Faut nettoyer la France de ceux qui ne veulent pas respecter nos lois.

En France, les Keufs et les Feujs en prennent plein la gueule

Posted On 23 oct 2014

By : Hervé Roubaix

Comments: 5

Tag: Agressions, gendarmes,police

Alors que le nombre d’agressions antisémites a doublé en France sur les sept premiers mois de l’année 2014, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) révèle que les agressions contre les policiers et gendarmes ne se portent pas mal non plus, faisant d’eux la cible des racailles – oui, encore la minorité visible.

L’étude indique que les atteintes aux personnels et à leurs biens concernent environ 200 000 gendarmes et policiers.

Les insultes et les coups ont augmenté respectivement de 5,6 % et 17 %, soit plus de 41 000 faits contre les policiers en zone urbaine, et 3 700 contre les gendarmes, en zone rurale ou semi-urbaine.

Pour la police, les atteintes physiques sont en progression de 7%, soit 1/3 des 41 000 agressions.

La moitié sont verbales (refus d’obtempérer ou outrages à agents).

Les « atteintes volontaires à la vie » c’est à dire les tentatives de meurtre sont en forte hausse tout comme les agressions sexuelles contre policières et gendarmettes.

Neuf policiers sont morts en service en 2013, trois de plus qu’en 2012. Et contrairement aux journalistes qui reçoivent les honneurs de la presse, c’est le mépris et l’indifférence qui accompagne ces drames.

Il n’y a eu aucun mort parmi les gendarmes en 2013 (contre trois en 2012).

Mais 1 700 militaires ont été blessés.

Donnez votre avis, enrichissez le débat, participez aux commentaires, en vous abonnant ici

À 64 %, ces atteintes physiques ont lieu lors d’interpellations de suspects ou lors de manifestions, suivi, à plus de 16,5 %, des contrôles routiers.

Une voiture a été utilisée dans 27 % des attaques contre des gendarmes.

Les chiffres de 2014 seront dévoilés à la fin de l’année par l’ONDRP.

L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales est un département de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la Justice. Doté d’un conseil d’orientation chargé d’assurer l’indépendance de ses travaux, il a comme activité principale la production et la diffusion de statistiques sur la criminalité et la délinquance.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

Retour à l'accueil