General-lalane-berdouticq
General-lalane-berdouticq

L'analyse sans fanatisme ni outrances d'un général disposant de moyens d'informations qui permettent une réflexion pertinente..

Propos du Général LALANNE-BERDOUTICQ, en clôture d'un séminaire à l'I.H.E.D.N.(Institut des Hautes Études de la Défense Nationale)

Général Lalane-Berdouticq : "une population peut-être chassée de chez elle"

Propos du général Lalane-Berdouticq : « oublie-t-on qu’une population peut être chassée de chez elle, ou se voir remplacée par une autre, les autochtones se retrouvant alors comme étrangers sur leur propre sol ? »

Nous le disons depuis longtemps se préoccuper de la volonté hégémonique de l’Islam politique qui s’est ouvertement lancé à la conquête de l’Europe, se préoccuper d’une démographie galopante de populations étrangères qui remplaceront à terme les populations européennes, être vigilant face à l’islamisme radical est légitime et n’est eu aucun cas du racisme. L’Etablishement politique et intellectuel tente d’empêcher par tous les moyens ce type de réflexion pour mieux « endormir » les européens et toute personne osant dire la vérité est affublée d’un tas de qualificatif en « isme »…

Heureusement de plus en plus de français et d’européens ouvrent les yeux. Nous livrons ici le discours de clôture d’un séminaire à l’Institut des Hautes Etudes de la Defense Nationale du général Lalane-Berdouticq (ancien commandant du 3ème régiment étranger d’Infanterie et ancien chef du bureau de liaison de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban – FINUL 2).

Le monde est complexe et dangereux Il est loin des « blocs » que nous avons connus des décennies durant, aussi bien que de la « fin de l’histoire » que l’on nous annonçait voici vingt ans, et encore plus loin de la « paix définitive » qui aurait permis « d’engranger les dividendes de la paix » chers à des hommes à la courte vue. Ce monde, notre monde, reste dangereux. Comme les prophètes que personne n’écoutait dans les années 1930, je ne cesse de dire que le décuplement des dépenses militaires en Extrême-Orient depuis dix ans devrait nous inciter à mieux surveiller les diminutions insensées que subissent les nôtres. Dans l’Histoire en effet les mêmes causes produisent les mêmes effets et il y a donc tout à craindre des abandons qui se produisent chez nous. Mais encore faudrait-il voir le monde comme il est et non comme beaucoup voudraient qu’il soit.

Méfions-nous du « prêt à penser »

Dans les grandes questions du monde…

Rien n’est définitif dans l’histoire des hommes, pas plus le tracé des frontières que les peuples qui s’abandonnent et doutent d’eux-mêmes. Enfin, cessons de nous croire à l’abri des menaces militaires…

… au motif que nous possédons d’admirables sous-marins nucléaires. La guerre est bien de retour et le fracas des combats des Balkans, maintenant assourdi, nous rappelle qu’elle peut s’inviter dans des contrées européennes très proches, et pourquoi pas chez nous ? Qui peut ignorer que si tout le monde (tout le monde, sauf nous !) réarme sur la planète, c’est bien pour quelque raison ! "

3 mars 2013

http://soldatducontingent8308.wordpress.com/2013/12/31/2013-en-Revision/

Qu’est-ce que l’IHEDN ?

C’est l’Institut des hautes études de la Défense nationale que je préside. Nous organisons des sessions en région autour de grandes thématiques. Cette fois le thème retenu était : L’Union européenne en recherche de sécurité intérieure et extérieure.

Qui participe à ces travaux ?

Nous étions 72 auditeurs pendant six semaines dont 18 jours de travail effectif. Globalement, les sessions rassemblent 15 % de militaires, 35 % de fonctionnaires de tous les ministères et le reste est composé de socioprofessionnels du monde privé ou libéral. Les commissions élaborent des rapports dont certains sont envoyés au ministère des Affaires étrangères. Par exemple, lors d’une session précédente, nous avons élaboré des scénario de sortie de crise en Afghanistan.

Quel bénéfice pour les participants ?

Ces réunions permettent d’acquérir une meilleure connaissance de la situation nationale et internationale mais aussi une meilleure connaissance interprofessionnelle. À l’issue, cela constitue un réseau de 10 000 membres en France qui tissent des liens d’amitié et conversent sans langue de bois.

Retour à l'accueil