Tous les jours,des Français meurent sous les coups des amis du gouvernement!!

Trois Français poignardés mortellement par des racailles : Valls, Mélenchon et la clique s’en foutent !

Publié le 2 janvier 2014 par Jérôme Cortier - Article du nº 336

C’est en voulant venir en aide à une amie en train de se faire voler par une bande de racailles, qu’un jeune homme âgé de 20 ans est mort poignardé dans les jardins du Trocadéro lors de la nuit du nouvel an . Dans la mêmes soirée, on a également appris la mort d’un garçon de 21 ans à St Martin d’Hère, dans la banlieue de Grenoble. La description qui est faite du meurtre dans les pages du Parisien est digne des pires films d’horreur :

(…)L’homme a été touché par un nombre «relativement important» de coups de couteau «à la tête et au thorax», a précisé le parquet. L’agression a eu lieu à la suite d’«une rixe» dont l’origine reste inconnue, «une dispute qui tourne mal, avec cinq individus». «Quatre d’entre eux tenaient le jeune homme pendant que le cinquième le frappait à coups de couteau», a expliqué le parquet, qui n’a pas souhaité préciser si la victime était accompagnée. source

En Alsace, c’est un père de famille de 40 ans qui a été pris à partie par, ce que les média nomment, « des jeunes » :

«Il y a eu des frictions entre jeunes», à la suite de quoi l’homme est intervenu, a raconté le maire. Dans la bousculade qui a suivi, il a été mortellement blessé d’un coup de couteau, selon l’édile. source

Toujours le soir du réveillon, dans le val de Marne, un jeune homme de 26 ans a été retrouvé vers 6 heures du matin, blessé au thorax et à une jambe dans une rue de Saint-Maurice, alors qu’il sortait d’une soirée privée.

Ces Français ont été agressés comme d’autres l’ont été tout au long de l’année. Ce sont les victimes de la « France orange mécanique » que les Tartuffe de la politique ont l’indécence de nommer « sentiment d’insécurité ».

Qui s’intéresse à ces anonymes devenues des proies pour la racaille que la gauche nous présente comme une chance pour la France ?

Quand Marion Maréchal Le Pen déclare qu’en France on peut mourir pour une cigarette ou une carte bleu, toute la bienpensance s’offusque et dénonce un discours volontairement anxiogène. La peur qu’éprouvent certains Français à sortir seuls le soir dans les rues de leur ville ne semble pas émouvoir la gauche. Et quand ils sont attaqués, tués, massacrés, ces Français là n’ont droit à aucune compassion, aucune oraison funèbre, aucune manifestation d’indignation. Ceux qui sont tombés hier soir, comme ceux qui tomberont en 2014 sur les lames finement aiguisées des égorgeurs de la nouvelle France, n’auront pas la chance de voir leur honneur défendu sur les plateaux télé.

Pour eux, Mélenchon ne réunit pas ses troupes. Ces Français là ne sont pas électoralement rentables. Ils ont le tort de ne pas être antifaf, immigrés, ou Français issus d’une communauté ethnico-religieuse bénéficiant des faveurs de la gauche.

Clément Méric lui, avait le bon profil. Bien qu’étant l’agresseur du jeune apprenti boulanger qui lui a donné la mort, l’élève de Science po incarne à merveille la victime pour laquelle la gauche est prête à déplacer les foules. Estéban Morillo quant à lui était le salaud rêvé. Pendant plus d’une semaine, ce fait divers aura fait l’actualité, alors que le même jour de la mort de Clément Méric, dans l’indifférence générale, François, un élève ingénieur, était tué par un homme de type Nord-africain pour une histoire de cigarette.

La victime n’avait pas le bon CV et celui de son assassin était sans doute trop stigmatisant pour faire la Une des journaux.

Jérôme Cortier

Retour à l'accueil