Le PS n'est autre que l'exterminateur de nos valeurs!!

J'aimerais penser qu’un redressement de l’Euro­pe reste possible. Mais je doute que ce redressement soit envisageable.

Ma première raison d’en douter tient à l’omniprésence du socialisme.

Dans tous les pays d’Europe, à des degrés divers, des systèmes de redistribution ont été mis en place qui sont censés protéger les plus pauvres, mais qui, en réalité, les multiplient en multipliant le nombre des assistés, en accroissant les prélèvements sur les entreprises, en suscitant des désincitations à investir, en stérilisant la créativité, et en provoquant ainsi la fuite du capital humain et intellectuel.

En résultent, outre un chômage élevé, des niveaux de prélèvements obligatoires insupportables, des hypertrophies bureaucratiques écrasantes, et une érosion de la compréhension de ce que la richesse dépend de la créativité humaine.

Ces résultats sont renforcés par des systèmes scolaires et universitaires au sein desquels se transmettent, logiquement, les dogmes du dirigisme davantage que les idées de liberté et d’initiative individuelle.

Ils sont renforcés aussi par une immense inertie politique qui tient à ce que ceux qui veulent accéder au pouvoir, comme ceux qui y sont déjà installés, ne peuvent s’éloigner de ce qui est transmis par les systèmes scolaires et universitaires (qui se retrouve logiquement dans les grands médias), sous peine de se marginaliser.

Ma deuxième raison de douter découle de la première. Le socialisme suscite aussi une imprévoyance, une préférence pour le présent, une déresponsabilisation face à l’avenir qui, s’ajoutant à la dissolution des liens familiaux, s’accompagnent d’une dénatalité absolument dramatique.

À l’exception du Japon, l’Europe est la région du monde qui a le plus faible taux de natalité et, l’espérance de vie augmentant chaque année, la région du monde qui vieillit le plus vite. L’âge médian en Europe est au­jourd’hui de 41 ans. Dans trente années, il atteindra 50 ans.

Dans plusieurs pays d’Europe, le nombre des plus de 65 ans dépasse déjà le nombre des moins de 15 ans.

Des sociétés où le nombre des retraités dépasse le nombre des enfants scolarisés sont des sociétés sans avenir.

Des sociétés qui prennent le profil d’hospices de vieillards ne sont pas promises à un brillant futur, c’est le moins qu’on puisse dire.

Si on ajoute à tout cela le changement de population découlant de ce que la natalité reste plus forte au sein des populations musulmanes, de ce que la fuite des vecteurs de capital humain et intellectuel s’accompagne de l’arrivée de populations sans capital humain ni intellectuel, les motifs d’optimisme diminuent encore.

Et, si on ajoute la construction européenne, mise en place comme un gouvernement absolutiste, technocratique, constructiviste, destiné à confisquer la démocratie et conçu sur un modèle de type soviétique (modèle qui a fait ses preuves, comme on a pu le voir des années Lénine à celles où Mikhaïl Gorbatchev présidait !), les derniers motifs d’optimisme s’éteignent.

Que restera-t-il de l’Europe dans 50 ans ? Un ensemble de musées visité par des touristes venus d’Asie ou d’Amérique du Nord, et pas grand-chose d’autre, je le crains.

Un conglomérat appauvri et décadent où survivront des îlots de richesse, quelques monuments qui permettront de se souvenir que ce fut le continent de naissance de ce qu’on appelait autrefois la civilisation occidentale. Quelques lieux de villégiature pour une nomenklatura passant d’aéroport en aéroport et, en dehors de cela, plutôt la ruine. Ici ou là, la violence et le non-droit qui gangrènent déjà tant de banlieues.

Il y a, dans l’histoire, des civilisations qui vivent, grandissent, puis meurent. Il y aura un futur. Il se dessinera en Amérique du Nord, en Asie. Il est, d’ores et déjà, en train de prendre forme. Depuis le futur, on regardera le passé. L’Europe appartiendra au passé.

J’aimerais me tromper, bien sûr. Mais je ne vois rien qui indique que je me trompe.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière. Cet article est d’abord paru sur les4verités.com

Retour à l'accueil