Les dernières volontés de Taubira

Publié le 9 mai 2014 par Philippe Legrand - Article du nº 354

Les dernières volontés de Taubira avant sa résurrection comme homme-femme-genrée-politique-européaniste-guyanaise-indépendantiste:

La ministre de la Justice veut réformer le fonctionnement des maisons centrales, régulièrement confrontées à des incidents. Plusieurs pistes de réflexion sont avancées.

Faire jardiner les prisonniers les plus dangereux, les mettre en contact avec des animaux pour les canaliser, leur proposer des formations professionnelles pointues comme l’horlogerie ou la marqueterie pour favoriser leur concentration… Telles sont les nouvelles pistes proposées par le ministère de la Justice aux surveillants de prison. Le but : réformer le fonctionnement des douze maisons centrales que compte la France. (*)

Je passe sur le jardinage car il est évident qu’ils ont déjà des compétences coté bégonia et THC mais je m’inquiète un peu pour les animaux, à moins bien sûr de leur fournir des lions ou autres ours grizzlis qui seront à la hauteur de l’immense tâche à accomplir pour les canaliser. En revanche si on leur donne des chatons, je crains le pire.

Pour les formations professionnelles pointues, j’exprime quelques doutes. La marqueterie exige des outils aussi pointus que la formation, il sera difficile de trouver des profs susceptibles de se faire poignarder par un ciseau à bois dès lors qu’ils ont le dos tourné afin de concentrer une population des plus dangereuses armée de chatons. Pour l’horlogerie, c’est clair, c’est l’échec annoncé avec comme équation: Reste à tirer 2 ans pour viol suivi de meurtre moins 1 pour la réduction de peine et en modifiant les rouages on passe à Mach-2 dans le temps.

Pour les sous-doués de la prison, niveau 1 ou 2, on leur laissera un peu de liberté, histoire de prendre du grade. Attention la sélection sera impitoyable avec un calcul de point précis : une grand-mère aux urgences ne compte que pour un point, il en faut bien plus pour monter sur la première marche du podium et pouvoir jardiner et caresser des chatons tout en faisant de la marqueterie.

Bien sûr il ne s’agit que de pistes à explorer, un peu comme pour les boy-scouts à qui on donne une boussole avant de les lâcher dans la jungle. Quand une ministre de la Justice en est réduite à explorer des pistes, je mesure toute sa compétence après deux ans d’exercice dans la fonction. Mais peut-être était-elle très occupée à vouloir marier tout le monde.

Ah Christiane, avant de partir, Taubira pas de fermer la porte.

Philippe LEGRAND

Retour à l'accueil