Lettre ouverte aux supporteurs de l'équipe d’Algérie

Lettre ouverte aux supporteurs de l’équipe d’Algérie

Lettre ouverte de Fabrice Robert aux supporteurs de l’équipe d’Algérie

Quelques semaines avant le coup d'envoi de la Coupe du Monde de football, le Bloc identitaire a demandé à l'Etat français des mesures préventives contre les débordements dont vous, supporteurs algériens, êtes, hélas, trop souvent coutumiers sur notre sol national.
Cette demande vous a peut-être choqué. Vous l'avez perçu comme une stigmatisation, pour employer les mots de la novlangue socialiste, de la communauté algérienne. Vous vous êtes sans doute interrogé sur nos objectifs.
Ce courrier a pour but de vous apporter quelques éléments de réponse.

Nos propositions sont-elles liberticides ? Non. Elles sont calquées au mot près sur les textes de lois appliqués depuis plusieurs années à l’encontre des supporteurs stéphanois, marseillais, niçois, lyonnais ou parisiens, et ce sans que nul ne s'en émeuve. Lorsqu'il s'agit de lutter contre les excès éventuels à la sortie de stade de Français de souche, le silence est absolu. Ni les médias, qui prennent votre défense, ni les associations prétendument antiracistes qui nous accusent maintenant de discrimination, n'ont contesté ces dispositifs. En les appliquant aux supporteurs de l'Algérie, nous avons simplement souhaité mettre les autorités face à leurs responsabilités. Comme l'immense majorité des Français, nous en avons assez des violences commises par certains des vôtres à chaque rencontre des « Fennecs ».
En effet, depuis 2001 et le match France-Algérie, on ne compte plus les émeutes ni les actes de vandalisme de toutes sortes commis en France par les supporteurs de l'Algérie. Une violence qui reste à ce jour totalement impunie, alors qu’à l’inverse, les supporteurs français de football subissent une répression démesurée. Raison pour laquelle nous considérons aujourd'hui que les gouvernements successifs appliquent une véritable préférence étrangère dans l’application des lois.
Il est temps pour vous, supporteurs de l’équipe d’Algérie, de comprendre le ras-le-bol des Français face à de tels débordements. Nous sommes un peuple tolérant, peut-être le plus tolérant du monde, mais les conséquences de l'immigration dont le football n'est qu'un petit volet, deviennent insupportables pour notre peuple. Accepteriez-vous sincèrement que des centaines de milliers de Français, d’Egyptiens ou de Marocains défilent sur votre sol avec leur drapeau, insultant votre nation et saccageant des villes comme Alger, Oran ou Constantine ?

Certains d'entre vous pourraient peut-être se sentir agressés par l'emploi de l'expression "préférence étrangère". Mais, entre nous, est-ce que vous vous sentez réellement Français ? Cette interrogation nous paraît légitime lorsqu'on vous entend siffler la Marseillaise ou accrocher des drapeaux algériens au fronton de certaines mairies. Oui, nous avons de quoi nous poser des questions lorsqu'on vous voit défiler avec les couleurs algériennes dans les rues de France. C'est d'ailleurs pour cela que nous avons lancé la campagne « L'Algérie, c'est ton pays ? Retournes-y ! ». Nous vous demandons simplement de faire preuve de cohérence. Croyez-vous vraiment que vos ancêtres étaient les Gaulois ?

Vous aimez l’Algérie ? Alors partez vivre là-bas ! Soyez courageux ! Ce pays a des ressources naturelles énormes, c’est à vous de les exploiter et de contribuer au développement de l'Algérie. Ce que nous vous proposons, c’est une remigration dans la dignité sur le sol de vos ancêtres et dans l’intérêt de nos deux peuples. Nous, Français, ne souhaitons pas un conflit communautaire. Vous, Algériens, avez tout à gagner à vous ré-enraciner. Car l’identité hors-sol n’existe pas. Elle conduit aujourd'hui, en France, à une schizophrénie porteuse de violence et de racisme entre les communautés.

La remigration est-elle impossible ? Non et l'histoire l'a montré... En 1962, plus d'un million d'Européens ont quitté en un mois l'Algérie pour un voyage sans retour. Pourtant, depuis 130 ans, on leur disait qu'ils étaient chez eux là-bas. Et pourtant, ils ont du partir. Alors pourquoi le retour de millions d'Algériens - de manière pacifique - sur la terre de leurs ancêtres serait impossible aujourd'hui ?

Vous pouvez donc faire le choix de l'honneur et de la raison en repartant chez vous, ou bien celui de la honte et de la fuite en avant en adoptant une attitude d’ultra-patriote algérien sur le sol français tout en profitant des richesses et de l'hospitalité bienveillante de vos hôtes. Mais sachez que, plus tôt que vous ne le croyez, cette générosité et cette patience risquent de prendre fin.

Fabrice Robert
Président du Bloc identitaire

Retour à l'accueil