Ce qui se passe à Mossoul est le prélude de ce que les Européens vont subir…

Ce qui se passe à Mossoul est le prélude de ce que les Européens vont subir… Par Gérard Brazon

Cela fait plus de dix ans que nous menons un combat contre l’islam. Plus, pour d’autres qui souvent ont été pris pour des doux dingues au mieux, d’affreux racistes au pire.

Par Gérard Brazon

Plusieurs années que nous sommes les victimes de la bien-pensance sûre d’elle-même et de son discours humaniste comme si nous étions incapables d’humanisme lorsque nous dénonçons le fascisme islamique. Beaucoup d’entre nous se sont retrouvés sur la touche dans leurs entreprises, leurs partis politiques, leurs syndicats et autres associations au nom du « vivre ensemble » et de la doxa du multiculturalisme.

Les islamo-collabos d’aujourd’hui sont les mêmes qu’hier. Mais les effectifs des « gentils antiracistes » fondent comme neige au soleil face à la montée du péril vert qu’est l’islam. Pourtant, et nous le disons souvent, ce n’est pas être raciste que de maudire le jour où l’islam vit le jour.

Ce n’est pas être raciste que d’en vouloir à ceux qui propagent cette idéologie mortifère qui se prétend religion au service d’un dieu sanguinaire servi par un prophète fou, esclavagiste et assassin qui serait aujourd’hui traîné devant une cour internationale de justice pour crime contre l’humanité.

L’Etat-Islamique d’Irak, tout comme Boko-Haram, ne font que suivre les préceptes du Coran et l’exemple de « l’homme parfait » Mahomet, quoiqu’en disent les mahométans faux culs de France et de Navarre.

Non ce n’est pas être raciste que de lutter contre l’islam puisque cette idéologie n’est pas une race. Aujourd’hui, devant les crimes de l’islam en Irak, des chrétiens d’Orient nous alarment et pas les moindres.

Des Archevêques témoignent de la monstruosité des crimes commis au nom d’Allah et de son prophète et nous disent notre avenir du fait de cet islam terroriste qui se propage de par une immigration galopante qui s’installe en France légalement à travers le regroupement familiale et les prétendus « droits d’asile ». Des renforts potentiels arrivent parmi les clandestins de Lampedusa. La mèche est allumée, la bombe n’est pas si loin. Quels seront nos parents, nos enfants, nos amis qui seront touchés, violentés, blessés ou tués. Il sera alors bien temps d’écouter les bonnes paroles de nos politiciens qui trouveront encore à dire qu’il ne faut pas faire d’amalgames. D’entendre nos journalistes carpettes qui éviteront comme d’habitude, de citer les prénoms, les origines pour ne pas affoler le « Français de souche » sous le prétexte qu’il ne faut pas provoquer la « haine raciale » comme si casser un thermomètre était le meilleur moyen de guérir un corps malade.

Il y a encore de profonds débiles, qu’il ne leur soit pas pardonné, qui ne réalisent pas que leurs mains tendues et ouvertes seront un jour coupées par ceux là même à qui ils donnent du pain.

Que leur bienveillance est une arme pour mieux les terrasser.

Qu’ils réalisent que les pires crimes commis en Irak contre les chrétiens le furent par des voisins, des amis de longue date de ces chrétiens lors de l’arrivée des islamistes.

Certes, il y eut d’autres musulmans qui prirent le risque de cacher des chrétiens. Grâce leur soit rendue. Ce furent des justes, des humains, des vrais anges. Mais combien par rapport à la trahison et à la fidélité à cet islam de malades.

Nous savons depuis plus de dix ans ce qu’est l’islam.

Aujourd’hui, cet islam est sur nos terres, il sévit en Syrie et en Irak comme il sévit encore en Afghanistan et au Pakistan, comme il sévit partout comme un virus mortel bien pire qu’Ebola, car un jour, nous pourrons soigner et combattre ce virus. Mais comment combattre un dieu immortel avec des malades de dieu qui prolifèrent y compris dans nos pays. Plus de 15% de jeunes français de papiers sont favorables à l’état islamique d’Irak. Jugez plutôt du désastre et de l’incompétence de ceux qui ont dirigé la France ces 40 dernières années.

Bien sûr, tous les musulmans ne sont pas des terroristes en puissance mais souvenons-nous que tous les crimes et attentats de ces dernières années sont le fait de musulmans.

Écoutons l’archevêque chaldéen de Mossoul et posons-nous les mêmes questions que lui ! Des questions passées sous silence par nos médias qui préfèrent s’éterniser sur le mauvais temps.

******

(Source)

L’archevêque chaldéen de Mossoul, a averti que les chrétiens du monde entier feraient face à la souffrance donnée par des islamistes.

« Nos souffrances d’aujourd’hui sont le prélude de ceux que vous, les Européens et les chrétiens occidentaux, allez vivre dans un proche avenir », a déclaré Monseigneur Emil Nona au quotidien italien Corriere della Sera le 9 août à partir de Erbil, capitale du Kurdistan irakien.

Il est l’un des cinq évêques qui ont été forcés de partir de Mossoul. «Le cadre physique de mon apostolat a été occupé par des islamistes radicaux qui veulent que nous nous convertissions ou que nous mourions. Mais ma communauté est encore en vie ».

« Essayez de nous comprendre. Vos principes libéraux et démocratiques ne valent rien ici. Vous aussi, vous êtes en danger. »

« Vous devez prendre des décisions fortes et courageuses, même au prix de contredire vos principes « .

« Vous pensez que tous les hommes sont égaux, mais ce n’est pas vrai: l’Islam ne dit pas que tous les hommes sont égaux. Vos valeurs ne sont pas leurs valeurs. » Si vous ne comprenez pas ça assez tôt, vous allez devenir les victimes de l’ennemi que vous avez accueilli dans votre maison. »

Gérard Brazon

Retour à l'accueil