Qui se soucie aujourd’hui du sort dramatique des chrétiens d’Orient ?

Qui se soucie aujourd’hui du sort dramatique des chrétiens d’Orient ?

Bien peu de monde, hormis le Pape bien sûr et… Vladimir Poutine

Par Pascal Lorot

Dimanche, le pape François a dénoncé les “violences inhumaines” infligées aux chrétiens d’Orient. Au cours des derniers mois, la purification ethnique poursuivie par l’État islamique dans le nord de l’Irak a conduit les chrétiens à fuir massivement les régions où ils (sur)vivaient tant bien mal, pour se réfugier au Kurdistan, autour d’Erbil, un des rares endroits au Proche et au Moyen-Orient où ils ne fassent pas l’objet d’une brutale répression. Interpellation papale bienvenue et qui met en lumière nos responsabilités.

Qui sont d’ailleurs ces chrétiens d’Orient ? Vu d’Europe, de manière réductrice, le Proche-Orient est nécessairement musulman et la présence chrétienne par définition anachronique. Et pourtant, de l’Iran à l’Égypte, de la Turquie à la Palestine en passant par la Syrie et bien sûr le Liban, ce sont plusieurs millions de chrétiens qui tentent de survivre. Chaldéens, syriaques, melkites, coptes…, tous étaient présents avant l’islamisation, souvent brutale, des sociétés et des populations locales. Qui sait par exemple qu’il y a 10 % de Coptes en Égypte, que ceux-ci sont de rite orthodoxe, que le terme “copte” est issu du grec Aiguptios et signifie “égyptien” et que, au final, l’Égypte fut chrétienne avant de devenir musulmane par la force ?

Peut-être ce type de vérité dérange-t-il et explique-t-il, pour partie, le silence complaisant de dirigeants occidentaux soucieux de rétablir un dialogue véritable avec le monde arabe. Cela ne justifie toutefois en rien la cécité de rigueur à l’égard du massacre que subissent les chrétiens en Irak, les discriminations dont ils font l’objet en Égypte ou en Iran, ou encore de l’intolérance officielle des autorités turques à l’égard des quelques centaines de chrétiens n’ayant pas encore fui le pays et regroupés au sein du patriarcat grec orthodoxe de Constantinople (ancien nom d’Istamboul).

“Vu d’Europe, de manière réductrice, le Proche-Orient est nécessairement musulman et la présence chrétienne par définition anachronique.”

Peut-être cela gêne-t-il aussi les États-Unis, qui ont une vraie responsabilité dans l’exil forcé des chrétiens d’Orient. La situation de ces derniers n’a fait que se dégrader en effet au cours des vingt dernières années, c’est-à-dire depuis la guerre du Golfe en 1991, pour se tendre encore plus avec l’intervention américaine en 2003. Sait-on qu’il y avait encore à cette date un million et demi de chrétiens en Irak ? Aujourd’hui, ils ne sont que 150 000, soit une communauté réduite de 90 % en une décennie ! En Syrie, où ils constituent 10 % de la population totale, leur sort s’est considérablement détérioré avec la guerre civile et, surtout, l’arrivée de combattants (islamistes) étrangers, le plus souvent financés par les alliés de l’Occident, quand ce n’est pas par Washington en direct. Au regard du sort dramatique des chrétiens, on ne peut que se dire que l’Amérique ne pouvait plus mal trouver comme devise pour son “billet vert”…

Qui se soucie aujourd’hui des chrétiens d’Orient ? Bien peu de monde finalement. Le Pape bien sûr, et heureusement. Le président Poutine également qui, il y a quelques jours, a appelé officiellement à défendre la présence chrétienne en Orient. En Occident, peu de voix s’élèvent. Les faiseurs d’opinion eux, relayés par des médias en mal de spectaculaire et de sensationnel, sont plus prompts à se mobiliser pour soutenir la cause tibétaine, les sujets sociétaux ou encore dénoncer les massacres de bébés phoques. Quand il ne s’agit pas, au nom d’un nouvel extrémisme cette fois-ci laïc, de combattre les origines chrétiennes de l’Europe (sans parler bien sûr, cela va sans dire, de celles du Proche-Orient) et faire interdire les crèches de Noël dans les espaces publics…

Par Pascal Lorot

Sources: Le Nouvel Economiste

Retour à l'accueil