Fabuis croit avoir tout compris!

الدولة الإسلاميّة في العراق والشام Al-Daoula al-islamiyya fî al-‘Irak wa al-Châm, : État Islamique d’Irak et du Levant

«Dâ’ech » ou « État Islamique » : les dessous d’un vocabulaire

Publié le 19 septembre 2014 par Bernard Dick -

Égorgement du journaliste américain James Foley.

« Maintenant que vos forces aériennes militaires

nous bombardent quotidiennement » (E.I.)

Notre Fabius national, qui décidément comprend tout, vient de décréter que nous devons utiliser l’acronyme arabe Dâ’ech en lieu et place d’ « État Islamique ». Laurent Fabius a suivi sans aucun doute les conseils de l’Union mondiale des oulémas (savants) musulmans qui vient d’appeler à ne plus utiliser l’expression « État Islamique », affirmant que le groupe jihadiste « viole tous les principes de l’islam » et « représente un danger pour l’islam et pour les musulmans dans le monde ». Que cache cette querelle lexicale ?

Fabius a déclaré lors de l’ouverture de la conférence de Paris : « L’État Islamique n’est ni État, ni représentatif de l’islam, – il est nécessaire de le faire reculer puis disparaître – […] ni ses égorgeurs représentatifs de l’islam». C’est ce même Fabius qui avait encensé le Front terroriste d’al-Nousra, franchisé al-Qaeda, par ces termes : «…parce que, sur le terrain, ils font du bon boulot». Et pourtant les jihadistes d’al-Nousra font partie de ces mêmes coupeurs de têtes ! Fabius peut-il dire qu’ils continuent à faire du « bon boulot » ?

Laurent Fabius, notre Underdog national, nous rassure !

« There’s no need to fear, Underdog is here »(1)

Les dessous d’une polémique lexicale

Tout d’abord, quand les terroristes d’al-Qaeda d’Irak se sont affranchis de la tutelle d’al-Zawahiri et se sont étendus sur le territoire syrien, ils ont autoproclamé un État en l’appelant : الدولة الإسلاميّة في العراق والشام c’est-à-dire Al-Daoula al-islamiyya fî al-‘Irak wa al-Châm, ce qui signifie « État Islamique d’Irak et du Levant (E.I.I.L.), d’où l’acronyme arabe Dâ’ech. Le pays du Châm (بلاد الشام) c’est-à-dire la Syrie géographique qui équivaut en français à l’appellation de « Levant » qui englobe : la Syrie actuelle, la province d’Alexandrette/Hatay (remise à la Turquie en juin 1939), le Liban, la Jordanie, la Palestine, Chypre et la Cilicie au sud de la Turquie. En 1920, profitant de la dislocation de l’empire ottoman, la France, par le traité de Sèvres, avait envoyé ses troupes au Liban et en Syrie et obtenu alors de la Société Des Nations des mandats sur le Liban et la Syrie, couramment appelés « mandats du Levant ».

Dâ’ech devient l’État Islamique (E.I.)

Quand ensuite les hordes de Dâ’ech ont envahi Mossoul le 9 juin 2014 et se sont senties en puissance, leur chef, Abou Bakr al-Baghdadi, s’est autoproclamé calife et a changé la dénomination de l’État en « État Islamique » (E.I.). L’expression « Dâ’ech » était devenue alors obsolète car restrictive géographiquement. Le nouveau calife s’est alors placé en position de Prince des croyants, c’est-à-dire le chef politique et religieux de tous les musulmans de toute la planète. D’ailleurs ses combattants viennent de partout : Afghanistan, Pakistan, Chine, Tchétchénie, Tunisie, Turquie, Arabie Saoudite, France, Angleterre, Allemagne, Autriche, Danemark et même États-Unis etc. …

On comprend parfaitement pourquoi les oulémas de l’islam, suivis par Laurent Fabius et le gouvernement français, veulent conserver l’acronyme Dâ’ech : D’abord, pour beaucoup de Français, le mot Dâ’ech, prononcé tel quel, ne comporte pas l’expression « État Islamique ». Et pour l’État français, parler de Dâ’ech, cela permet de camoufler la notion de l’existence d’un projet islamique mondial, incluant tous les pays et bien sûr, la France. Cela veut dire : « Français ! Restez zen et ne craignez rien ! ». Ainsi, exit toute allusion à l’islam, à l’islamisme, aux musulmans, et voilà, le tour est joué ! Il ne faut surtout pas affoler le peuple français …

Ensuite, pour le Conseil mondial des oulémas, refuser le terme d’État Islamique, c’est manier la takiyya dans sa plus belle expression. Tous ces « savants » de l’islam, qui, du matin au soir, et même la nuit, psalmodient les versets coraniques appelant au règne d’Allah sur toute la planète ne font rien d’autre que de souhaiter le califat et la domination de l’islam sur le monde. Ils veulent pour le moment se disculper, s’exonérer, faire des ablutions, hurler que le jihad, les massacres, les égorgements, les têtes coupées, les crucifixions, les viols des non musulmanes n’ont rien à voir avec l’islam ni avec le Coran. Mais le mot « jihad » est cité 41 fois dans le Coran. Le jihad est dans la trame du Coran. Effacer État islamique du langage, c’est mettre la tête dans le sable, comme l’autruche, en attendant des jours meilleurs.

Il faut rappeler enfin que l’État Islamique, dans sa pratique barbare, est la réplique exacte du comportement belliqueux de l’islam et de son prophète rapporté par les hadiths et la sîra (la biographie de Mohammad). Par exemple, au verset 9 :14 du Coran (Le Repentir), on trouve cet appel à combattre : « Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les poitrines d’un peuple croyant ». Il faut savoir que pour comprendre un verset, il faut se référer au tafsîr (exégèse) qui ne peut se faire qu’en se rapportant à la circonstance de la révélation concernée (أسباب النزول). Nous apprenons ainsi, que ce verset a été inspiré à Mohammad (par l’ange Gabriel) suite à l’assassinat de ‘Amr ibn Hishâm, un chef dit mécréant, par ‘Abdallah ibn Mas’oud, compagnon du prophète. Ibn Mas’oud a coupé la tête de ‘Amr, il lui a percé les oreilles pour la présenter à Mohammad. C’est donc cette décapitation qui « guérira les poitrines d’un peuple croyant ». L’État Islamique perpétue cet exemple à des centaines d’exemplaires. L’E.I. glorifie ce comportement sanglant et ces gestes barbares en reprenant la terminologie propre au jihad : pour dire « couper », il emploie le mot « hazza » (حزّ) qui est tiré de l’histoire du jihad au lieu du mot arabe courant kata’a (قطع). Toute la différence est là. L’E.I. se situe dans la continuité historique de la guerre sainte.

Dans toutes leurs gesticulations, les ponces de l’islam, en ce temps de jihad, visent à se laver les mains devant les pratiques de ces rejetons du prophète qui ne font, en fait, en Syrie et en Irak (et ils le feront plus tard chez nous), qu’imiter le prophète et ses compagnons qui vécurent il y a 14 siècles… De l’hypocrisie pure !

Ceux qui veulent éclairer leurs concitoyens sur ce qu’est l’islam en réalité, qu’ils leur montrent tout cru les vidéos des égorgements, les récits de viols en public, les massacres des opposants au quotidien, perpétrés par ceux qui font « du bon boulot » comme dit Laurent Fabius, notre ministre toujours étranger aux affaires.

Bernard Dick

(1) Underdog, est celui qui part perdant face à un challenge ou un combat. « Pas besoin d’avoir peur, Underdog est là ! » est le slogan d’une série américaine de cartoons des années 1960-1970.

Au 16/09/2014

Nombre d’attaques terroristes islamistes mortelles

Fabuis croit avoir tout compris!
Retour à l'accueil