La Terreur islamique avance à grands pas

La Terreur islamique avance à grands pas et l’Occident marche à reculons

Posted On 16 sept 2014

By : Michel Garroté

Michel Garroté, réd. chef — On peut résumer en trois points les dernières nouvelles concernant la Terreur islamique et sa progression. Primo, le régime islamique turc — toujours en négociation pour entrer dans l’Union européenne — est prêt à accueillir les dirigeants des Frères musulmans égyptiens, devenus indésirables au Qatar. L’annonce a été faite par le président intégriste turc Recep Tayyip Erdogan.

Un responsable des Frères musulmans a déclaré que le Qatar a demandé à sept dirigeants de la confrérie intégriste de quitter son territoire, en raison des pressions exercées par ses voisins. Le Qatar et la Turquie ont été les seuls pays musulmans à soutenir les ultra-fanatiques Frères musulmans après leur renversement par l’armée égyptienne en juillet 2013. L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont en revanche appuyé l’initiative de l’armée égyptienne et fourni des milliards de dollars d’aide au nouveau pouvoir mis en place par les militaires au Caire.

Secundo, la visite, de Le Drian, ministre français de la Défense, aux Émirats Arabes Unis, puis en Egypte, n’est pas seulement consacrée au problème de l’État islamique sur l’espace syro-irakien. Le ministre français de la Défense est également très préoccupé par le problème de la Libye. On insiste dans son entourage sur la nécessité de bloquer le développement du sanctuaire djihadiste au sud de la Libye. Du Waziristan, dans l’ouest du Pakistan au golfe de Guinée, les djihadistes forment une série de taches sur la carte.

Ils échangent et se parlent. Des spécialistes en explosifs naviguent d’une zone à l’autre. La Libye, qui a sombré dans l’anarchie, est utilisée par les djihadistes comme base arrière, pour se consolider après les opérations au Niger, au Mali et en Algérie. Détail amusant, l’analyse faite par l’entourage du ministre français de la Défense en septembre 2014, correspond, point par point, au scénario que nous avions envisagé sur dreuz.info dès 2009.

Tertio, dans une analyse sur FigaroVox, de Jean-Charles Brisard, consultant international en matière de terrorisme, déclare : L’intervention (française) en Libye a contribué à l’avènement de groupes djihadistes et terroristes sur le sol libyen, et elle a, dans une large mesure, renforcé matériellement les djihadistes présents au Sahel, notamment au sein d’AQMI.

Ce qui se joue aujourd’hui en Irak et en Syrie a déjà des conséquences en Europe et ailleurs dans le monde, notamment parce que ce conflit a généré un afflux sans précédent de djihadistes provenant de nos pays. La France, avec près de 1’000 djihadistes depuis 2012, constitue aujourd’hui le premier contingent de djihadistes occidentaux opérant en Syrie et en Irak. Or, on sait de l’expérience des djihads passés, qu’une partie de ces combattants tenteront de se livrer à leur retour à des actes terroristes.

L’Etat islamique est aujourd’hui engagé dans un djihad régional qui peut demain se transformer en menace globale en raison de l’implication de ces djihadistes étrangers, qui, ultra-radicalisés et formés au maniement des armes et des explosifs, pourront agir soit de manière autonome soit sous la direction du groupe. Des attentats ont d’ores et déjà été commis ou déjoués en relation avec les filières djihadistes syriennes, précise Jean-Charles Brisard.

Détail amusant, l’analyse faite par Brisard en septembre 2014, correspond, point par point, au scénario que nous avions envisagé sur dreuz.info dès 2011. Et si l’on regarde de très près, les mesures occidentalesconcrètes, prises face à l’Etat islamique, force est de constater que la Terreur islamique avance à grands pas et que l’Occident marche à reculons.

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd. chef www.dreuz.info

Retour à l'accueil