Partis faire le djihad aux frais de la République

Partis faire le djihad aux frais de la République : ces Français de l’Etat islamique qui continuent de toucher des alloc’s


  • Atlantico.fr/Alain Marsaud - Certains djihadistes français toucheraient encore des allocations familiales

Les députés Alain Marsaud et Thierry Mariani s'apprêtent à déposer une résolution à l'Assemblée sur la question des prestations sociales que continueraient de toucher certains Français partis faire le djihad. Alain Marsaud fait même état d'une personne qui percevrait encore 2 200 euros par mois.

Atlantico : Alain Marsaud, vous vous apprêtez à déposer avec Thierry Mariani, une résolution à l'Assemblée sur la question des prestations sociales qui continueraient d'être versées à des Français partis faire le djihad en série. Quel est l'objectif d'une telle résolution ?

Alain Marsaud : Ce qui a attiré notre attention c'est l'affaire Merah ou plutôt l'affaire de la famille Merah. On s'était en effet aperçu que la belle-sœur était partie en Turquie en passant par Barcelone pour aller faire le djihad. Et nous avions de bonnes raisons de penser qu'elle continuait à toucher différentes prestations sociales. J'avais d'ailleurs interrogé le ministre de l'Intérieur lors des questions au gouvernement au mois de juin. Ce dernier a estimé qu'il s'agissait de stigmatisation. J'ai trouvé cela gros et j'ai écrit au directeur de la CAF de Toulouse avec lequel j'ai échangé et qui a confirmé les faits.

Entre-temps, on s'est rendu compte que ce phénomène a atteint des familles entières qui sont parties dans le but de faire le djihad. Je cite d'ailleurs dans la proposition de résolution pour la création de cette commission d'enquête le cas de trois familles, une venue d'Orléans, une de Lyon et autre de Nice. Désormais, il s'agit d'un phénomène familial alors qu'il s'agissait auparavant plutôt d'un phénomène de nature individuelle. Il est donc d'autant plus urgent de surveiller le versement des allocations. Jusqu'ici les prestations continuent à être versées et une procuration est remis à un tiers pour récupérer cette allocation en numéraire et cet argent est (...)lire la suite sur Atlantico

Retour à l'accueil