Il laisse entrer le Diable avec sa bénédiction!

Ce pape est-il fou ou diabolique ?

Publié le 19 juillet 2014 par Eve Sauvagère - Article du nº 364

On pourrait penser à une mauvaise plaisanterie mais les propos tenus récemment par ce dernier souverain pontife qui nous vient d’Argentine ne laissent aucun doute quant à leur sérieux.

Au mieux est-il permis de penser que ce pape est fou. Il semblerait plutôt qu’il soit diabolique. En tout cas, il sent le soufre. Car encourager et défendre les clandestins qui débarquent par dizaines de milliers en Occident en leur reconnaissant le droit de s’installer chez d’autres au nom du partage et de la charité, n’est-ce pas l’oeuvre d’un diable qui rit dans sa barbe du mauvais tour qu’il joue à la civilisation occidentale tout entière ?

http://www.lesobservateurs.ch/2014/07/17/bergoglio-demande-encore-droits-les-clandestins/

A en croire le souverain pontife, ce serait à nous de cesser de pratiquer « la culture de l’exclusion ». A nous de relever le défi de société que pose l’immigration massive.

En somme, on nous demande de laisser venir chez nous tous les déshérités qui fuient leur pays, au prétexte que nous sommes assez privilégiés pour partager équitablement le fruit du travail de nos ancêtres, de nos parents, et les revenus tirés de notre labeur !

Comme si l’Etat ne se chargeait pas de ce partage par le biais de prélèvements sociaux qui, en France, ont atteint la limite du supportable ! Comme si l’on voulait nous punir d’être nés sous des cieux plus cléments que ceux qui ont vu naître ces clandestins qui affluent ! Comme si l’on voulait nous punir de notre Histoire qui a accouché dans la douleur des grands principes démocratiques qui régissent nos pays occidentaux !

Le pape François se plaît à dire que, contrairement à ses prédécesseurs, cela ne l’intéresse pas plus que ça de passer l’été au frais dans sa magnifique résidence de Castel Gandolfo, près de Rome.

Que n’ouvre-t-il à l’immigration sauvage cet imposant palais papal, les jardins des villas Cybo et Barberini qui y sont attachés, faisant de ce domaine pontifical de 55 hectares un lieu propre à des travaux pratiques de charité chrétienne ? Bergoglio pourrait y installer des tentes en attendant d’y construire en dur à l’intention de ses protégés, histoire de soulager les autochtones de Lampedusa qui n’en peuvent plus d’accueillir contre leur gré les dizaines de milliers de clandestins qui leur rendent la vie difficile.

Fou ou diabolique, ce pape qui parle trop oublie d’agir : au b-a-ba du bon Chrétien – charité et partage – il préfère le blabla.

Eve Sauvagère

Retour à l'accueil