Une Europe sur commande,et sans avis des Européens!!

L’Europe, quelle Europe ?

David Cameron est la cible de violentes critiques, en Grande Bretagne, après son échec à faire obstacle à l’élection d’un ancien trotskiste à la tête de la Commission européenne.

Le Royaume uni a tenté de forcer le vote afin de bloquer la sélection de l’ancien premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, considéré comme un européiste acharné désireux de retirer le reste de pouvoir dont disposent les Etats membres au profit d’une médiocratie européenne.

Mais l’UE a élu Juncker par 26 voix contre 2 (GB et Hongrie), au poste de président de la Commission européenne, ce que Cameron a décrit comme « un jour noir pour l’Europe ».

L’humiliante défaite du premier ministre britannique, qui a échoué dans sa tentative de sauver les derniers lambeaux de démocratie dont disposent les populations européennes, a de fait renforcé le camp des eurosceptiques et rapproché la Grande Bretagne d’une remise en cause de sa présence au sein de l’UE.

Daniel Hannan, auteur britannique philosémite et eurosceptique a ainsi bien résumé le dilemme : « Quand la Grande Bretagne a adhéré à la CEE en 1973, l’Europe de l’ouest représentait 36% de l’économique mondiale. Aujourd’hui, elle ne pèse plus que 24%. En 2020, elle ne fera plus que de 15% ». Merci à l’incompétence satisfaite des euro-dirigeants.

Ed Miliband, du parti travailliste, a déclaré que les britanniques sont « plus proches de la porte de sortie »de l’Europe, tandis que le leader du parti UKIP, le très charismatique Nigel Farage, a fait remarquer que le premier ministre a été « vertement humilé » et qu’il « avait l’air d’un loser ».

L’Allemagne a également soutenu l’élection de Mr Juncker, mais Angela Merkel a déclaré qu’elle examinerait comment le président a été nommé, et qu’elle partageait l’opinion des britanniques sur la façon dont devrait être l’Europe.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Retour à l'accueil