que le « Djihad » avait été appliqué aux insulteurs de Mahomet, il y a eu des feux de joie à l’Ousse des bois, des You-yous enthousiastes à Mourenx, et, en France, des écoliers, pendant la minute de silence, ont hurlé très démocratiquement « Allah ou Akbar » ! Je ne suis pas sur que Valls y ait reconnu la « finesse et la grandeur » de l’Islam qu’il exaltait. Et ce matin même il mandibulait lamentablement lorsqu’un journaliste l’a questionné sur ces détails qu’il voulait ignorer.

Il n’empêche que la manifestation « antiterroriste » a été un succès. Un nostalgique de Mai 68 s’est souvenu du slogan de la « Chienlit » en faveur de Cohn-Bendit, et à plagié : « Nous sommes tous des juifs allemands », pour produire : « Nous sommes Charlie » !. Les braves gens qui n’ont pas beaucoup d’imagination par eux-mêmes, ont saisi l’occasion d’entrer avec ces pancartes dans les annales de l’imbécilité. On aurait pu paraphraser Brassens : « Avec ma petite pancarte à la main, j’avais l’air d’un con ma mère, j’avais l’air d’un con ! »

Car bien sur, il n’y avait pas que la chienlit habituelle que dénonçait De Gaulle en son temps, mais aussi de braves gens qui étaient persuadés qu’en crachant sur tout ce qui bougeait, les équipiers de Charlie-Hebdo défendaient la Liberté. Monsieur Hollande n’avait-il pas dit qu’ils étaient des Héros ?

Héritiers de « Hara-Kiri », le journal qui se glorifiait d’être « Bête et méchant », le peu que j’ai lu de Charlie-Hebdo m’a convaincu que les armes préférées de ces héros Hollandiens, étaient la Fesse, l’Etron et le Glaviot.

Je comprends que le gouvernement Socialiste défile pour cette Trinité. Je ne le comprends pas de ta part. De même, je ne comprends pas que la religion Catholique ait fait sonner les cloches de Notre-Dame de Paris. Mais ce n’est pas la première fois que l’Eglise de France a des accès d’opportunisme et d’imbécilité. Même si la cochonnaille est plutôt à l’Elysée, nous sommes quand même le pays de l’Evêque Cauchon

Mais en fait de Trinité, c’est justement de la Trinité Chrétienne que les « héros » de Charlie Hebdo avaient traité sur une de leurs couvertures. On y voyait un vieillard le Père, en train de se faire sodomiser par le Fils qui, lui-même, se faisait sodomiser par le Saint-Esprit... Je suppose que nos gouvernants ont beaucoup ri de cet humour tout en finesse républicaine.

Il faudrait que tu m’expliques, pour que je me fasse une idée moins critique de la démocratie, comment est-ce un crime justiciable des tribunaux quand « Minute » caricature Madame Taubira en guenon et comment est-ce une valeur de la république quand, par exemple, « Charlie » caricature le Pape en pédophile

Peut-être pourrais-tu m’expliquer aussi, comment « Minute » et quelques autres journaux, sont-ils pestiférés alors que depuis 30 ans ils mettaient en garde la République sur ce qui risquait de se passer et qui vient de se passer !

J’ai cru comprendre que la morale de Charlie-Hebdo, c’était qu’on pouvait « rire de tout ». S’il y a une logique, on devrait donc pouvoir rire de ce qui leur est advenu, oui ou non ?

Il convient de se poser une question. Comment se fait-il que, lors des crimes de la « chance pour la France » qu’était Mohammed Merah, le gouvernement n’ait pas mobilisé par ses médias à la botte, l’opinion publique, qu’il n’ait pas fait mettre les drapeaux en berne, ni décrété de deuil National comme il vient de le faire ? C’est que Mérah n’avait tué que des enfants et des soldats, deux catégories qui ne sensibilisent guère la république. Cette fois-ci, les Islamistes ont tué des journalistes cochons ! Alors, là, Marianne se trouve atteinte dans ses valeurs profondes. La preuve ?

L’Eclair rapporte comme une opinion autorisée ce propos : « La religion, c’est de la merde! Charlie, c’était le droit de penser ça ! ». Les Islamistes, eux, pensaient : « Charlie-Hebdo, c’est de la merde ! La religion c’est le droit de penser ça ! » . C’est a dire que les Islamistes ont appliqué a la lettre la logique des libertaires, à savoir qu’il ne doit pas y avoir de limites pour la liberté : donc la liberté de tuer l’autre en découle !

Il n’y a jamais eu de civilisation sans morale, c'est-à-dire sans respect de l’autre. Or, les journalistes de Charlie-Hebdo ont salopé tout ce qu’il leur était possible de salir. Les catholiques ont subi, suivant ce que recommande l’Evangile. Les Islamistes ont sévi selon ce que recommande le Coran. Je ne juge pas, je constate.

Tu t’es associé, avec mesure, je le reconnais, à la déploration officielle, en souhaitant que le Front National ne soit pas exclu, sans trop entrer dans le vif du sujet. Cela te permettra, lorsque quelques autres attentats, demain, auront fait rentrer dans leur tanière les excités de la véritable gauche et de la fausse droite, de reprendre un débat serein et de situer les véritables responsables de la chose.

Car la situation va évoluer très vite. La dictature Socialiste qui va naître de la nécessité d’agir, est en vue. Mais peut-être que quand les journaleux auront épuisé les consignes d’un régime qui va de menterie en menteries comme les golfeurs vont de trou en trou, peut être, oui, s’en trouvera-t-il quelques honnêtes pour oser dire que si la situation n’est pas pire qu’elle n’est, c’est uniquement à Vladimir Poutine que nous le devons. Si l’homme n’avait pas fait reculer en Syrie la conjuration des cloportes au service du grand capital, les Obama, Camerone, Hollande et autres Sarkozy , le Califat Islamique serait deux fois plus puissant qu’il ne l’est , donc deux fois plus criminel! Car en fournissant des armes au « Printemps Arabe », qui n’était que le masque de l’Islamisme radical, ce sont nos dirigeants qui ont armé et légitimé le terrorisme ! Et ces criminels incendiaires jouent aujourd’hui les pompiers. Ils vont plastronner en se targuant de combattre ce qu’ils ont amené ! Mais ce sont nos soldats et nos gendarmes qui devront se faire tuer pour donner le change et faire durer à notre tête leur inaptitude politique.

Pour moi , je pense que, si la République avait été ce qu’elle devait être, si les individus « connus des services de police », n’étaient pas restés en liberté, si l’on n’avait pas autorisé les imams polygames à prêcher la charia ,si l’on avait cessé d’affirmer que l’islam était compatible avec la république, si l’on n’avait pas subventionné les mosquées, si l’on n’avait pas laissé accuser de racisme les policiers qui faisaient leur travail, s’ils avaient eu licence de tirer a vue sur les « chances pour la France » qui ce dernier Nouvel an ont brûlé 940 voitures, c'est-à-dire que si les gouvernements Sarkozyen et Hollandien avaient gouverné, dans l ’intérêt des Français, la misérable équipe de Charlie Hebdo n’aurait pas subi la loi coranique !

Car l’Islamisme est le fait de l’Islam. Et l’islam, c’est la stricte application de ce que recommande Le Coran. Et le Coran demande la mutilation et l’égorgement des infidèles. Cela signifie qu’en disant le contraire nos gouvernants ont sur les mains le sang des victimes abusées par leur mensonge permanent.

Je comprends bien que la majorité des musulmans en France soit horrifiée, qu’on puisse l’assimiler à des assassins. Mais s’ils ne le sont pas, c’est qu’ils sont de mauvais musulmans.

Le Bon musulman doit pratiquer le djihad.

Le bon musulman doit tuer l’infidèle, le juif et le Chrétien, sauf s’il accepte de payer pour survivre.. Et tous les musulmans qui tentèrent de réformer le Coran pour en extirper le meurtre, ont connu la fin des infidèles !

C’est ainsi, et pas autrement. Qui osera en face m’accuser de méconnaître l’histoire ?

J’admire les femmes arabes, de plus en plus nombreuses, qui paient de leur vie leur rébellion contre le Coran : leur sang condamne les Coranophiles comme Valls, qui en caressant la bête dans le sens du poil, espèrent en obtenir quelques privilèges. Pour être gardien de Harem, il ne fallait accepter que de perdre ses attributs…

En songeant aux misérables, libéraux ou socialistes, qui nous ont conduits là ou nous en sommes en bêtifiant les masses, je pense au vers fameux du poète fusillé : « Ils répondront au Jugement du dernier Jour » !

Moi je souhaite, et je le dis, que ces monstres aient à répondre leurs actes, avant le dernier Jour.

Mais avant, hélas, je crains que le peuple français ne doive subir ce que ses gouvernants lui ont préparé : de la Honte, de la sueur d’angoisse, du sang, et des larmes.

Alexis Arette.

Retour à l'accueil